samedi 24 février 2018

Mostly Autumn - Live At The Boerderij (2013)

Mostly Autumn Live At The Boerderij
Mostly Autumn - Live At The Boerderij (2013)

Pourquoi écouter ce disque ?

Enregistré le 15 septembre 2012 aux Pays-Bas, Live At The Boerderij de Mostly Autumn fait suite à leur dernier album en date alors The Ghost Moon Orchestra. L'instrumental Distant Train ouvre le set, permettant aux musiciens de se mettre en place. S'ensuit un festival d'émotions colorées durant plus de deux heures. Du dramatique Unquiet Tears faisant la part belle au chant mélodieux d'Olivia Sparnenn soutenue par Anne-Marie Helder, jusqu'au final cérémonieux Tonight, Mostly Autumn revisite son répertoire où sont privilégiés les titres des deux derniers albums (Go Well Diamond Heart, The Ghost Moon Orchestra), et ceux des quatre premiers (For All We Shared, The Spirit Of Autumn Past, The Last Bright Light, Passengers). Du haut de ses quinze ans d'existence, Bryan Josh et sa bande n'ont jamais tourné le dos à leurs fondamentaux qui trouvent leur source dans le rock progressif des origines (Pink Floyd, Genesis), le folk électrique (Fairport Convention) et le heavy naissant des seventies (Deep Purple). D'une fidélité sans faille à ses fans, les musiciens cherchent sans cesse à les surprendre, que ce soit à travers la splendide ballade Questioning Eyes de Breathing Space, en interprétant quelques raretés (Ice, The Last Train, Tonight), ou en leur offrant de magnifiques plages instrumentales, comme la flûte d'Anne-Marie sur The Last Climb ou les flamboyants soli de guitares de Bryan. Dernier point, Live At The Boerderij demeure le dernier enregistrement en concert sur lequel figure le regretté Liam Davison

Musiciens

Olivia Sparnenn : chant, percussions
Bryan Josh : chant, guitares
Liam Davison : guitares
Iain Jennings : claviers
Anne-Marie Helder : flûte, claviers, chant
Andy Smith : basse
Gavin Griffiths : batterie

Titres


1.01.  Distant Train
1.02.  Unquiet Tears
1.03. Drops Of The Sun
1.04. The Devil & The Orchestra
1.05. Evergreen
1.06. Ice
1.07. Questioning Eyes

2.01. The Dark Before The Dawn
2.02. Deep In Borrowdale
2.03. Passengers
2.04. The Last Climb
2.05. Tennyson Mansion
2.06. Wild Eyed Skies
2.07. The Last Bright Light
2.08. Heroes Never Die
2.09. And When The War Is Over
2.10. The Last Train
2.11. Tonight

jeudi 22 février 2018

Conqueror - Sprazzi Di Luce (2009)

Conqueror Sprazzi Di Luce
Conqueror - Sprazzi Di Luce (2009)

Pourquoi écouter ce disque ?

Entre deux albums, Conqueror publie cet EP quatre titres réservant de belles surprises. Sprazzi Di Luce, la chanson titre, et Semplice sont deux inédits où flûte et piano sont à l'honneur. Tous deux à mid-tempo, ils s'inscrivent dans la continuité de ce que propose le groupe italien, un rock progressif symphonique et pastoral, guère éloigné musicalement de leurs cousins néerlandais Flamborough Head. Toujours aussi intrigante, la voix de Simona Rigano possède cette capacité de demeurer à la fois légère et détachée, un vrai régal. Quant à ... E Mi Manchi Tanto, il s'agit d'une reprise joliment interprétée d'un vieux classique des années 70 que l'on doit à la formation pop Alumi Del Sol. Son auteur, Paolo Morelli, claviériste et leader du groupe, s'est éteint en 2013. La dernière piste présente une version live de Pensieri Fragili, à l'origine sur le premier album Istinto, enregistrée le 19 août 2006. Ce beau cadeau confirme, à qui en douterait, que Conqueror est aussi perfectionniste sur scène qu'en studio. 

