jeudi 19 janvier 2017

Johanna Kurkela - Hyvästi, Dolores Haze (2010)

Johanna Kurkela Hyvästi, Dolores Haze
Johanna Kurkela - Hyvästi,
Dolores Haze (2010) 
Johanna Kurkela est une charmante chanteuse finlandaise née en 1985. Son quatrième album, Hyvästi, Dolores Haze, disponible en 2010, a attiré notre attention pour deux raisons. La première, c'est qu'elle chante uniquement dans sa langue natale, le finnois, et c'est original. La seconde, toute aussi intéressante, est la présence de Troy Donockley aux uilleann pipes et whistles, notamment sur le titre Satojen Merien Näkijä composé par un certain... Tuomas Holopainen, leader de Nightwish. 

Cette ballade acoustique sentant bon les paysages maritimes, fait un écho lointain à The Islander des mêmes Nightwish, grâce à l'intervention du génial Troy aux flûtes irlandaises. Les autres chansons sont une collection de pop songs acidulées, proche de l'esprit Eurovision (Rakkauslaulu, premier single avec le violoncelliste Eicca Toppinen, fondateur du groupe de metal Apocalyptica) ou de la variété italienne (Ainutlaatuinen). Quant à l'entraînante Kosketusta Vailla Vapiseva Mies, elle aurait très bien pu figurer sur l'album In Your Room d'Anneke van Giersbergen. D'ailleurs, la ressemblance de leurs voix est des plus troublantes. De Piha Ilman Sua, il se dégage en revanche une ambiance sombre, triste. L'album se termine en beauté par un clin d'œil à Nabokov et à sa Lolita, Dolores Haze. 

De la même famille que le hongrois ou l'estonien, le finnois n'est ni une langue scandinave, ni une langue slave comme on pourrait le penser. Il est plaisant de se rendre compte que sa mélodie est parfaitement adaptée à ce type de répertoire qui a pour seule prétention d'apporter un peu de plaisir et d'évasion. Et de ce côté-là, s'est réussi. A noter que Johanna deviendra officiellement le 28 octobre 2015 Madame Tuomas Holopainen.    


Musiciens


Johanna Kurkela : chant

Sampo Haapaniemi : batterie, percussions, claviers
Timo Kämäräinen : basse
Markus Koskinen : guitare, claviers
Matti Paatelma : piano
Eicca Toppinen : violoncelle
Troy Donockley : uilleann pipes, whistles

Titres 


01. Tuo Se Mulle
02. Kielletyt Kielot
03. Rakkauslaulu
04. Ainutlaatuinen
05. Ilta Saapuikin Niin Äkkiä
06. Kosketusta Vailla Vapiseva Mies
07. Piha Ilman Sua
08. Maan Päällä Niin Kuin Taivaassa
09. Satojen Merien Näkijä
10. Jos Sä Tarvitset Mua
11. Hyvästi, Dolores Haze

dimanche 15 janvier 2017

Introitus - Elements (2011)

Introitus Elements
Introitus - Elements (2011)
Qui suis-je ? Je suis une famille avant d'être un groupe de rock néo-progressif. Ma musique évoque tout aussi bien Ayreon que Mostly Autumn ou Magenta. Je vis en Suède. Je suis ? Je suis ?... Introitus.

Album de la maturité, Elements fait suite au génial Fantasy paru en 2007. Il réunit autour d'Anna Jobs Bender (chant, paroles) et de son mari Mats Bender (claviers, compositions), deux de leurs enfants, Johanna (chant, percussions, claviers) et son frère Mattias (batterie, chant), ainsi que l'excellent guitariste Päl Helje, Henrik Björlind (guitares, flûtes, claviers) et Dennis Lindqvist à la basse.

A travers ce disque, composé de cinq longues pièces épiques (de huit à dix-sept minutes) et de quatre interludes, la famille Bender et ses musiciens ont choisi de célébrer l'amour sous toutes ses formes.

Amour de la planète d'abord. Non seulement chaque interlude musicale fait référence aux quatre éléments (terre, vent, feu, eau), mais de la colère s'exprime également avec rage contre sa mise en péril sur The Hand That Feeds You où le chant d'Anna ressemble à s'y méprendre à celui de Christina Booth - époque Revolutions. Les deux chanteuses ont la particularité commune d'exprimer une même humilité, ce qui les rend à la fois si humbles et si touchantes.

