dimanche 31 mai 2015

Iona - The Circling Hour (2006)

Iona - The Circling Hour (2006)
Iona - The Circling Hour (2006)
Six ans d'attente ! Il aura fallu attendre six longues années entre Open Sky, sorti en 2000, et le petit dernier, The Circling Hour.

Pourtant, entre ces deux opus, nos amis n'ont pas chômé. Si Joanne Hogg a fait le choix de privilégier son foyer et ses enfants, elle n'a pas complètement disparu et a fait quelques apparitions remarquées, que ce soit sur les quatre volets de la série des New Irish Hymns, aux côtés du guitariste et compositeur Phil Hart, sur la bande originale du jeu vidéo Xenosaga, sur l'album solo de Troy Donockley, The Pursuit Of Illusion, ou sur celui de Dave Bainbridge, Veil Of Gossamer.

Ce dernier a, en outre, réalisé, durant ce laps de temps, la compilation Song For Luca, réunissant nombre de musiciens de la galaxie Iona, afin d'aider son fils autiste. Il a également enregistré avec son complice Troy Donockley deux disques très originaux, From Silence et When Worlds Collide. Comme Dave, Troy a aussi sorti son album solo, The Pursuit Of Illusion et il a collaboré avec de grandes artistes anglo-saxonnes comme Maddy Prior, Barbara Dickson, Moya Brennan, Jennifer Cutting ou Carol Arblaster. C'est avec son épouse, Marlou, que le batteur-violoniste Frank van Essen a enregistré Immanuël dédié aux chants de Noël traditionnels néerlandais.

Riche de ces nouvelles expériences, nous avons bien là un groupe soudé qui apparaît sur ce nouveau chef d'œuvre. Même si c'est lors des séances préliminaires d'improvisation  que sont nés nombres de titres parmi lesquels Factory Of Magnificient Souls, No Fear In LoveStrengh ou Empyrean Dawn, où seuls étaient présents Joanne, Dave et Frank, ou bien si Troy est arrivé avec Sky Maps et Wind Off The Lake, c'est bien le groupe tout entier, y compris le bassiste Phil Barker, qui a construit le disque. Dans une interview accordée au magazine Koid'9, Dave définit le résultat final comme "une musique progressive entraînante, pleine de vie, avec des tendances celtiques et des influences folk, rock et ambient". On ne saurait mieux résumer !

The Circling Hour a la particularité première de s'ouvrir sur un délicat murmure a cappella de Joanne Hogg (Empyrean Dawn) et de se terminer sur le même thème, chanté de manière si fragile, cette fois-ci, par Heather Findlay de Mostly Autumn, unique invitée (Fragment Of A Fiery Sun). Aux côtés de chansons plus faciles d'accès, telle que la splendide Factory Of Magnificient Souls qui devait, à l'origine, donner son nom au disque, la voix de Joanne est utilisée dans des morceaux plus complexes comme Wind Off The Lake ou Wind, Water & Fire - Water, en tant qu'instrument à part entière rappelant les vocalises angéliques de Lisa Gerrard.

2006 est donc une année à inscrire dans le marbre puisque non seulement Iona est revenu avec un album à son image, c'est-à-dire exceptionnel, une autre artiste du même univers musical fait également un come back très attendu après de nombreuses années de silence. Loreena McKennitt, dont la voix n'a rien à envier à celle de Joanne Hogg, est de retour et nous livre son premier album depuis la fin des années 90, An Ancient Muse. Mais, il s'agit là d'une autre histoire... 

Musiciens


Joanne Hogg : chant, claviers
Dave Bainbridge : guitares, claviers, bouzouki, mandoline, percussions, chœurs
Troy Donockley : uilleann pipes, low, tin & high whistles, bouzouki, guitares, claviers, chœurs
Phil Barker : basse
Frank van Essen : batterie, percussions, violon, alto, chœurs

Heather Findlay : chant

Titres


01. Empyrean Dawn
02. Children Of Time
03. Strength
04. Wind Off The Lake
05. Factory Of Magnificent Souls
06. Sky Maps
07. No Fear In Love
08. Wind, Water & Fire - Wind
09. Wind, Water & Fire - Water
10. Wind, Water & Fire - Fire
11. Fragment Of A Fiery Sun

jeudi 28 mai 2015

Ayreon - Come Back To Me (2005)

Ayreon - Come Back To Me (2005)
Ayreon - Come Back To Me (2005)
Come Back To Me est un single extrait de The Human Equation d'Ayreon. La chanson Come Back To Me s'intitule, sur cet album, Day Seven: Hope. Elle est présentée ici dans une version légèrement plus longue que l'originale, toujours aussi dynamique et entraînante.

