mardi 31 mars 2015

ProgAID - All Around The World (2005)

ProgAID - All Around The World (2005) - Magenta - Iona - Mostly Autumn - Karnataka
ProgAID - All Around The World
(2005)
26 décembre 2004. Le monde est figé suite au tsunami qui a tout emporté sur son passage en Asie du Sud-Est. Très vite, dans un élan de solidarité sans précédent, l'aide internationale s'organise de toute part, parfois de manière inattendue. David Robinson, patron du label de musique F2 Records, décide d'agir après un échange par mail avec Nick Gielkens, auteur du site Internet Mostly Pink. Sous la houlette de Rob Reed de Magenta, il réunit une quarantaine d'artistes dans le but d'enregistrer un disque qui permettra de récolter des fonds. Dans l'esprit du Band Aid des années 80, le collectif prend le nom de ProgAID. La chanson choisie, All Around The World, à la thématique pacifiste, est extraite du deuxième album de Cyan, Pictures From The Other Side. Sa structure se prête facilement à ce genre d'exercice où plusieurs intervenants, chanteurs ou musiciens, peuvent se succéder aisément. 

Le disque est prêt en deux mois à peine, et réunit du très beau monde sensibilisé à la cause. Iona est représenté par Troy Donockley, Mostly Autumn par Heather Findlay et Bryan Josh, et Karnataka, désormais séparé, par Rachel Jones, Jonathan Edwards et Paul Davies. Toute l'équipe Magenta est au rendez-vous : Rob Reed, producteur du CD, Matthew Cohen, co-investigateur du projet, Christina, Chris Fry, Martin Rosser ainsi qu'Allan Mason-Jones. A leurs côtés, nous pouvons citer, en vrac, les chanteuses Tracy Hitchings (Landmarq) et Susie Bogdanowicz (Glass Hammer), Stu Nicholson (Galahad), Rob Cottingham (Touchstone), Alan Reed (Pallas), Nick Barrett (Pendragon), Clive Nolan (Pendragon/Arena), John Mitchell (Arena), Arjen Lucassen (Ayreon), Steve Balsamo, Oliver Wakeman, Anthony Phillips (ex Genesis), Pete Trewavas (Marillion), Andy Edwards (Ezra) ou encore Nigel Voyle (Cyan), chanteur originel de la chanson. 

L'EP rassemble cinq versions différentes de cette chanson. La plus intéressante est celle intitulée Definitive Mix qui, sur douze minutes, regroupe la totalité des participants ainsi qu'une dizaine de soli de guitares et quatre de claviers. Le Single Mix est extrait de cette version. Sur Air Mix, les Britanniques tels que Alan Reed, Peter Nicholls ou Nick Barrett sont plutôt à l'honneur. En revanche, le Cue Mix semble avoir privilégié les artistes internationaux comme Neal Morse, Roine Stolt des Flower Kings ou bien Arjen Lucassen. La cinquième piste est uniquement instrumentale. Elle laisse donc un plus grand espace au violon de Liz Prendergast, à la flûte de Martin Orford, aux whistles et uilleann pipes de Troy Donockley et à la 12 cordes d'Anthony Phillips.

Jamais un disque n'avait auparavant associé autant d'artistes de la scène progressive. L'opération est d'autant plus louable qu'elle a été réalisée pour la bonne cause. Un dernier détail intéressant à signaler, la pochette a été conçue par Adam J. Hodgson déjà auteur de celle de l'album Seven de Magenta.

    
Musiciens

Neal Morse (ex Spck's Beard/Transatlantic) : chant, guitare
Anthony Phillips (ex Genesis) : guitare
Pete Trawavas (Marillion) : basse
Rione Stolt (The Flower Kings) : chant, guitare
Arjen Lucassen (Ayreon) : guitare
Peter Nicholls (IQ) : chant
John Jowitt (IQ) : basse
Martin Orford (IQ) : flûte, claviers
Alan Reed (Pallas) : chant
Nick Barrett (Pendragon) : chant, guitare
Clive Nolan (Arena/Pendragon) : claviers, chant
Gary Chandler (Jadis) : chant, guitare
Oliver Wakeman : claviers
Troy Donockley (Iona) : whistles, uilleann pipes
Steve Balsamo (Alan Parsons Project) : chant
Heather Findlay (Mostly Autumn) : chant
Bryan Josh (Mostly Autumn) : guitare
John Mitchell (Arena/The Urbane/Kino) : guitare
Mike Baker (Shadow Gallery) : chant
Gary Wehrkamp (Shadow Gallery) : guitare
Fred Schendel (Glass Hammer) : claviers
Susie Bogdanowicz (Glass Hammer) : chant
Walter Moore (Glass Hammer) : chant
Bruce Soord (Pineapple Thief) : chant, guitare
Stu Nicholson (Galahad) : chant
Steve Taylor (Strangefish) : chant
Dave Whittaker (Strangefish) : batterie
Rob Reed (Magenta) : claviers
Christina (Magenta) : chant
Matthew Cohen (Magenta) : basse
Chris Fry (Magenta) : guitare
Martin Rosser (Magenta) : guitare
Allan Mason-Jones (Magenta) : batterie
Nigel Voyle (Cyan) : chant
Andy Edwards (Ezra) : chant, guitare
Dave Wagstaff (Landmarq) : batterie
Tracy Hitchings (Landmarq) : chant
Steve Gee (Landmarq) : guitare
Doogie White (ex Rainbow/Yngwie Malmsteen) : chant
Chris Dale (Sack Trick) : chant, basse
Rob Gould (Fula) : claviers
Rachel Jones (ex Karnataka) : chant
Jonathan Edwards (ex Karnataka/Panic Room) : claviers
Paul Davies (ex Karnataka/Panic Room) : guitare
Robert Cottingham (Touchstone) : claviers, chant
Liz Prendergaste (Bluehorses) : chant, violon
Nic Waulker (Bluehorses) : batterie