Musiciens

Simona Rigano : chant, claviers
Natale Russo : batterie, percussions
Sabrina Rigano : flûte, saxophone
Ottavio Leo : guitares
Mario Pollino : guitares, chant
Tino Nastasi : guitares
Daniele Bambino : basse
Andrea Trimarchi : basse
Fabio Ucchino : basse

Titres

01. Sprazzi Di Luce
02. ... E Mi Manchi Tanto
03. Semplice
04. Pensieri Fragili

mercredi 21 février 2018

Ruth Keggin - Turrys (2016)

Ruth Keggin Turrys
Ruth Keggin - Turrys (2016)

Pourquoi écouter ce disque ?

Ruth Keggin est une ambassadrice de la culture traditionnelle mannoise, à l'instar d'Eivør pour les îles Féroé, de Karen Matheson pour l'Ecosse ou de Mari Boine pour la Laponie. Coincée entre la Grande-Bretagne et l'Irlande, l'île de Man fait partie des six nations celtiques aux côtés de l'Ecosse, de l'Irlande, du Pays de Galles, des Cornouailles et de la Bretagne. Sa langue, le mannois, ou manxois, est aujourd'hui parlé par moins de 2% de la population locale. Refusant de la voir disparaître, Ruth a décidé de la faire vivre à travers ses chansons et de devenir, par conséquent, un passeur de mémoire. Turrys fait suite à Sheear, son premier essai paru en 2014. Avec ses amis musiciens, la jeune chanteuse revisite l'ancien répertoire folk mannois, mais aussi des compositions plus contemporaines, comme, par exemple, le premier titre Irree Ny Greiney célébrant le retour de l'été. La pureté de sa voix, la contrebasse élégante de Vanessa Hutchinson, ainsi que la délicatesse des arrangements évoquent les grandes heures du Pentangle des années 60-70 mené alors par Jacqui McShee. Véritable trésor national, cette artiste est à suivre de très très près.

Musiciens

Ruth Keggin : chant, flûte

David Pearce : guitare, chant
Vanessa Hutchinson : contrebasse
Eoghan Ó Ceannabháin : flûte, concertina, chant

Titres

01. Irree Ny Greiney
02. Arrane Sooree
03. Flitter Dance
04. Heeym Yn Geurey (Chi Mi'n Geamhradh)
05. Little Red Bird in the Pines
06. Napoleon's Chanter
07. Carval
08. Tra Va Ruggit Creest
09. Ushag Varrey
10. Mish As Y Keayn   

lundi 19 février 2018

Niyaz - Niyaz (2005)

Niyaz Azam Ali
Niyaz - Niyaz (2005)

Pourquoi écouter ce disque ?

Cette formation irano-américaine originale est née de la rencontre entre la chanteuse Azam Ali (ex-Vas), son futur mari, le mutli-instrumentiste Loga Ramin Torkian, et l'ingénieur du son Carmen Rizzo qui a collaboré dans le passé avec Coldplay, Alanis Morissette, Ray Charles ou Seal. Niyaz, qui signifie "nostalgie" en persan, propose avec son premier album éponyme, paru en 2005, une musique mêlant à la fois spiritualisme, mysticisme et modernité. Sa force est de confronter aux sons électro contemporains des airs populaires perses ou indiens, tout en s'inspirant de la tradition soufie et de ses mystères. Ainsi, si l'essence du chant religieux ourdou Allahi Allah a été conservée, son orchestration réunie à la fois instruments traditionnels et modernes. Nahan "The Hidden" et Golzar sont deux titres aux paroles extraites de textes de Djalāl ad-Dīn Muḥammad Balkhi dénommé Rûmî, poète persan du XIIIe siècle qui a profondément influencé le soufisme. Plus proche de nous, In The Shadow Of Life n'est pas sans rappeler le Dead Can Dance de l'époque Into The Labyrinth, alors que l'instrumental Arezou aurait eu toute sa place sur l'album An Ancient Muse de Loreena McKennitt. Quant aux fans de rock progressif, ils auront l’heureuse surprise de découvrir la participation de Tony Levin, bassiste attitré de Peter Gabriel.