L'intérêt principal de ce CD réside dans le deuxième titre, August Fire, chanté par Heather Findlay qui en a composé les paroles et crée la mélodie. Enregistrée par Iain Jennings, claviériste de son groupe Mostly Autumn qui vient de sortir en cette même année 2005 son premier album solo, Breathing Space, cette chanson devait figurer initialement sur The Human Equation. Contrastant avec l'univers plus métalleux d'Ayreon, Heather (chant, bodhran) et Arjen Lucassen, aux autres instruments, nous offrent, sur 2'42',' une douce ballade menée à la perfection par une voix féminine toujours aussi plaisante et féerique. 

When I'm Sixty-Four, reprise des Beatles chantée par Arjen, est le troisième titre du single. Composée par Paul McCartney alors qu'il n'avait que seize ans, ce classique de la pop figure sur l'album culte Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band publié en 1967. 

Enfin, le disque se conclut sur une version dance remixée de Come Back To Me tout à fait dispensable. En bonus, deux plages multimédias complémentaires peuvent être lues sur ordinateur : le vidéo-clip de Come Back To Me accompagné de son making of.   

Musiciens


Arjen Lucassen : chant, instruments
Heather Findlay : chant, bodhran
James Labrie : chant
Ed Warby : batterie
Cleem Determeijer : claviers
Peter Vink : basse
Joost van den Broek : instruments

Titres


01. Come Back To Me (single remix of Day Seven: Hope)
02. August Fire
03. When I'm Sixty-Four
04. Back 2 Me (dance-mix)

05. Come Back To Me (video clip)
06. Making Of (video clip)

vendredi 22 mai 2015

Glass Hammer - The Inconsolable Secret (2005)

Glass Hammer - The Inconsolable Secret (2005)
Glass Hammer - The Inconsolable
Secret (2005)
The Inconsolable Secret est un album étrange, comme c'est souvent le cas dans le rock progressif. Il est constitué de deux disques. Le premier, qui dure 40 minutes, s'intitule The Knights et ne comporte seulement que deux longs titres, A Maker Of Crowns (15'21'') et The Knight Of The North (24'39''). Ces compositions sont un parfait condensé du progressif symphonique des années 70 comme Yes, Genesis, Renaissance, ELP, Gentle Giant, Kansas, Camel et tant d'autres. D'ailleurs, l'influence "yessienne" est inscrite dans son ADN avec le splendide digipack signé par le célèbre Roger Dean, auteur des mythiques pochettes des albums de ce groupe légendaire.

Le second disque, The Lady, comprend onze titres pour une durée approximative d'une heure. Outre les mêmes références déjà citées (on jurerait entendre le piano de John Tout de Renaissance sur l'ouverture de Long And Long Ago), les morceaux successifs donnent l'impression d'être un mélange savamment dosé de Magenta, pour l'audace musicale, et de Mostly Autumn, pour la structure alternant chant féminin / chant masculin et l'atmosphère digne de l'univers de Tolkien sur les splendides Lirazel ou Morrigan's Song renvoyant directement au Music Inspired By The Lord Of The Rings.  

Depuis sa création, en 1992, par les Américains multi-instrumentistes Steve Babb et Fred Schendel, Glass Hammer se veut une synthèse de ce qui se fait de mieux dans le rock progressif depuis les seventies. Le groupe y parvient à merveille avec ce huitième album studio qui ne cesse de se dévoiler au fil des écoutes. Il bénéficie également de la présence au chant de Susie Bogdanowicz qui, bien que membre du groupe depuis le début des années 2000, se révèle complètement pour la première fois. Sa voix, fragile et profonde, n'est pas sans rappeler celle de ses illustres cousines britanniques, Christina Booth et Heather Findlay.