Amour des hommes ensuite. Like Always permet à Anna de déclamer son amour à son époux et au couple qu'ils forment ensemble depuis si longtemps. Comme sur The Hand That Feeds You, Päl Helje délivre un solo de guitare magistral, tout en émotion, digne d'un Steve Rothery. Elements se conclut par Soulprint dont l'introduction à la flûte suivie d'un violoncelle annonce la gravité. Cette chanson a été écrite à la mémoire de la mère d'Anna, emportée par un cancer, qu'elle a accompagnée jusqu'à son dernier souffle. Une aura solennelle se dégage tout au long des dix-sept minutes que dure ce vibrant hommage.

Elements possède l'intelligence rare de parler aussi bien au cœur qu'à la raison. S'il fallait comparer Introitus à une autre formation, ce serait sans aucune hésitation Magenta avec laquelle elle partage nombre de points communs, dont celui de posséder deux grandes voix ouvertes sur le monde.


Musiciens


Anna Jobs Bender : chant
Mats Bender : claviers
Pär Helje : guitares, chant
Henrik Björlind : guitares, flûtes, claviers
Johanna Bender : chant, percussions, claviers
Dennis Lindqvist : basse
Mattias Bender : batterie, chant

Stefan Ekedahl : violoncelle

Titres


01. The Hand That Feeds You
02. Earth
03. Like Always
04. Wind
05. Restless
06. Fire
07. Dreamscape
08. Water
09. Soulprint

jeudi 12 janvier 2017

Vamp - I Full Symfoni II (2010)

Vamp I Full Symfoni II
Vamp - I Full Symfoni II (2010)
Vamp est un groupe folk norvégien combinant rock et musique celtique. Il est fondé en 1991 par Øyvind Staveland, un charpentier également multi-instrumentiste (chant, violon, accordéon, flûte), à Haugesund, ville portuaire de la côte ouest. Un premier album, God Morgen, Søster, sentant bon l'air marin, est disponible en 1993. Des musiciens partiront, d'autres entreront au fur et à mesure que le succès deviendra croissant.

Durant sa carrière, toujours active, Vamp a reçu une multitude de récompenses et a vendu 700 000 albums, dont 150 000 de I Full Symfoni (2006) enregistré avec le prestigieux orchestre symphonique de la radio norvégienne. Une suite lui est donnée en 2010 avec, en guest, Eivør Pálsdóttir, célèbre chanteuse des îles Féroé.

Ce concert, dénommé tout simplement I Full Symfoni II, a été donné au mois d'avril de cette même année au Rockfeller Music Hall d'Oslo qui accueille, entre autre, le Inferno Metal Festival depuis 2001. C'est donc l'occasion de découvrir Eivør accompagnée d'un orchestre symphonique, et, disons-le tout de suite, c'est un pur régal.

Elle ouvre en duo le spectacle avec På Bredden, délicieuse ballade enchanteresse. Puis revient seule sur le mélancolique Et Nytt Land, suivi de St. Mandag aux airs d'opéra, et Salme I Mars, autre chanson émouvante au crescendo saisissant. Nú Brennur Tú Í Mæer, de son deuxième album solo Krákan, est également interprétée avec toute la justesse qui lui est due, mêlant à la fois fureur et grâce. Eivør l'a composée dans sa jeunesse, suite à sa première rupture amoureuse. Le concert se clôture à nouveau en duo avec Tir n'a Noir, premier succès de Vamp, aux paroles écrites par le célèbre poète contemporain Kolbein Falkeid, faisant référence au monde de l'éternelle jeunesse de la mythologie celtique.

I Full Symfoni II est un superbe concert de folk pour qui aime s'aventurer vers l'inconnu et découvrir des artistes aux langues peu familières. Toutes les chansons font mouche instantanément, même si nos favorites demeurent celles chantées par Eivør.