Titres

01. Single Mix
02. Definitive Mix
03. Air Mix
04. Cue Mix
05. Instrumental

dimanche 29 mars 2015

Anne-Marie Helder - The Contact (2004)

Anne-Marie Helder - The Contact (2004)
Anne-Marie Helder - The Contact
(2004)
Après avoir fait ses premières armes au sein du groupe gallois Tiger Dragon, Anne-Marie Helder rejoint Karnataka, alors en pleine ascension, en 2002. Deux ans plus tard, alors que la formation est sur le point d'éclater suite à la séparation de Ian et Rachel Jones, Anne-Marie sort son premier album solo, The Contact. En réalité, il s'agit plus exactement d'un mini album puisqu'il ne comporte que six titres et dépasse à peine la demi-heure.

Avec ce disque, Anne-Marie Helder dévoile plusieurs facettes de son talent. Talent de compositrice car elle a seule écrit toutes les chansons du disque. Talent de multi-instrumentiste en jouant quasiment de tous les instruments : guitare, piano, flûte, percussions mais aussi programmation. Dave Kilminster, son compagnon et également guitariste de Keith Emerson sur scène depuis 2002, est juste venu lui prêter main forte avec quelques soli sur Blood Red Sky, No Other Lover et Murder ainsi que Adam Pain à la basse. Talent de chanteuse. Avec Karnataka, elle n'était qu'aux chœurs. Grâce à cet album, sa voix, à la fois douce, puissante et écorchée est mise en avant. Talent de productrice associée à ses deux collaborateurs, Dave Kilminster et Adam Pain. Enfin, talent de graphiste puisque c'est elle qui a conceptualisé l'artwork du livret et de la pochette du CD.

A l'exception d'Exodus, toute les chansons ont été construites à partir de la guitare acoustique. Blood Red Sky, inspirée par une histoire de double meurtre dans l'Est de l'Angleterre, lorgne du côté de Joni Mitchell par son aspect folk. Exodus était prévue à l'origine pour Tiger Dragon. Elle combine une voix d'une grande intensité accompagnée d'un piano solitaire et de quelques notes synthétiques de violoncelle. Ce morceau intimiste préfigure, avec une petite dizaine d'années d'avance, le projet Luna Rossa qu'Anne-Marie montera avec Jonathan Edwards. A contrario, Autocratic est bien plus violente, que ce soit dans la forme ou dans le fond. Anne-Marie laisse exprimer sa colère contre ces personnes parasites qui se mêlent continuellement de ce qui ne les regarde pas. Retour aux influences folk avec Stallions & Nags, au chant tourmenté, qui a pour thème l'addiction aux drogues, à l'alcool et à tout autre fléau qui nous détruit de l'intérieur sous couvert d'apporter un bien-être mensonger. No Other Lover est la chanson d'amour du disque pleine d'émotion. Enfin, Murder conclut The Contact de manière angoissante. Ce titre torturé évoque les psychopathes qui prennent plaisir à faire souffrir les autres. Anne-Marie en livre une prestation complètement habitée, possédée. 

Ce qui ressort de ce disque, c'est qu'Anne-Marie Helder est une femme libre, qui sait où elle va et ce qu'elle veut. Cependant, s'il faut bien reconnaître que son chant n’atteint pas la dimension émotionnelle d'une Joanne Hogg, d'une Christina Booth ou d'une Heather Findlay, notre chanteuse compense cette "faiblesse" (toute relative)  par son éclectisme qui l'emmène à prendre des risques et à la conduire là où on ne l'attend pas forcément. En définitive, The Contact ne marque que le début d'une longue et riche carrière à venir. 

Musiciens


Anne-Marie Helder : chant, guitare, piano, flûte, percussions, programmation

Dave Kilminster : guitare
Adam Pain : basse

Titres


01. Blood Red Sky
02. Exodus
03. Autocratic
04. Stallions & Nags
05. No Other Lover
06. Murder

jeudi 26 mars 2015

Karnataka - Strange Behaviour (2004)

Karnataka - Strange Behaviour (2004)
Karnataka - Strange Behaviour (2004)
Sorti en 2004, Strange Behaviour marque la fin d'une époque. Il s'agit du premier et dernier enregistrement live audio de Karnataka, du moins sous cette formation qui comprend Rachel Jones au chant, Ian Jones à la basse, Jonathan Edwards aux claviers, Paul Davies à la guitare, Gavin Griffiths à la batterie et Anne-Marie Helder aux chœurs, flûte, bombarde et percussions. 