Musiciens

Azam Ali : chant, hammered dulcimer, percussions
Loga Ramin Torkian : rabâb, viole, saz, djura, guitare électrique
Carmen Rizzo : programmation, claviers, batterie

Arash Khalatbari : percussions, chant
Satnam S. Ramgotra : percussions
Tony Levin : basse
Andre Haroutunian : percussions
Jamie Muhoberac : claviers
Dimitri Mahlis : oud

Titres

01. Ghazal
02. Nahan "The Hidden"
03. Allahi Allah
04. The Hunt
05. Dunya
06. In The Shadow Of Life
07. Arezou
08. Golzar
09. Dilruba
10. Minara

mardi 13 février 2018

Guðrið Hansdóttir - The Sky Is Opening (2009)

Gudrid Hansdottir The Sky Is Opening
Guðrið Hansdóttir - The Sky Is Opening (2009)

Pourquoi écouter ce disque ?

Après un premier opus prometteur, Love Is Dead (2007), la jeune chanteuse des îles Féroé revient en 2009 avec un disque encore bien meilleur. Rares sont les albums où chaque titre possède le potentiel d'un single, The Sky Is Opening est de ceux là. Déjà, la pochette mi-enfantine, mi-ténébreuse n'est pas sans évoquer l'univers particulier d'une certaine Kate Bush. Côté performance musicale, Guðrið Hansdóttir se rapproche davantage d'une Anneke van Giersbergen de par sa spontanéité, possède le même naturel que Judy Dyble (Fairport Convention), et propose des chansons aussi raffinées que Suzanne Vega. Première piste, I Defy, splendide pop song folk, émerveille et envoûte avec son riff accrocheur. Plus sobre, Flower Brother aborde la délicate question des ravages de l'alcoolisme. Sleep se rapproche davantage du monde des musiques progressives par son début tout en douceur, suivi d'une montée en puissance à faire dresser les poils, avant de se terminer par un lumineux solo de guitare signé Leivur Thomsen, digne d'un Mick Ronson. Et que dire de My Fair- Weather Friend aux airs faussement désabusés... Si la ballade Walk With Me est la chanson reflétant le mieux les grands espaces féroïens, seuls deux titres sont interprétés dans sa langue natale : l'excellent Stjörnur au refrain entêtant, ainsi que Mjörkanáttin, dernière piste. Ce n'est donc pas sans surprise que The Sky Is Opening sera distingué du prix du meilleur album des îles Féroé lors des Planet Awards de 2009. L'heure de la consécration (bien méritée) a sonné. 

Musiciens

Guðrið Hansdóttir : chant, guitares

Flóvin E. Viderø : guitare acoustique, chant
Leivur Thomsen : guitare électrique
Magnus Johannesen : claviers
Líggjas Olsen : claviers, chœurs
Mikael Blak : basse, guitare électrique, claviers, percussions
Derek Murphy : batterie, percussions
Bernharður Wilkinson : flûte
Angelika Nielsen : violon, alto
Tóri Restorff : violoncelle
Ólavur Olsen : trompette, euphonium, cor
Sunleif Rasmussen : vibraphone
Rakul Hansen : chœurs

Titres

01. I Defy
02. Flower Brother
03. On My Own Two Feet
04. My Fair- Weather Friend
05. Walk With Me
06. I Wish You Would Know
07. Sunflowers
08. Stjörnur
09. Rocky Shores
10. Sleep
11. Mjörkanáttin

dimanche 11 février 2018

Loreena McKennitt - The Book Of Secrets (1997)

Loreena McKennitt The Book Of Secrets
Loreena McKennitt - The Book Of Secrets (1997)

Pourquoi écouter ce disque ?