Musiciens


Øyvind Staveland : violon, accordéon, flûte, chant
Torbjørn Økland : mandoline, guitare, trompette, chant
Carl Øyvind Apeland : basse, chant
Paul Hansen : chant, guitare
Odin Staveland : piano, claviers, batterie, percussions, chant

Eivør Pálsdóttir : chant

Orchestre symphonique de la radio norvégienne

Titres


01. På Bredden
02. Ta Meg Med
03. Et Nytt Land
04. Tvangstanker
05. Gla I Deg
06. Men Går Eg Øve Engene
07. Tils Havs, Sao Raphael!
08. St. Mandag
09. Schultz gt.
10. Alt I Orden
11. Salme I Mars
12. Velkommen Inn
13. En Annen Sol
14. Nú Brennur Tú Í Mær
15. Tir n'a Noir

mardi 10 janvier 2017

Kristian Blak & Yggdrasil - Yggdrasil (2002)

Kristian Blak Yggdrasil Eivør
Kristian Blak & Yggdrasil -
Yggdrasil (2002)
Dans la mythologie nordique, Yggdrasil est l'arbre cosmique, symbole de la vie, du savoir et de l'avenir. C'est ce nom qu'a choisi Kristian Blak pour son projet musical associant chants traditionnels et jazz érudit. 

D'origine danoise, Kristian Blak s'installe dans îles Féroé dès 1974. Il est devenu en quelques années une figure incontournable de la scène musicale locale. En 1977, il participe à la fondation du label Tutl ("murmure" en français), véritable institution culturelle de nos jours. Une centaine d'artistes représentant tous les styles musicaux (rock, pop, folk, jazz, metal...) figurent au catalogue. Le label organise annuellement des festivals au rayonnement international tel le G! Festival ou le Summer Festival qui a vu passer entre autres Scorpions, Roger Hodgson (ex-Supertramp) et Mika.

Kristian a imaginé en 1981 Yggdrasil comme un collectif dans lequel évolueraient des musiciens de tous horizons, que ce soit sur le plan musical ou géographique. Dès l'origine, son idée est de lier la musique à d'autres arts en croisant les disciplines (poésie, danse, arts visuels...). Il organise également des concerts inédits dans des lieux insolites : petits villages isolés, grottes marines etc. 

Yggdrasil, disponible en 2002, est incarné par la puissante voix de l'étoile montante de la scène féroïenne, Eivør Pálsdóttir. Elle n'a alors a son actif qu'un seul album, mais il est clair que Kristian a su déceler en elle tout un potentiel artistique appeler encore à éclore. Inspirées des grands espaces environnants et de la beauté fragile de la nature, les compositions revisitent le folklore local, mais aussi norvégien, suédois, groenlandais et même anglais en empruntant des textes à Shakespeare (A Vain And Doubtfull Good, Crabbed Age And Youth). Elles se muent ensuite en une musique contemporaine d'inspiration jazz, classique et rock. 

Le résultat est surprenant, parfois déconcertant, mais fait avant tout preuve d'une originalité qui comblera les amateurs de musique exigeants et curieux. Œuvre à part entière dans la carrière d'Evør, elle illustre son éclectisme artistique ainsi que sa capacité à interpréter tous les genres musicaux, aussi complexes soient-ils, avec une même aisance toute naturelle. 

Musiciens


Eivør Pálsdóttir : chant
Kristian Blak : piano
Tore Brunborg : saxophone
Anders Hagberg : flûtes
Anders Jomin : basse
Brandur Jacobsen : batterie, percussions

Titres


01. Náttina Eftir Fríggjanátt
02. Bort, Bort
03. The Eagle
04. Ognad
05. Led Er Din Sang
06. Yggdrasil
07. Oxberg
08. A Vain And Doubtfull Good
09. Crabbed Age And Youth
10. Smyril
11. Sorgen Var I Min Hu
12. Ajukutooq

dimanche 8 janvier 2017

Joanne McIver & Christophe Saunière - The Cannie Hour (2011)

Joanne McIver Christophe SaunièreThe Cannie Hour
Joanne McIver & Christophe Saunière -
The Cannie Hour (2011)
La dernière fois, la sonneuse Joanne McIver et le harpiste Christophe Saunière nous avaient conté le destin tragique de trois sœurs de l'île d'Arran. Cette fois-ci, ils nous invitent à passer une "heure douce" en leur compagnie, tranquillement installé au coin d'un feu, à écouter The Cannie Hour. En écossais, "cannie" signifie "doux", "calme", à l'image de ce disque à l'ambiance feutrée. 

Auteurs-compositeurs, le duo puise son inspiration aussi bien dans les mystérieuses légendes d'Écosse (John Macnab, The Orra Man, Ghosts) que dans les récits historiques de batailles héroïques (Bannockburn) ou de vies brisées (The Letter, A Year And A Day où une jeune femme attend avec inquiétude le retour de son fiancé parti à la guerre). Bien évidemment, la tradition est respectée grâce à la présence de reel (Tha Mòrag A' Dol), gigue (Barabal Òg) et simple chanson d'amour (My Bonnie Jo). 