Sur scène, cette dernière est très vite devenue la valeur ajoutée du groupe. Par sa présence, elle est dotée d'un charisme remarquable, mais aussi par son talent artistique. Sa voix se mélange à merveille avec celle de Rachel qui, soit dit en passant, demeure toujours aussi unique et envoûtante. L'apport de la flûte au côté des instruments plus "classiques" des autres musiciens donne de réelles couleurs à des titres comme After The Rain, Heaven Can Wait, The Right Time, The Storm ou encore The Journey. Quant à la bombarde, cet autre instrument de musique à vent, elle illumine littéralement l'inédit Talk To Me

Effectivement, non seulement Strange Behaviour ne comporte pas moins de vingt-et-un titres, mais deux sont inédits (le précité et These Dreams Are Over) et deux sont cachés à la fin du second CD (le rare Run To Me du premier album et l'inévitable Shine interprété à chaque tournée). Si Delicate Flame Of Desire est joué dans sa quasi-intégralité à l'exception d'un seul titre, The Storm est bien représenté avec sept chansons sur dix, de même que l'album Karnataka avec quatre titres.

Ce double album live est donc un excellent témoignage de ce dont était capable Karnataka sur scène, à une époque où régnait encore une certaine osmose entre ses musiciens. Malheureusement, peu de temps après sa parution, le groupe annoncera sa séparation. Mais, tel le phénix, il renaîtra quelques années plus tard sous la seule conduite de Ian Jones alors que Rachel sera partie rejoindre The Reasoning et que les quatre membres restant formeront Panic Room avec un autre bassiste et Anne-Marie au chant principal.  

Musiciens


Rachel Jones : chant, percussions
Ian Jones : basse, guitare acoustique
Jonathan Edwards : claviers
Anne-Marie Helder : chant, flûte, bombarde, percussions
Paul Davies : guitare, chant
Gavin John Griffiths : batterie, percussions

Titres


1.01. Intro - Karnataka (excerpt)
1.02. Time Stands Still
1.03. After The Rain
1.04. Crazy
1.05. Dreamer
1.06. Heaven Can Wait
1.07. The Right Time
1.08. I Should Have Known
1.09. Delicate Flame Of Desire
1.10. These Dreams Are Over
1.11. The Storm

2.01. Must Be The Devil
2.02. Strange Behaviour
2.03. Everything Must Change
2.04. Talk To Me
2.05. The Journey
2.06. Tell Me Why
2.07. Heart Of Stone
2.08. Out Of Reach
+ Run To Me
+ Shine

lundi 23 mars 2015

Elin Fflur - Dim Gair (2004)

Elin Fflur - Dim Gair (2004)
Elin Fflur - Dim Gair (2004)
L'univers de Rob Reed, leader de Magenta, ne se limite pas au rock progressif. Après l'expérience Trippa, il le prouve à nouveau avec l'album Dim Gair de la jeune chanteuse galloise Elin Fflur. 

Cette dernière n'est pas une inconnue au Pays de Galles puisqu'elle a chanté dans deux groupes à succès, Carlotta puis Y Moniars, et, surtout, elle a remporté, en 2002, le concours Cân i Gymru (en anglais : A song for Wales). Cette compétition se déroule chaque année depuis 1969. Elle devait servir, à l'origine, de présélection en cas de participation du Pays de Galles à l'Eurovision. Les vainqueurs sont uniquement sélectionnés par un jury de professionnels, sans intervention du public, et les participants doivent uniquement chanter en gallois afin de faire la promotion de cette langue en voie d'extinction.  

C'est d'ailleurs dans cette langue qu'a choisi de chanter Elin sur son premier disque solo paru fin 2003, début 2004. D'abord surprises par cet idiome inhabituel, nos oreilles s'habituent progressivement, au fur et à mesure qu'elles découvrent cet album pop, plutôt traditionnel dans la forme, qui alterne entre ballades romantiques, comme les douces et séduisantes Ar Lan Y Môr ou Tybed Ile Mae Hi Heno? aux grandes orchestrations, et les passages plus rock, plus électriques comme le morceau titre Dim Gair et Syrthio. Tous deux, composés par Rob Reed et Christina Murphy, sont en fait extraits du répertoire de Trippa. Syrthio n'est autre que Falling de The Trippa EP. Quant à Dim Gair (Speechless), il deviendra ultérieurement un single de Magenta. Ces reprises n'ont pas dû désorienter le batteur de l'album, Ryan Aston, car c'est également lui qui tenait les baguettes dans Trippa.