Musiciens


Fred Schendel : claviers, guitares, chant
Steve Babb : claviers, basse, chant
Walter Moore : chant
Susie Bogdanowicz : chant
Matt Mendians : batterie

Sarah Snyder : chant soprano
Bethany Warren : chœurs
Flo Paris : chant
Eric Parker : guitare acoustique
Laura Lindstrom : chant
Stephanie Rumpza : flûte à bec, chœurs
Tom Hammett : chant tenor
Haley McGuire : chœurs
Summer Hullender : chœurs
Emily Hammett : chœurs
Natalie Pittman : chœurs
David Carter : guitare

The Adonia String Trio
Rebecca James : violon
Susan Hawkins : alto
Rachel Hackenberger : violoncelle

Titres


The Knights
1.01. A Maker Of Crowns
1.02. The Knight Of The North

The Lady
2.01. Long And Long Go
2.02. The Morning She Woke
2.03. Lirazel
2.04. The High Place
2.05. Morrigan's Song
2.06. Walking Toward Doom
2.07. Mog Ruith
2.08. Through A Glass Darkly
2.09. The Lady Waits
2.10. The Mirror Cracks
2.11. Having Caught A Glimpse

mardi 19 mai 2015

McCarthy - Through The Fire (1999)

McCarthy - Through The Fire (1999)
McCarthy - Through The Fire (1999)
Qui est Alan McCarthy ? Mystère. Très peu d'informations circulent sur cet artiste. Le seul fait dont nous sommes certains, c'est qu'il a sorti un seul et unique album en 1999 intitulé Through The Fire sous le simple patronyme de "McCarthy". Et si cet album nous intéresse, c'est parce qu'il a été produit et mixé par Rob Reed de Magenta. 

Contemporain des projets Cyan, The Othello Syndrome, Trippa ou The Fyreworks (à deux années près pour ce dernier), Through The Fire n'est pas un album de rock progressif mais de rock... chrétien. Même si quelques sonorités progressives se laissent entendre dans certains morceaux (Diving For PearlsAmazing Grace), il s'inscrit dans la droite lignée des albums de ses aînés comme  Larry Norman ou  Adrian Snell (déjà entendu sur l'album Lux Aeterna de David Fitzgerald). Il est vrai que l'on n'attendait pas du tout Rob Reed dans ce registre, et, vue la qualité indéniable de ce disque, c'est une agréable surprise. 

Outre Alan McCarthy au chant, Rob Reed est à la basse, aux chœurs et aux claviers aux côtés d'un certain Chris Emmanuel. Deux familiers s'occupent de la guitare et de la batterie. Il s'agit respectivement de Martin Rosser, cofondateur de The Othello Syndrome et futur membre de Magenta, et de Ryan Aston (Trippa). 

Il ne fait aucun doute qu'Alan McCarthy est un excellent chanteur. Sa voix, très agréable à écouter, fait penser, toutes proportions gardées, à celle de Simon Le Bon de Duran Duran. Dommage qu'il n'est pas poursuivi sa carrière car cet album inspiré , mélange à la fois d'un style rétro et de sonorités modernes, était très prometteur. 

Musiciens


Alan McCarthy : chant
Martin Rosser : guitare, chœurs
Chris Emmanuel : claviers
Rob Reed : claviers, basse, chœurs
Ryan Aston : batterie

Titres


01. In Your Hands
02. Send Me
03. Waterfalls
04. Doesn't Have To Be This Way
05. Father Friend
06. Diving For Pearls
07. Mr Writer
08. Thinking
09. Eternity Hall
10. Amazing Grace

lundi 18 mai 2015

Elin Fflur a'r Band - Cysgodion (2005)

Elin Fflur - Cysgodion
Elin Fflur a'r Band - Cysgodion (2005)
Fin 2004 - début 2005, Cysgodion, le deuxième album de la chanteuse galloise Elin Fflur, apparaît dans les bacs des disquaires. Digne successeur de Dim Gair, il est la passerelle qui fait passer Elin du stade de chanteuse débutante prometteuse à celui de professionnelle. En effet, avec ce disque, la jeune artiste réalise un bond qualitatif indéniable.