Bienvenue dans l'univers mystique de Loreena McKennitt. Avec The Book Of Secrets, son sixième opus, la Canadienne invite l'auditeur dans un voyage à travers le temps. Chacun des huit titres évoque un lieu, une époque, une civilisation. Ainsi, de la petite Abkahazie perdue entre les monts du Caucase et les bords de la mer Noire (Night Ride Across The Caucasus), la musique s'envole vers les immenses steppes de Russie (Dante's Prayer), avant d'emprunter à la culture soufi (Marco Polo) ou de s'égarer dans l'Angleterre du XVIIIe siècle (The Highwayman et son texte extrait d'un poème d'Alfred Noye). Turquie (Prologue), Irlande (Skellig) et Italie (La Serenissima) sont également des étapes de ce chemin spirituel. Dans The Mummer's Dance, la Reine des Celtes met en lumière ces acteurs itinérants de la Renaissance vêtus de masques, défilant lors des momeries, sorte de carnavals axés sur la bouffonnerie. Une trentaine de musiciens l'ont accompagnés dans ce périple, parmi lesquels la violoncelliste Caroline Lavelle dont c'est la première collaboration avec l'artiste, Manu Katché, Danny Thompson (ex-Pentangle), ou David Rhodes, guitariste de Peter Gabriel. 

Musiciens

Loreena McKennitt : chant, piano, claviers, harpe, kanoun, accordéon

Anne Bourne : violoncelle
Aidan Brennan : guitare acoustique, mandole
Martin Brown : guitare acoustique, mandoline, mandole
Stuart Bruce : drones, chant
Paul Clarvis : percussions
Nigel Eaton : veille à roue
Steáfán Hannigan : bodhrán
Nick Hayley : serang, rebec, lira da braccio
Brian Hughes : oud, guitares, bouzouki, chant
Robin Jeffrey : guitare
Martin Jenkins : mandoloncelle
Manu Katché : batterie
Caroline Lavelle : violoncelle
Rick Lazar : percussions
Joanna Levine : viole de gambe
Hugh Marsh : violon
Osama : violon
Steve Pigott : claviers
Donald Quan : tabla, timba, esraj, alto, claviers, chant
Hossam Ramzy : percussions
David Rhodes : guitare électrique
Danny Thompson: basse
Bob White : tin whistle, chalemie
Jonathan Rees : violon
Iain King : violon
Andy Brown : alto
Chris van Kampen : violoncelle

Titres

01. Prologue
02. The Mummers' Dance
03. Skellig
04. Marco Polo
05. The Highwayman
06. La Serenissima
07. Night Ride Across The Caucasus
08. Dante's Prayer

samedi 10 février 2018

Renaissance - A Song For All Seasons (1978)

Renaissance A Song For All Seasons
Renaissance - A Song For All Seasons (1978)

Pourquoi écouter ce disque ?

A Song For All Seasons est le dernier album de l'âge d'or de Renaissance. Sa pochette énigmatique est une nouvelle fois l'œuvre des studios Hipgnosis, mais, contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce n'est pas Annie Haslam qui est représentée. Rétrospectivement, il est intéressant d'analyser cet album comme un point de rupture dans la carrière du groupe. Il sera le dernier enregistré avec un orchestre symphonique, le Royal Philarmonic Orchestra, et le premier où Michael Dunford et Jon Camp sortiront les guitares électriques, certes encore discrètes. Ce dernier tend à s'imposer davantage, que ce soit sur le plan des compositions ou au niveau vocal. Pour la première fois, il chante en lead sur deux des huit titres, Kindness (At The End), et le romantique She Is Love. De son côté, Bettie Thatcher, auteure historique des paroles, ne signe que deux textes, Northern Lights, seul single de Renaissance à avoir été classé dans les charts britanniques, ainsi que la pièce dramatique de dix minutes A Song For All Seasons. Si celle-ci clôt admirablement bien le disque, elle est à mettre en parallèle avec la majestueuse suite d'ouverture Opening Out / Day Of The Dreamer. Peu perceptible encore, l'orientation musicale s'éloigne "progressivement" d'un classicisme élégant, signature de Renaissance depuis les origines, pour se diriger vers un folk teinté d'une musique pop distinguée, à l'instar de Back Home Once Again devenu générique d'une série télé américaine. 