Grâce à son chant à la fois puissant et émouvant, dans la même veine que celui de Christina ou de certaines chanteuses italiennes telles que Giorgia ou Irene Grandi, Elin nous livre une interprétation impeccable de chacune de ses chansons qui bénéficient d'une production très soignée. En effet, en plus de Rob Reed, la jeune artiste s'est également entourée de Christian Phillips (monsieur "Cha Cha Cha" sur Gluttony dans Seven, c'est lui) et de Nigel Hopkins, tous deux dotés d'une solide réputation chez nos amis Gallois. 

Dim Gair est donc un album honnête, fort recommandable, qui témoigne de la vivacité d'une culture locale très populaire, mais peu connue hors de ses frontières.

Musiciens


Elin Fflur : chant

Ryan Aston : batterie
Christian Phillips : guitares, basse, chœurs
Rob Reed : claviers, programmation
Nigel Hopkins : claviers, programmation
Caryl Parry Jones : chœurs

Titres


01. Dim Gair
02. Ydio'n Deg?
03. Ddoi'm Yn Ôl
04. Pan Ddaw'r Haul
05. Mae'r Ysbryd Yn Troi
06. Tybed Ile Mae Hi Heno?
07. Paid Troi Dy Gefn
08. Y Llwybr Law I'r Dyffryn
09. Ar Lan Y Môr
10. Syrthio
11. Unwaith
12. Gwylio Sêr Y Nos

samedi 21 mars 2015

Magenta - Another Time... Another Place... (2004)

Magenta - Another Time... Another Place... (2004)
Magenta - Another Time...
Another Place... (2004)
Le passage à l'album live est un cap obligé pour tout artiste. Mais, l'exercice peut se révéler périlleux tant il faut répondre aux attentes d'un public souvent exigeant. Avec Another Time... Another Place..., Magenta franchit le cap haut la main. Si, en studio, la formation est centrée autour du noyau Rob Reed/Christina, sur scène, elle se révèle être un authentique groupe uni où tous les musiciens sont mis en valeur. 

Christina est éblouissante d'un morceau à l'autre et prouve à qui en doutait encore qu'elle est une très grande chanteuse. Digne héritière de la pionnière Annie Haslam, elle fait désormais partie du cercle très restreint des chanteuses de rock progressif, au même titre que ses "aînées" Joanne Hogg, Heather Findlay ou Rachel Jones.

Rob Reed, véritable chef d'orchestre sur scène, se révèle être un compositeur et un musicien aussi talentueux que Troy Donockley, Dave Bainbridge ou Bryan Josh. Comme ces deux derniers, il forge son groupe à son image et le mène vers des sommets.  

Chris Fry, secondé par un Martin Rosser plus discret, est l'autre grande révélation. Cette bête de scène, dotée d'une très grande sensibilité musicale, est LE guitariste de rock progressif des années 2000 comme l'ont été avant lui David Gilmour dans les années 70, Steve Rothery dans les années 80 et John Petrucci dans les années 90. 

Si Christina est la voix de Magenta, Rob Reed son âme, Chris Fry son cœur et Martin Rosser son bras droit, Matthew Cohen, le bassiste, et Allan Mason-Jones, le batteur, en sont la colonne vertébrale. Et celle-ci est solide car elle bénéficie d'une complicité ancienne, née dans la seconde moitié des années 90, lorsque les deux compères jouaient ensemble au sein de Unbroken Spirit.

Enregistré à travers l'Europe entre 2002 et 2004, cet album se présente sous la forme d'un double CD d'une durée totale supérieure à deux heures. La (courte) carrière du groupe est survolée. Seven est très bien représenté avec quatre pêchés capitaux sur sept (Gluttony, Lust, Pride et Anger). Les splendides Children Of The Sun et The White Witch de Revolutions sont interprétées dans leur intégralité, dans des version dépassant les vingt minutes. En revanche, du bien nommé Genetesis, seul l'essentiel a été sauvegardé et sa durée s'en trouve réduite de moitié (douze minutes "seulement"). Broken peut être considéré comme leur premier single tandis que Call Me est un petit clin d'oeil à Cyan, l'ancien groupe de Rob Reed.

Même si les versions jouées en concert et enregistrées pour ce disque divergent des versions originales, Another Time... Another Place... constitue une excellente introduction à ce groupe d'exception. C'est un tel bonheur pour les oreilles de les écouter que l'on en redemande encore et encore. Ce sera chose faîte moins d'un an après avec, cette fois-ci, le plaisir des yeux en plus, grâce à la parution du DVD The Gathering.    

Magenta - The Gathering
(2005)


Musiciens



Christina : chant
Rob Reed : claviers, chant
Chris Fry : guitares, chœurs
Martin Rosser : guitares, chœurs
Matthew Cohen : basse
Allan Masson-Jones : batterie

Titres


1.01. Opus 3
1.02. Gluttony
1.03. Lust
1.04. Broken
1.05. Children Of The Sun
1.06. Call Me

2.01. The White Witch
2.02. Genetesis
2.03. Pride
2.04. Anger  

mardi 17 mars 2015

Magenta - I'm Alive (2004)

Magenta - I'm Alive (2004)
Magenta - I'm Alive (2004)
Second EP du groupe, I'm Alive comprend quatre chansons et une vidéo inédite, celle de Broken.