Outre leurs instruments traditionnels, flûtes et cornemuses pour Joanne, harpe pour Christophe, ils ont introduit dans leur musique une guitare, une basse, des claviers et quelques percussions. Toujours dans l'esprit d'apporter une certaine consistance à leurs compositions, ils ont invité l'accordéoniste Pascal Pallisco (Dick Annegarn, Pierre Perret, Agnès Jaoui) et privilégié les cordes à travers les interventions bienvenues de l'altiste David Gaillard et du quatuor Whisky And Pistols. 

Avec The Cannie Hour, Joanne, dont il faut signaler ici la très belle voix, et Christophe offrent un magnifique voyage entre landes vertes infinies et lochs fascinants. Dépaysement garanti !


Musiciens 


Joanne McIver : chant, flûtes, cornemuse
Christophe Saunière : harpes, guitares, basse, claviers, percussions, chœurs

Pascal Pallisco : accordéon

The Whisky And Pistols String Quartet
Marc Vieillefon : violon
Claire Couic : violon
David Gaillard : alto
Morgane Saunière : violoncelle

Titres


01. John Macnab
02. A Year And A Day
03. The Orra Man
04. My Bonnie Jo
05. Tha Mòrag A' Dol
06. Bannockburn
07. The Mistress Stone
08. Thai I Fuar
09. The Sun Begins To Set
10. Barabal Òg
11. Ghosts
12. The Letter
13. Sail To Australia

samedi 7 janvier 2017

Children In Paradise - Esyllt (2011)

Children In Paradise Esyllt
Children In Paradise - Esyllt (2011)
Children In Paradise aurait pu être un supergroupe comme le rock progressif aime tant en produire, réunissant Heather Findlay (ex-Mostly Autumn) au chant, Chris Fry (Magenta) à la guitare, Dave Bainbridge (Iona) aux claviers, Troy Donockley (ex-Iona) aux uilleann pipes et whistles, Ian Jones (Karnataka) à la basse et Gavin Griffiths (Panic Room) à la batterie...

En réalité, les Children In Paradise sont Français, et même Bretons pour être plus précis. Mais si les musiciens cités avaient bien joué ensemble, il est certain que cela aurait sonné comme Esyllt tellement ce premier disque est d'une qualité exceptionnelle. Tout y est. La maîtrise technique de Magenta, l'ambiance atmosphérique de Karnataka, la touche celtique si caractéristique de Iona, l'intensité émotionnelle de Mostly Autumn et l'audace de Panic Room.

C'est en 2007 que Dam Kat, de son vrai nom Kathy Millot, réalise les toutes premières compositions de ce que deviendra Esyllt. Elle est rapidement rejointe par le guitariste Gwalchmei (Hengrist). Ensemble, ils forment le noyau dur de Children In Paradise. Ils choisissent ce nom en hommage aux anciens Celtes qui pensaient que les enfants naissaient avec le Savoir, mais qu'ils en perdaient l'essentiel en grandissant et vieillissant.

A l'image de la pochette, Esyllt est un disque introspectif, sombre ; miroir d'un imaginaire habité de personnages légendaires. On y croise Tristan et Iseult (Esyllt en celte) enflammés d'un amour éternel, le vaillant roi Arthur à la fin de sa vie (King Arthur's Dead), ainsi que Oengus, dieu solaire de la mythologie irlandaise symbolisant l'amour (Silent Agony). Telle une ensorceleuse, Dam Kat, dont le chant hypnotique trouble les esprits autant que celui de Beth Gibbons de Portishead, nous entraîne dans son univers tolkienien onirique (Little Butterfly) fait de guerres violentes (The Battle) où rôde la mort (Don't Forget Me).

Outre Gwalchmei, elle s'est entourée de Patrick Boileau à la batterie, Loïc Bléjean à la cornemuse et aux flûtes irlandaises, Hilaire Rama à la basse et Philippe Turbin aux claviers. Deux invités de marque lui ont fait l'honneur de leur présence : la harpiste Clotilde Trouillaud et Pat O'May, guitariste connu pour son travail avec Alan Simon (Excalibur, Anne De Bretagne).