Musiciens

Annie Haslam : chant
Michael Dunford : guitares
John Tout : claviers
Jon Camp : basse, guitare, chant
Terence Sullivan : batterie, percussions

Titres

01. Opening Out
02. Day Of The Dreamer
03. Closer Than Yesterday
04. Kindness (At The End)
05. Back Home Once Again
06. She Is Love
07. Northern Lights
08. A Song For All Seasons
    

jeudi 8 février 2018

Life Line Project - The Journey (2011)

Life Line Project The Journey
Life Line Project - The Journey (2011)

Pourquoi écouter ce disque ?

The Journey, double album événement réunissant les trois chanteuses historiques de Life Line Project : Anja Sides-Dirkzwager (de 1988 à 1994), Marion Brinkman-Stroetinga (de 1994 à 1995), et Maruschka Kartosonto (depuis 2004). Bien entendu, le maître d'œuvre de l'ensemble demeure le multi-instrumentiste néerlandais Erik de Beer, véritable virtuose. Le premier disque intitulé Journey To The Heart Of Your Mind, a été imaginé comme un concept album. Conçu sous la forme d'un opéra rock faisant appel à une dizaine de voix, il y est question d'un homme en quête de lui-même. Le second, The Narrow Path, plus épars, rassemble des compositions originales de différentes époques, des années 70 à 2011. La musique oscille entre pièce de la Renaissance (The French Wrench) et rock symphonique de très haute tenue (The Narrrow Path). Accompagné d'une section de bois (flûte, hautbois, clarinette, basson) et de son fidèle batteur-percussionniste Ludo de Murlanos, Erik déploie toute une gamme de claviers incroyables, de l'orgue Hammond au Moog, en passant par le piano. Et comme toujours, il refuse l'emploie d'ordinateurs ou de toute autre technologie moderne, leur préférant un travail artisanal où l'authenticité prime avec, pour résultat, une musique colorée, rafraîchissante et vivante. 

Musiciens

Erik de Beer : claviers, guitares, mandoline, luth, chitarrone, basse, chant

Marion Brinkman-Stroetinga : chant
Maruschka Kartosonto : chant
Anja Sides-Dirkzwager : chant
Peter van der Stel : chant
Liset Dullaart : chant
Johan van der Stel : chant
Maarten Mol : chant
Elsa de Beer : flûte, chant
Dineke Visser : hautbois
Anneke Verhage : clarinette
Lisette Harms : clarinette
Ada Bienfait : basson
Jody van der Gijze : guitares, chant
Iris Sagan : basse, chant
Ludo de Murlanos : batterie, percussions, chant

Titres

1.01. Blank Page
1.02. The Journey Begins
1.03. Join Us !
1.04. Doubt
1.05. Fight The World
1.06. Longing For My Childhood
1.07. Interlude
1.08. Bright Spots
1.09. Envy
1.10. Interlude: Dark Page
1.11. Miss Fortune
1.12. Interlude: Forgotten Page
1.13. The King Of Make-Believe
1.14. Free !
1.15. Credo
1.16. The Last Page

2.01. Turn The Key
2.02. Miniature 8 "La Mélancolie"
2.03. The Narrow Path
2.04. Monkey Business
2.05. Happiness Theme
2.06. Collage '11
2.07. Miniature 6 "La Flegmatique"
2.08. Does It Help
2.09. The French Wrench

mercredi 7 février 2018

Janison Edge - Live Acoustic Session (2012)

Janison Edge Live Acoustic Session
Janison Edge - Live Acoustic Session (2012)

Pourquoi écouter ce disque ?