Inspirée du célèbre Da Vinci Code et basé sur la relation supposée entre Jésus et Marie-Madeleine, I'm Alive est une chanson d'amour punchy sur laquelle Christina démontre la toute puissance de ses capacités vocales.

Cold, démo datant de 1995, est un document d'archive d'une très haute importance puisque c'est sur ce titre que Rob Reed et Christina ont travaillé ensemble pour la toute première fois. Il était, à l'origine, prévu pour l'album de Cyan, Pictures From The Other Side.

Le suivant, King Of The Skies, est à nouveau une chanson d'amour aux sonorités très rock. Tout le groupe prend plaisir à jouer sur ce morceau qui relate l'étrange relation de Boudicca, reine des Iceni, avec son amant.

Enfin, Pride est présentée dans sa version originale, différente de celles de l'album Seven, notamment avec son introduction étendue, aux accents jazzy. Il est ainsi fort intéressant de suivre l'évolution de ce morceau, un des plus emblématique du groupe, en recherchant ce qui a été modifié ou supprimé sur la version définitive.

I'm Alive est donc un excellent supplément à l'album Seven et nous permet de découvrir une facette différente, plus pop, de notre groupe gallois. 

Musiciens


Rob Reed : claviers, programmation, guitare
Christina : chant
Chris Fry : guitare
Martin Rosser : guitares
Matthew Cohen : basse
Allan Masson-Jones : batterie

Titres


01. I'm Alive
02. Cold (Demo)
03. King Of The Skies
04. Pride (Director's Cut)
05. Broken (Video)

lundi 16 mars 2015

Magenta - Broken (2004)

Magenta - Broken (2004)
Magenta - Broken (2004)
Trois mois après la sortie de Seven, Magenta sort son premier EP en juin 2004. Toutefois, ceux ne sont pas exactement les mêmes musiciens entendus sur l'album qui ont participé à cet enregistrement. Si au chant on retrouve bien évidemment Christina, et aux claviers Rob Reed, les autres musiciens sont ceux qui accompagnent le groupe sur scène : Chris Fry et Martin Rosser (The Othello Syndrome) aux guitares, Matthew Cohen (Erasmus) à la basse et Allan Mason-Jones à la batterie. 

Broken, la chanson titre, est la première du groupe dont les paroles ont été écrites par Christina. Ce sympathique morceau pop aux influences progressives a été inspiré d'une nouvelle d'Anne Rice sur les morts-vivants.

Call Me, avec sa douce mélodie au piano, est une des plus anciennes chansons écrite par Rob, alors jeune adolescent. D'abord chantée par son frère Steve, elle est devenue ensuite un instrumental sur l'album de Cyan, For King And Country. Une nouvelle vie lui est donnée ici grâce à la poignante interprétation de Christina secondée par un Chris Fry inspiré à la guitare. 

Enregistrée à l'origine pour la compilation Kalevala - A Finnish Progressive Rock Epic (Musea Records), Lemminkainen's Lament a été remixée dans une version celtique. Cette "complainte de Lemminkainen", héros guerrier de la mythologie finnoise, est un véritable joyau progressif comportant de multiples changements de rythme sur lequel glisse le chant magique de Christina.

Opus 3 est un instrumental dans la lignée des Opus 1 et 2 de Revolutions. D'une durée de deux minutes et demi, ce titre était utilisé pour l'ouverture des concerts du groupe à cette époque. Rob, unique interprète, a programmé ses claviers pour qu'ils donnent un son identique à celui d'un orgue d'église.

Enfin, un autre remix, celui de Sloth, dernier des pêchés capitaux du précédent album, clôt cet EP. Cette version chant-piano-orchestre portée par une Christina lumineuse ainsi que par les cordes de l'Orchestre symphonique de Vienne déborde d'émotion et donne à ce titre une nouvelle dimension dépassant les limites du rock progressif.

Musiciens


Rob Reed : claviers
Christina : chant
Chris Fry : guitares
Martin Rosser : guitares
Matthew Cohen : basse
Allan Mason-Jones : batterie

Titres


01. Broken
02. Call Me
03. Lemminkainen's Lament (2004 Celtic Remix)
04. Opus 3
05. Sloth (String Mix)

samedi 14 mars 2015

Magenta - Seven (2004)

Magenta - Seven (2004)
Magenta - Seven (2004)
Digne successeur d'un Revolutions pas du tout révolutionnaire, mais s'inscrivant dans la droite lignée de ses illustres aînés, Yes et Genesis en tête, Seven est l'album de la consécration pour Magenta. Désormais, le groupe, toujours constitué autour du binôme Christina/Rob Reed, s'engage sur sa propre voie. Christina s'installe dans son rôle de chanteuse de rock progressif avec une voix qui gagne en assurance et en profondeur. Rob Reed, l'homme-orchestre, voit grand en faisant appel à l'illustre Orchestre symphonique de Vienne. En plus des musiciens déjà présents sur Revolutions (Tim Robinson, Chris Fry, Martin Shellard), il a également convié Christian Phillips et, surtout, l'ancien guitariste de The Othello Syndrome, Martin Rosser. Si Rob signe une nouvelle fois toutes les musiques, les paroles sont, elles aussi, à nouveau écrites par son frère, Steve Reed. C'est à lui que l'on doit le concept de cet album basé sur une libre interprétation des 7 pêchés capitaux : la gourmandise, l'envie, la luxure, l'avarice, la colère, l’orgueil et la paresse.