La production est à nouveau assurée par la même équipe que précédemment, à l'exception de Christian Phillips. Très soigné, Nigel Hopkins et Rob Reed (de Magenta) ont effectué un travail remarquable. L'empreinte de ce dernier est notamment visible par la reprise, une nouvelle fois, de deux chanson de son projet Trippa coécrites avec Christina Booth : Boddi qui ouvre le disque comme l'avait fait Dim Gair sur l'album du même nom, et Petha Ddim 'Run Fath. Rob assure également les claviers et quelques parties de guitare accompagné à la batterie par Ryan Aston, l'ancien batteur de Trippa. 

Afin de renforcer sa musique, Elin a constitué autour d'elle un embryon de groupe destiné à la suivre sur scène. D'où, désormais, l'intitulé "Elin Fflur a'r Band". Ce noyau est constitué de Deian Elfryn à la batterie, de Siôn Llwyd à la basse et de Nathan Owen à la guitare. Ces deux derniers ont aussi participé à l'écriture de chansons aux côté d'Elin. 

Toutefois, le principal changement provient d'Elin elle-même qui a gagné en maturité. Ses goûts pop de jeunesse qu'elle affichait sur son premier album ont évolué. Désormais, la chanteuse se sent plus proche d'artistes comme Keane ou Damien Rice et leur influence s'en ressent. Sa voix s'est aussi développée et s'adapte comme jamais aux différents registres rencontrés. Tout à tour elle donne la pêche (Boddi, Ar Y Fforff I Nunlle), provoque une irrésistible envie de danser (Symud Ymlaen, Cymer Fi, Achub Fi), génère de fortes émotions (Angel, Cysgodion, Ar Y Riviera), encourage au recueillement (Colli Iaith) ou apporte de la joie (Petha Ddim 'Run Fath) et de l'émerveillement (Eiliad Fach).  

En défintive cette chanteuse et cet album sont incontestablement source d'ondes positives portées par un chant inhabituel, mais charmant, en langue galloise. Avec Cysgodion (que l'on peut traduire par "ombres" en français), Elin Fflur et sa bande ont tous les atouts en main pour passer définitivement de l'ombre à la lumière. 

Musiciens


Elin Fflur : chant
Nathan Owen : guitares
Siôn Llwyd : basse
Deian Elfryn : batterie

Rob Reed : claviers, guitare
Nigel Hopkins : claviers
Tim Hamill : guitare
Eric Clarke : saxophone, flûte
Ryan Aston : batterie
Steffan Rhys Williams : chœurs
Tesni Jones : chœurs

Titres


01. Boddi
02. Ar Y Fforff I Nunlle
03. Angel
04. Symud Ymlaen
05. Cysgodion
06. Cymer Fi, Achub Fi
07. Colli Iaith
08. Petha Ddim 'Run Fath
09. Eiliad Fach
10. Ar Y Riviera

dimanche 17 mai 2015

Iain Jennings - Breathing Space (2005)

Iain Jennings - Breathing Space (2005)
Iain Jennings - Breathing Space (2005)
Iain Jennings est le premier membre de Mostly Autumn à se lancer dans une carrière solo. En 2005, en compagnie de son ami autumnien Liam Davison, de son jeune frère de sang Andrew Jennings et de la chanteuse Olivia Sparnenn, il sort son premier album, Breathing Space. Bryan Josh, leader de Mostly Autumn et frère de cœur, lui fait l'amitié de tenir la guitare sur deux titres, No Promises et le très beau Belief aux émouvantes paroles écrites par Olivia évoquant le soutien sans faille que lui ont apporté ses parents à travers les années.