Esyllt, premier volet d'une ambitieuse trilogie consacrée aux mythes et légendes de la civilisation celtique, permet à Children In Paradise d'intégrer directement la cour des grands. Morrigan, son honorable successeur, viendra apporter en 2016 un vent nouveau à cette saga placée sous les meilleurs auspices. 


Musiciens


Dam Kat : chant
Gwalchmei : guitare
Philippe Turbin : claviers
Hilaire Rama : basse
Parick Boileau : batterie
Loïc Bléjean : uilleann pipes, low whistle

Pat O'May : guitare
Clotilde Trouillaud : harpe

Titres


01. Little Butterfly
02. King Arthur's Death
03. My Son
04. The Battle
05. Esyllt
06. Silent Agony
07. Don't Forget Me
08. I'm Not Scared
09. Lokk Around You
10. I'm Alive

vendredi 6 janvier 2017

Madredeus - Lisboa (1992)

Madredeus Lisboa
Madredeus - Lisboa (1992)
Madredeus est né du souhait de deux musiciens, Pedro Ayres Magalhães et Rodrigo Leão, de réinventer la musique populaire portugaise en s'inspirant aussi bien du fado que d'influences brésiliennes ou de musique classique. 

Pedro Ayres Magalhães, âme véritable de Madredeus, abandonne son collège militaire le 25 avril 1974, au moment où éclate la révolutions des Œillets entraînant la chute de la dictature salazariste au pouvoir depuis 1933. Il décide alors d'étudier la musique. D'abord autodidacte, il a le privilège de suivre ensuite des cours dans une académie de musique. Avant-gardiste, il fonde à la fin des années 70 Faíscas considéré comme la première formation punk du Portugal. Au début de la décennie suivante, il enregistre avec Corpo Diplomático le premier disque new-wave de son pays. Son groupe suivant, Heróis do Mar, s'oriente plutôt vers une direction pop-rock plus conventionnelle. 

En 1985, avec son ami Rodrigo Leão de Sétima Legião, il a l'idée d'un nouveau projet musical. Rejoints par l'accordéoniste Gabriel Gomes puis le violoncelliste Francisco Ribeiro, ils partent à la recherche d'une chanteuse... introuvable. En vain, auditions après auditions, personne ne correspond à leur attente. La légende veut que ce soit dans une taverne du vieux Lisbonne que Pedro Ayres trouve enfin la perle rare. Tranquillement installé à une table, il entend à côté une jeune fille d'à peine dix-huit ans chanter autour d'un groupe d'amis. C'est Teresa Salgueiro. Subjugué, Pedro Ayres finit par la convaincre d'intégrer ce qui deviendra Madredeus. 

Le nom Madredeus sera, en effet, choisi ultérieurement. Il provient d'un ancien monastère de Lisbonne transformé en salle de spectacle où se produiront les cinq musiciens à leurs débuts. En 1987, leur premier album Os Dias Da Madredeus rencontre un vif succès, confirmé par le suivant, Existir (1990). Madredeus enchaîne tournées sur tournées, aussi bien au Portugal qu'en Europe ou dans le reste du monde. Le double album Lisboa est le témoignage live de cette époque.

Il a été enregistré le 30 avril 1991 au Colisée des Recreios, théâtre mythique de Lisbonne ouvert en 1890, où passeront des artistes aussi divers que Nightwisk, Massive Attack ou Patti Smith. Durant sa représentation, Madredeus joue la moitié des titres du premier disque et la quasi-intégralité du deuxième. Seule manque Tardes De Bolonha, un très joli instrumental. O Pastor, leur plus grand "tube", a le privilège d'être joué deux fois, notamment à la clôture du spectacle. Ils sont accompagnés sur scène par les guitaristes Luisa Amaro et Carlos Paredes, un grand maître de la guitare classique portugaise. Tout est douceur, la voix soprano de Teresa d'une très grande pureté est tout simplement magnifique. Elle exprime comme personne la saudade, cette mélancolie typiquement portugaise empreinte de nostalgie que l'on retrouve dans le fado. 

Madredeus a rencontré un succès fulgurant, tant sur le plan national qu'international. Réussissant le pari de renouveler un genre musical jugé démodé, ils entreront, en moins d'une décennie, au panthéon des artistes incontournables de la musique portugaise contemporaine. 