Gluttony, la gourmandise, ouvre l'album en beauté et nous met d'entrée en appétit. Magenta nous rappelle sa filiation assumée avec Yes. Lui succède la splendide Envy, l'envie. Cette chanson se place du point de vue d'un homme récemment séparé de se famille suite à une rupture qui, dans un parc, pose son regard sur un jeune couple d'amoureux. Ici, le chant de Christina n'est pas sans rappeler celui d'une autre grande chanteuse galloise, Dame Shirley Bassey. S'ensuit un Lust, la luxure, conçu comme une suite à The White Witch du premier album. Notre sorcière blanche, éternelle amoureuse de la vie, continue à aider son entourage malgré le rejet continuel de celui-ci. Du haut de ses quatorze minutes, Greed, l'avarice, est sans aucun doute la chanson la plus ambitieuse du disque avec son air de comédie musicale. Au thème plutôt sombre, elle relate la vie d'une actrice sur le déclin qui a continuellement besoin d'être aimée, admirée par son public. Anger, la colère, lui succède. Seul titre d'une durée inférieure à dix minutes, il nous livre la plainte tragique d'un mari inconsolable et en colère contre Dieu suite au décès accidentel de son épouse. Condensé d'émotion sur lequel Chris Fry fait des miracles à la guitare, d'abord acoustique, puis électrique. Sur Pride, l’orgueil, Steve Reed s'est fait plaisir en évoquant sa fierté d'être père et d'avoir fondé un foyer. A nouveau, Yes n'est pas bien loin sur ce morceau dynamique. Enfin, le floydesque Sloth, ferme tranquillement Seven. S’étalant sur une dizaine de minutes et marqué par les soli de guitare de Martin Shellard qui n'ont rien à envier à ceux du génial David Gilmour, la paresse laisse plutôt place à la sagesse des Indiens d'Amérique qui, quand ils savaient que leur heure était venue, attendaient patiemment la mort.

Avec Seven, Magenta devient donc, en cette année 2004, la grande révélation musicale de l'univers du progressif. "Altius, Fortius" (plus haut, plus fort), telle pourrait être la devise du groupe gallois. Pour finir, à noter que l'artwork a été réalisé par un jeune graphiste, Adam J. Hodgson, futur guitariste de Touchstone.

Musiciens


Christina : chant
Rob Reed : claviers, basse, flûte, clavecin, piano, guitares, chœurs

Tim Robinson : batterie
Chris Fry : guitares
Martin Rosser : guitare
Martin Shellard : guitare
Christian Philipps : chant (Cha Cha Cha)

The Vienna Symphony Orchestra : cordes

Titres


01. Gluttony
02. Envy
03. Lust
04. Greed
05. Anger
06. Pride
07. Sloth

mercredi 11 mars 2015

The Classic Rock String Quartet - A Classic Rock Tribute To Pink Floyd (2004)

The Classic Rock String Quartet - A Classic Rock Tribute To Pink Floyd (2004)
The Classic Rock String Quartet -
A Classic Rock Tribute To Pink Floyd
(2004)
Claviériste de Mostly Autumn, Iain Jennings est un grand fan de Pink Floyd et, en particulier, de Rick Wright. Il l'a démontré dernièrement sur Pink Floyd Revisited. Il le prouve à nouveau, en cette même année 2004, avec un projet, fort original, qui consiste à reprendre le répertoire de son groupe fétiche en version classique avec un simple piano accompagné d'un quatuor à cordes, The Classic Rock String Quartet.

Formé d'Anna Kirpatrick et d'Emma Parker aux violons, d'Emma Owens à l'alto et de Laura Anstee au violoncelle, ces musiciennes n'en sont pas à leur premier coup d'essai puisqu'elles ont également enregistré les albums A Classic Rock Tribute To BowieA Classic Rock Tribute To Led Zeppelin et A Classic Rock Tribute To Genesis. Bien que toutes de formation classique, l'univers du rock ne leur est absolument pas étranger. Certaines d'entre elles ont joué avec de grandes stars internationales telles que Paul McCartney, Elton John, Phil Collins ou Roger Daltrey. 