Live Acoustic Session de la formation britannique Janison Edge est un complément (indispensable) à leur unique album devenu culte, The Services Of Mary Goode. Enregistré le 11 avril 1999, cet EP trois titres a été remasterisé puis réédité en 2012. Réduit à un trio comprenant Sue Element au chant, Mike Varty au piano et Ian Salmon à la guitare acoustique, Janison Edge revisite trois de ses titres pivots, OLDMAN, Joker et Julie Lies. Déjà sous forme de piano-voix sur The Services Of Mary Goode, la version proposée de OLDMAN diffère guère de l'originale, si ce n'est une plus forte intensité dans le chant. L'intrépide Joker swingue sous le piano de Mike, lui donnant ainsi une ambiance cabaret. Julie Lies, du haut de ses sept minutes, n'est qu'émotion portée par une voix encore une fois magnifique. Ce dernier titre, d'une beauté inouïe, vaut à lui seul l'écoute de ce disque peu diffusé, si ce n'est sur le label Gargoyle Records.

Musiciens

Sue Element : chant
Mike Varty : piano
Ian Salmon : guitare acoustique

Titres

01. OLDMAN
02. Joker
03. Julie Lies

dimanche 4 février 2018

Iain Jennings - The House (2017)

Iain Jennings The House
Iain Jennings - The House (2017)

Pourquoi écouter ce disque ?

The House est la deuxième collaboration entre Iain Jennings, claviériste historique de Mostly Autumn, et le chanteur Mark Chatterton. Sorti en 2013, My Dark Surprise avait été une véritable... surprise, laissant découvrir les talents de ce chanteur jusqu'alors inconnu. Disons-le tout de suite, The House est encore meilleur que son prédécesseur. Ce disque d'inspiration "floydienne" se rapproche davantage de l'univers musical du groupe de rock progressif polonais Millenium, le chant de Chatterton et de Gall étant assez similaires, que de Mostly Autumn, même s'il est impossible de ne pas faire de rapprochement avec ce dernier. Les deux musiciens, Jennings et Chatterton, ont laissé libre cours à leur imagination et ont imaginé toute une histoire fantastique autour d'une banale maison et de deux enfants, Billy et Michael. Arrivé dans cette maison dans les années 30, le jeune Billy y décédera le 20 mai 1942, dans les bras de sa mère. Mais son esprit refusera de quitter les lieux, et lorsque la famille de Michael s'y installera en 1956, les deux enfants deviendront les meilleurs amis du monde. Sombre et lumineux à la fois, The House bénéficie de la présence du bassiste Stu Fletcher (Heather Findlay Band, Mantra Vega), du batteur Alex Cromarty (Heather Findlay Band, Mostly Autumn) et de trois talentueux guitaristes parmi lesquels l'ami de toujours Bryan Josh. En spéciale guest, Anne-Marie Helder de Panic Room est venue poser sa voix sur l'émouvant Tin Soldiers où elle joue le rôle de la mère de Billy, lui annonçant le départ de son père pour la guerre. Nous sommes alors en 1940. Elle participe également aux chœurs des premiers et derniers titres de ce petit bijou dont il serait regrettable de passer à côté.

Musiciens

Iain Jennings : claviers, chœurs

Mark Chatterton : chant
Stu Fletcher : basse
Alex Cromarty : batterie
Bryan Josh : guitares
Andy Newlove : guitares
Neil Chatterton : guitares
Anne-Marie Helder : chant

Titres

01. Give You My Name
02. Declaration Of War
03. Tin Soldiers
04. Bomber
05. The Tick And The Tock
06. Michael And Me
07. Goodbye Billy
08. Well Worn Key (Michael's Return)
09. Gang Of Two
10.Queen Of The Park Bench
11. Be Home Soon