Musiciens


Teresa Salgueiro : chant
Pedro Ayres Magalhães : guitare acoustique
Rodrigo Leão : claviers
Gabriel Gomes : accordéon
Francisco Ribeiro : violoncelle

Carlos Paredes : guitare portugaise
Luisa Amaro : guitare acoustique

Titres


1.01 Matinal
1.02. A Cidade
1.03. A Península
1.04. Cuidado
1.05. O Ladrão
1.06. O Pomar Das Laranjeiras
1.07. Mudar De Vida
1.08. Canto De Embalar
1.09. O Navio
1.10. O Pastor
1.11. As Ilhas Dos Açores
1.12. A Vontade De Mudar

2.01. A Cantiga Do Campo
2.02. Amanhã
2.03. A Sombra
2.04. Solstício
2.05. A Estrada Do Monte
2.06. A Vaca De Fogo
2.07. A Confissão
2.08. As Montanhas
2.09. O Menino
2.10. Fado Do Mindelo
2.11. O Pastor

jeudi 5 janvier 2017

Amarok - Gibra'ara (1998)

Amarok - Gibra'ara
Amarok - Gibra'ara (1998)
Avec Gibra'ara, son troisième album, la formation espagnole Amarok, conduite par Robert Santamaría, prend son envol. 

Marqué par les départs successifs d'Asy Guerrero (guitares), d'Alfredo Arcus (batterie) et de Joan Morera (violon), Amarok s'enrichit de deux nouveaux arrivants qui deviendront des personnages clé de son histoire. Il s'agit du flûtiste Manel Mayol originaire de Majorque, et du bassiste Victor Estrada. 

Santamaria a conçu Gibra'ara comme une œuvre symphonique saupoudrée d'une délicate couche de musiques progressive et folk. Ici, pas, ou peu, de synthétiseurs, ni de batterie, les instruments acoustiques ont été privilégiés. L'esprit pastoral qui se dégage de l'ensemble n'est pas sans rappeler l'ex-Genesis Anthony Phillips, influence fièrement revendiquée. 

Gibra'ara est dédié au culte de la Terre nourricière, source de vie. Les trois autres éléments sont également mentionnés à travers de La Danza De Los Murciélagos (Air), le futur classique El Mestre De La Caverna (Feu), Laberintos De Piedra et Merla Aquàtica (Eau). 

Santamaria et sa bande signent là un album brillant, porté une nouvelle fois par le chant si gracieux de la douce Lídia Cerón aux nombreuses capacités enfin dévoilées. 


Musiciens


Lídia Cerón : chant
Robert Santamaría : piano, claviers, guitare, percussions
Victor Estrada : basse, guitare
Manel Matol : flûtes, didgeridoo, chœurs
Magno Maccaferri : violon
Juan A. Arteche : percussions
Jordi Vallverdú : percussions
Mauricio Antón : percussions
Manel Sesé : percussions
Kerstin Kococinski : hautbois, cor anglais
Dolors Vidal : violoncelle

Titres


01. Laberintos De Piedra
02. El Mestre De La Caverna
03. La Danza De Los Murcélagos
04. Merla Aquàtica
05. Tormenta
06. Por La Senda De Los Cerezos En Flor
07. Gibra'ara
08. Al Otro Lado
09. Laberintos De Piedra (Conclusión)

mercredi 4 janvier 2017

Lupercalia - Florilegium (2004)

Lupercalia Florilegium
Lupercalia - Florilegium (2004)
Quatre ans après Soehrimnir, Lupercalia revient en 2004 avec Florilegium publié sur le label portugais Equilibrium Music. Entre temps, la formation a bien évolué suite à l'arrivée de la chanteuse soprano Claudia Florio et au départ du violoniste Pierangelo Fevola.

Cela ne signifie pas pour autant la disparition des instruments à cordes. Gianluca Uccio (premier violon), Giovanni Borreli (second violon), Roberto Bottino (alto) et Gianfranco Scalzo (violoncelle) apportent leur contribution en tant qu'invités. Tout comme l'actrice Lina Salvatore venue poser sa voix sur l'inquiétant Kundalini, prière ancestrale ésotérique.

Lupercalia joue une musique néoclassique et médiévale dans la lignée de Dead Can Dance. Leur influence est telle que la grande prêtresse Lisa Gerrard est même citée dans les remerciements. Si le guitariste Riccardo Prencipe demeure l'élément central du projet en signant la quasi-totalité des titres, il a néanmoins prit soin de laisser un espace de créativité à Claudia. Celle-ci excelle dans sa version a cappella de The Wind That Shakes The Barley, et a composé seule l'élégant Rebis doté d'un texte en latin. L'italien et l'anglais sont les deux autres langues usitées. 