Un piano, des cordes... Ne manquerait-il pas un ingrédient supplémentaire ? Angela Goldthorpe, également membre de Mostly Autumn, vient compléter l'équipe et apporter épisodiquement ce petit complément d'âme avec sa flûte. Grâce à elle, le déjà magnifique Shine On You Crazy Diamond irradie dans toute sa splendeur, elle se promenait juste avant, délicatement, sur un Us And Them plein de saveur, puis, telle une vague désespérée, elle est allée se jeter sur le déchirant Fletcher Memorial Home avant de faire écho au piano de Iain sur un Cluster One duquel jaillira une longue rivière sans fin...

Conçu comme une œuvre classique, l'album se divise en quatre mouvements d'une quinzaine de minutes chacun. Toute la discographie du groupe est survolée, du premier disque, paru en 1967, The Piper At The Gates Of Dawn au dernier en date à ce moment, The Division Bell. Toutefois, le cultissime The Dark Side Of The Moon est le mieux représenté avec quatre extraits, suivi par le non moins célèbre The Wall avec trois de ses titres.

Bien que non révolutionnaire, ce Classic Rock Tribute to Pink Floyd se démarque aisément de ses semblables grâce à cette indéniable touche d'originalité, mais aussi de simplicité et d'élégance. L'interprétation, d'une très grande fluidité, nous rappelle humblement l'intemporalité de cette musique qui a, indéniablement, marqué à tout jamais l'histoire du rock. 

Musiciens


Anna Kirpatrick : violon
Emma Parker : violon
Emma Owens : alto
Laura Anstee : violoncelle

Iain Jennings : piano
Angela Goldthorpe : flûte

Titres


01. 1st Movement - (Invention)
Astronomy Domine - Arnold Layne - See Emily Play - Bike - Set The Controls For The Heart Of The Sun - Saucerful Of Secrets - Grantchester Meadows - Fat Old Sun - Atom Heart Mother
02. 2nd Movement - (Harmony)
Echoes - Breathe - Great Gig In The Sky - Us And Them - Eclipse - Shine On You Crazy Diamond
03. 3rd Movement - (Division)
Sheep - Pigs On The Wing - In The Flesh - Another Brick In The Wall (Part 2) - Comfortably Numb - Fletcher Memorial Home - The Final Cut
04. 4th Movement - Reconstruction)
The Dogs Of War - On The Turning Away - Cluster One

lundi 2 mars 2015

Ayreon - The Human Equation (2004)

Ayreon - The Human Equation (2004)
Ayreon - The Human Equation (2004)
Ayreon est le projet musical du multi-instrumentiste néerlandais Arjen Lucassen qui mélange à la fois opéra rock faisant appel à une multitude d'invités, et musiques aux influences heavy metal, progressive, folk, pop-rock, voire classique. 

Son nouvel opus, The Human Equation, ne déroge pas à la règle à l'exception près que, pour la première fois, il ne traite pas d'un sujet de science-fiction, même si l'histoire se situe aux frontières du réel. En effet, suite à un accident de voiture inexpliqué, un homme se trouve plongé dans le coma. Alors que sa femme et son meilleur ami le veillent, il est confronté intérieurement à une multitude d'émotions aussi diverses que l'amour, la raison, la passion, la fierté ou la peur. Certaines d'entre elles avaient d'ailleurs été oubliées depuis bien longtemps... Elles vont l'amener, progressivement, à prendre conscience de ce qu'est réellement un être humain, et à le mettre face à ses choix passés pour qu'il réussisse à sortir de son état comateux, puis, finisse par se réveiller. L'histoire dure vingt jours et chaque jour correspond à une chanson.

Afin d'incarner les différents personnages, Arjen a réuni un casting de rêve. Si lui même interprète le meilleur ami, l'homme dans le coma est joué par James Labrie de Dream Theater, l'épouse, la grande révélation du disque, par Marcela Bovio, chanteuse soprano du groupe mexicain Elfonia, et le père par Mike Baker de Shadow Gallery. Les émotions ressenties par le héros sont tout à tour personnifiées par Devin Townsend (Rage), Devon Graves (Agony), Eric Clayton (Reason), Magnus Ekwall (Pride), Mikael Åkerfeldt (Fear) et Irene Jansen (Passion), sœur de Floor Jansen, future chanteuse de Nightwish,. Love est, quant à elle, interprétée par Heather Findlay de Mostly Autumn. Elle apporte ici toute sa fraîcheur et son professionnalisme sur le très beau Sign, ballade celtique se terminant par un duo étrange avec James Labrie.

Autres invités de marque aux claviers : Martin Orford d'IQ, Oliver Wakeman (Jabberwocky, The Hound Of The Baskervilles) et Ken Hensley, ex-Uriah Heep. Avec tout ce beau monde et les autres musiciens qui l'accompagnent, Lucassen nous offre une œuvre originale d'une grande densité, s'étalant sur plus de cent minutes de musique, et comportant de multiples influences. Parmi les plus évidentes, citons les Beatles, Pink Floyd, Queen, David Bowie, Jethro Tull, Led Zepplin, Kate Bush ou encore Opeth. On peut également déceler l'influence lointaine du groupe polonais Millenium qui, en 2000, avec le concept-album Vocanda, premier d'une trilogie, racontait une histoire similaire d'un homme tombé dans le coma suite à un accident de voiture et faisant le bilan de sa vie ainsi que des choix à faire.