Ce disque est  un hommage vibrant de Iain à ses maîtres Tony Banks, Rick Wright et Jon Lord. Toutes les titres ont été écrits à partir du piano et les claviers occupent une place prépondérante. Que ce soit avec des arrangements discrets ou des soli insensés comme sur Shades Of Grey, les sons synthétiques ont été travaillé avec le plus grand soin. Les deux instrumentaux que sont Man Made Circles et Escape en témoignent également. Sur le premier, les synthétiseurs hypnotisant se marient étrangement à la guitare torturée de Liam. Escape est, quant à lui, un morceau à part du reste de l'album du fait de son atmosphère. Composé avec son ami Steve Helstrip (The Thrillseekers) en 2002, il symbolise le point d'intersection entre la fin d'un cauchemar et le début d'un nouveau jour. 

Iain nous fait également découvrir Olivia Sparnenn, jeune chanteuse fabuleuse à l'avenir prometteur, mais encore inconnue. Sa voix si puissante, si chaleureuse impressionne d'un bout à l'autre cet album. Elle est un élément tout aussi essentiel que les claviers de Iain. Chacune de ses montées en force déconcerte par tant de facilité, d'aisance et de maîtrise. Elle resplendit aussi bien sur le romantique No Promises que sur le plus rock Forgive Or Surrender ou le très autumnien You Still Linger.

Breathing Space est un savant mélange équilibré de pop classieuse, de musique électronique et de prog rock symphonique (un seul titre fait moins de cinq minutes et deux dépassent les huit minutes). Avec ce disque à la pochette rappelant une œuvre de l'artiste Dan Flavin, Iain Jenning a montré qu'il avait toutes les capacités de construire son propre projet musical. Désormais, de nouveaux horizons vont incontestablement s'ouvrir à lui. 

Musiciens


Iain Jennings : claviers

Olivia Sparnenn : chant
Liam Davison : guitares
Andrew Jennings : batterie
Bryan Josh : guitares

Titres


01. Forgive Or Surrender
02. I've Been Thinking
03. Shades Of Grey
04. No Promises
05. Man Mad Circles
06. Wasted All The Time
07. Belief
08. You Still Linger
09. Escape

samedi 16 mai 2015

Mostly Autumn - The V Shows (2005)

Mostly Autumn - The V Shows (2005)
Mostly Autumn - The V Shows (2005)
Il faut attendre l'année 2005 pour que Mostly Autumn sorte (enfin) son premier double album live, The V Shows, enregistré le 8 mai 2004 dans la salle mythique, aujourd'hui fermée, de l'Astoria à Londres.

Les deux disques réunissent plus de deux heures de spectacle. Fait rare, l'intégralité de l'album Passengers a été interprétée, dans la première partie du concert, par un groupe au zénith de sa forme et de son professionnalisme. En effet, Bryan Josh (chant, guitare), Heather Findlay (chant, percussions), Iain Jennings (claviers), Liam Davison (guitare), Angela Goldthorpe (flûtes, claviers), Andy Smith (basse) et le petit dernier, Andrew Jennings (batterie) ont littéralement brillé ce soir là, et pas seulement grâce aux abondants jeux de lumière particulièrement réussis. Une osmose totale s'est installée entre les musiciens, y compris avec leurs invités.

Troy Donockley, depuis longtemps un habitué du groupe, est venu enchanter avec sa flûte et sa cornemuse le toujours aussi floydesque et enivrant The Night Sky. Sa cornemuse a également illuminé Pass The Clock et sa mandoline a accompagné une Heather Findlay au chant donnant toujours autant de frisson, sur une version très pastorale de Bitternest Burnt. Ce morceau s'est aussi trouvé transformé grâce à la présence du Regent String Quartet qui apporte une réelle valeur ajoutée à l'ensemble du set. Le groupe s'était déjà entouré d'un quatuor à cordes sur At The Grand Opera et a eu l'excellente idée de renouveler l'expérience pour ce show.

Si le premier CD est dédié à Passengers, le second est une collection des meilleurs titres de la bande extraite de ses trois premiers albums : For All We Shared, The Spirit Of Autumn Past et The Last Bright Light. Ainsi se succèdent The Night Sky, The Spirit Of Autumn Past à l'émotion décuplée, Evergreen toujours aussi rafraîchissant, le très rock Never The Rainbow, l'inégalable Heroes Never Die et un Mother Nature s’étalant sur 18 minutes durant lesquelles Bryan Josh, porté par Liam Davison, fait pleurer, comme jamais, sa guitare électrique dans des tourbillons émotionnels sans fin. 