Florilegium se situe à la préhistoire de Corde Oblique où se croiseront multitude de chanteuses aux voix aussi envoûtantes les unes que les autres. Sur certains titres comme Praga ou Sub Specie Aeternitatis, on perçoit déjà les prémices de ce que deviendra la musique de Riccardo, un folk méditerranéen éthéré aux couleurs flamboyantes. A suivre...




Musiciens


Claudia Florio : chant
Riccardo Prencipe : guitare classique, claviers, dulcimer

Gianluca Uccio : violon
Giovanni Borrelli : violon
Roberto Bottino : alto
Gianfranco Scalzo : violoncelle
Lina Salvatore : narration

Titres


01. Tribe
02. Ouroboros
03. Aegypto Ad Siciliam
04. Personent Hodie
05. Sub Specie Aeternitatis
06. Praga
07. Rebis
08. Kundalini
09. Curtis
10. Axe
11. Formis Melara Sanctus Filix
12. The Wind That Shakes The Barley
13. Pilgrim's chant

lundi 2 janvier 2017

Lupercalia - Soehrimnir & Mediestetica (2009)

Lupercalia Soehrimnir
Lupercalia - Soehrimnir (2000)
En 2009, le label Ark Records a la bonne idée de rééditer Soehrimnir, premier album de Lupercalia sorti en 2000, initialement chez World Serpent. En plus d'avoir été remasterisé, il est doublé d'un EP cinq titres demeuré jusque là inédit, Mediestetica

Album uniquement instrumental, à l'exception d'Interludio sur lequel Lina Salvatore lit quelques lignes d'un texte inspiré du temple de Mercure de Baïes (Campanie), Soehrmnir réunit diverses pièces du guitariste italien Riccardo Prencipe, futur Corde Oblique. Composées entre 1995 et 1998 pour guitare classique, les lignes de violon de Pierangelo Fevola ont été ajoutées par la suite, peu avant l'enregistrement. 

Riccardo puise son inspiration dans la musique folk médiévale mais aussi dans la mythologie, aussi bien romaine que nordique. Si Lupercalia, le nom de la formation, fait explicitement référence aux Lupercales, fêtes annuelles purificatrices célébrées dans la Rome antique en l'honneur du dieu Faunus, Soehrimnir est le fameux sanglier préparé pour les soldats d'élite d'Odin, les Einherjar. 

Peu après la parution de Soehrimnir, le duo se transforme en trio suite à l'arrivée de la soprano Claudia Florio. Deux nouvelles chansons sont alors écrites par Riccardo, la suite FormisMelaraSanctusFilix et Ouroboros, symbole de l'éternel retour. Pierangelo, de son côté, est à l'origine d'Axe qui a la particularité de comporter des paroles en latin. Personent Hodie et The Wind That Shakes The Barley sont deux chansons traditionnelles. La première est un chant de Noël datant du XVIe siècle et la seconde est une ballade irlandaise du XIXe siècle déjà immortalisée par Dead Can Dance sur leur album Into The Labyrinth en 1993. 

Suite au départ de Pierangelo, ces cinq titres seront réenregistrés pour l'album suivant, Florilegium, disponible en 2004. 

Lupercalia Mediestetica
Lupercalia - Mediestetica (2000)

Musiciens


Riccardo Prencipe : guitare classique, dulcimer, claviers
Pierangelo Fevola : violon, mandoline
Claudia Florio : chant

Lina Salvatore : narration
Valentina Cotini : chœurs
David Della Monica : tambourin

Titres


Soehrimnir
01. Tarantata Di Taberna
02. Il Lamento Di Trissino
03. De Todo Mal
04. Normandia
05. Il Pianto Di Giuletta
06. Il Colchico Affranto / Gli Elfi Gioiosi
07. Notturno Da Barca
08. La Danza Del Guiscardo
09. Interludio
10. Marcia Per Nostradama
11. Stil Composito
12. La Malinconia Di Schalken

Mediestetica
01. FormisMelaraSanctusFilic
02. Personent Hodie
03. Ouroboros
04. Axe
05. The Wind That Shakes The Barley