Par rapport à ses précédents disques, Arjen explique que "les parties calmes sont encore plus calmes, les parties folk sont encore plus folk, les parties progressives le sont encore plus et les parties heavy aussi". (source : Higlands Magazine n°26). Tout a donc été minutieusement soigné jusqu'à la perfection, chaque voix, chaque note. Sans aucun doute, The Human Equation est appelé à devenir un classique du rock progressif et Ayreon une référence musicale incontournable.

Musiciens


Arjen Lucassen : chant, guitares, basse, mandoline, claviers

James Labrie : chant
Marcela Bovio : chant
Eric Clayton : chant
Heather Findlay : chant
Mikael Åkerfeldt : chant
Magnus Ekwall : chant
Mike Baker : chant
Irene Jansen chant
Devon Graves : chant
Devin Townsend : chant

Joost van den Broek : claviers
Martin Orford : claviers
Ken Hensley : claviers
Oliver Wakeman : claviers
Ed Warby : batterie, percussions
Robert Baba : violon
Marieke van der Heyden : violoncelle
John McManus : flûtes
Jeroen Goossens : instruments à vent

Titres


1.01. Day One: Vigil
1.02. Day Two: Isolation
1.03. Day Three: Pain
1.04. Day Four: Mystery
1.05. Day Five: Voices
1.06. Day Six: Childhood
1.07. Day Seven: Hope
1.08. Day Eight: School
1.09. Day Nine: Playground
1.10. Day Ten: Memories
1.11. Day Eleven: Love

2.01. Day Twelve: Trauma
2.02. Day Thirteen: Sign
2.03. Day Fourteen: Pride
2.04. Day Fifteen: Betrayal
2.05. Day Sixteen: Loser
2.06. Day Seventeen: Accident?
2.07. Day Eighteen: Realization
2.08. Day Nineteen: Diclosure
2.09. Day Twenty: Confrontation

dimanche 1 mars 2015

Mostly Autumn - Pink Floyd Revisited (2004)

Mostly Autumn - Pink Floyd Revisited (2004)
Mostly Autumn - Pink Floyd Revisited
(2004)
Ils l'ont enfin fait ! C'était inévitable. Il a fallu pourtant attendre que Rick Wright déclare à la BBC apprécier et admirer la musique de Mostly Autumn pour que Bryan Josh, suite à cet adoubement, se décide à reprendre le répertoire de Pink Floyd et à l'interpréter sur scène.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Josh et ses acolytes se sont fait plaisir en sélectionnant les titres de ce tribute. Ils n'ont absolument pas chercher à enchaîner les hits. Au contraire, ils se sont surtout efforcés à surprendre. Ainsi, aux côté des incontournables Another Brick In The Wall ou Comfortably Numb, sont interprétés des titres plus improbables comme Julia Dream datant de 1968 et chantée alors par David Gilmour, ou Fat Old Sun dans une version bien plus intéressante que l'originale qui se trouve sur Atom Heart Mother. Détail amusant : la pochette de ce Pink Floyd Revisited fait explicitement référence à The Dark Side Of The Moon alors qu'en fait, aucun titre de cet album de légende n'a été retenu contrairement à The Wall ou Animals très bien représentés.

Les dix-sept minutes d'Echoes créent l’événement à elles seules. Un peu moins "planant" que l'original, ce morceau fait partie des bonnes surprises avec son final flamboyant et ses guitares aériennes. Tout comme Julia Dream déjà évoqué et chantée ici par une Heather Findlay radieuse accompagnée à la flûte à bec et aux chœurs par Angela Goldthorpe. De même, Hey You et Comfortably Numb tiennent parfaitement la route. En revanche, Pigs On The Wing qui ouvre et ferme le concert, Another Brick In The Wall, Sheep et Run Like Hell sont nettement plus faibles, notamment à cause du chant de Bryan pas toujours à la hauteur ni très juste. Peut être aurait-il dû laisser une plus grande place à Heather ? Peu importe, finalement, car même si n'est pas Pink Floyd qui veut, Mostly Autumn a su prendre des risques en rendant cet hommage à ses maîtres, et c'est bien là la marque de véritables artistes.

Avec ce concert, c'est aussi l'occasion de découvrir le nouveau batteur du groupe. Il s'agit d'Andrew Jennings, petit frère du claviériste Iain Jennings. Il succède ainsi à Jonathan Blackmore parti vers d'autres aventures.

Musiciens


Bryan Josh : chant, guitare
Heather Findlay : chant, guitare, bodhran
Iain Jennings : claviers, chœurs
Liam Davison : guitare, chœurs
Angela Goldthorpe : flûtes, claviers, chœurs
Andy Smith : basse
Andrew Jennings : batterie

Titres


01. Pigs On The Wing
02. Echoes
03. Fat Old Sun
04. Another Brick In The Wall
05. Sheep
06. Julia Dream
07. Hey You
08. Comfortably Numb
09. Run Like Hell