Cerise sur le gâteau, Afterglow, morceau final de l'album Wind & Wuthering de Genesis, est repris et interprété dans une version bien plus chaleureuse que l'originale grâce aux voix conjuguées d'Heather et de Bryan. Après Pink Floyd, Mostly Autumn revendique une nouvelle fois son héritage musical et s'inscrit ainsi dans cette longue lignée du rock progressif toujours aussi vivace.


Musiciens


Bryan Josh : chant, guitare
Heather Findlay : chant, guitare, bodhran
Iain Jennings : claviers, chœurs
Liam Davison : guitare, chœurs
Angela Goldthorpe : flûtes, claviers, chœurs
Andy Smith : basse
Andrew Jennings : batterie

Titres


1.01. Caught In A Fold
1.02. Something In Between
1.03. Another Life
1.04. First Thought
1.05. Pure White Light
1.06. Simple Ways
1.07. Bitterness Burnt
1.08. Distant Train
1.09. Answer The Question
1.10. Pass The Clock
1.11. Passengers

2.01. The Night Sky
2.02. The Spirit Of Autumn Past
2.03. Evergreen
2.04. Never The Rainbow
2.05. Heroes Never Die
2.06. Mother Nature
2.07. Afterglow

dimanche 10 mai 2015

Mostly Autumn - Spirits Of Christmas Past (2005)

Mostly Autumn - Spirits Of Christmas Past (2005)
Mostly Autumn - Spirits Of
Christmas Past (2005)
L'album de Noël est une tradition bien ancrée dans les pays anglo-saxons. Chaque artiste se doit d'en réaliser un dans sa carrière. Mostly Autumn ne déroge pas à la règle avec cet EP de 2005 comprenant cinq titres d'une durée totale de 25 minutes. 

Le morceau titre, Spirits Of Christmas Past, est une composition de Bryan Josh. Très punchy, il s'inscrit dans la continuité du dernier album en date, Storms Over Still Water, avec, en plus, cette touche festive propre à Noël. 

Au contraire, Winter Is King, écrit et chanté par Heather Findlay, est un véritable retour aux sources folk du groupe yorkais. La flûte d'Angela Gordon et les instruments acoustiques (guitares, percussions) dominent cette chanson que l'on imagine, sans difficulté, jouée autour d'un bon feu de cheminée lors d'une joyeuse veillée de Noël sous la neige. 

Le titre suivant, Merry Christmas Everybody, est une reprise d'un célèbre hit des années 70 du groupe de glam rock britannique Slade. A notre grande surprise, le chant est tenu par un Liam Davison plein d'énergie. Son timbre de voix diffère peu de celui de Bryan, mais l'occasion est si rare de l'entendre que notre plaisir s'en trouve décuplé.

Fairytale Of New York a été écrite par Jem Finer et Shane MacGowan pour l'album If I Sould Fall From Grace With God des Pogues publié en 1987. Leur esprit plane sur cette version à tel point que le chant de Bryan se confond de manière inattendue avec celui de MacGowan. 

Enfin, l'inévitable Silent Night, chant de Noël populaire composé par deux Autrichiens au début du XIXe siècle qui étaient bien loin d'imaginer son succès planétaire et qu'il serait, deux siècles plus tard, en 2011, déclarée patrimoine culturel immatériel par l'UNESCO. La version proposée par Mostly Autumn symbolise à la perfection la magie de Noël grâce aux chants mêlés majestueux d'Heather Findlay et d'Olivia Sparnenn dont c'est la première apparition sur un disque du groupe. Malheureusement, sa durée est trop courte, moins de 3 minutes, mais c'est pour laisser la place à une dernière surprise finale...

Avec cet EP, Mostly Autumn montre une nouvelle fois qu'il sait faire preuve d’éclectisme en proposant deux chansons originales dévoilant chacune une facette du groupe, rock et folk, et trois reprises aux influences très diverses qui vont du traditionnel au punk celte en passant par le glam rock. 

Musiciens


Bryan Josh : chant, guitares, basse, piano
Heather Findlay : chant, guitare acoustique, percussions
Iain Jennings : claviers
Angela Gordon : flûtes, chœurs
Liam Davison : chant
Andy Smith : basse
Andrew Jennings : batterie

Troy Donockley : bouzouki, flûtes
Chris Johnson : guitare acoustique, sound effects, chœurs
Olivia Sparnenn : chœurs

Titres


01. Spirits Of Christmas Past
02. Winter Is King
03. Merrry Christmas Everybody
04. Fairytale Of New York
05. Silent Night

vendredi 8 mai 2015

Mostly Autumn - Storms Over Still Water (2005)

Mostly Autumn - Storms Over Still Water (2005)
Mostly Autumn - Storms Over
Still Water (2005)
Storms Over Still Water a la délicate mission de succéder au splendide Passengers deux ans après sa parution, en 2003, et d'inaugurer le nouveau label du groupe, Autumn Records. Avec la création de ce dernier, la bande à Bryan Josh prend désormais en main sa propre destinée. C'est dire si ce disque suscite une grande attente et de hautes espérances.

Pourtant, il faut bien l'avouer, à sa première écoute, il déstabilise plus qu'il ne provoque un large engouement. Dès les premiers titres, l'auditeur est emporté par un tourbillon musical d'où surgissent des chansons au format court, très rock, sur lesquelles dominent la guitare "hard" et le chant écorché de Bryan Josh. Le groupe ne nous avait pas habitué à autant d'énergie et de puissance sonore bien loin du rock progressif. Il faut attendre le quatrième titre, Heart Life, pour respirer un peu et apprécier, comme il se doit, le chant d'Heather Findlay et la flûte d'Angela Gordon (anciennement Goldthorpe) très peu présente jusque là. Après cette bulle d'oxygène champêtre aux accents prog folk, le groupe nous plonge à nouveau dans son univers en perpétuel mouvement. La première partie de l'album prend fin avec l'instrumental Coming To... signé Iain Jennings.

A partir de Candle To The Sky, Mostly Autumn revient en terrain connu pour nous rassurer et nous offrir les meilleurs morceaux du disque. En effet, Candle To The Sky, Carpe Diem, Storms Over Still Water et Tomorrow sont, chacun à sa manière, sublimes. L'influence floydienne revient en force, les nappes de claviers, les soli de guitares et la voix incomparable d'Heather sont bien là pour nous rappeler que Mostly Autumn demeure un groupe inimitable capable de transmettre comme aucun autre l'essence même de leur musique qui n'est qu'émotion. Si Candle To The Sky est le morceau atmosphérique par excellence, si Storms Over Still Water offre la même mélancolie que le grandiose Shrinking Violet, si le second instrumental de l'album, Tomorrow, renvoie au meilleur de The Spirit Of Autumn Past, il est incontestable que le sommet du disque est atteint avec Carpe Diem, titre composé en hommage aux victimes du tsunami de décembre 2004. Plus tôt dans l'année, Heather et Bryan, touchés par cette catastrophe, ont participé bénévolement à l'enregistrement de ProgAID coordonné par Rob Reed de Magenta. Avec Carpe Diem signé Findlay pour les paroles et Findlay / Jennings pour la musique, tout le groupe s'implique directement dans ce morceau fleuve long de huit minutes. Jamais la voix d'Heather symbolisant le cri des victimes emportées par cette vague meurtrière, n'a été aussi émouvante, poignante. Un piano entêtant bientôt rejoint par une cornemuse inquiétante et une flûte intrigante créent cette atmosphère étrange d'attente dès les premières mesures. Puis, la musique monte progressivement accompagnée par le chant si fragile d'Heather. Une catastrophe inévitable semble se préparer. Soudain, la guitare électrique, synonyme du déferlement destructeur des eaux, s’abat sur cette voix qui tente de lutter pour survivre. Mais en vain, le combat est inégal contre cette ondée musicale qui emporte tout sur son passage. On touche ici le tragique mais également le sublime.

Avec ce nouvel album, Mostly Autumn poursuit son chemin et continue sa mue. Andrew Jennings, frère de Iain, a succédé à Jonathan Blackmore à la batterie. Troy Donockley officie à nouveau sur ce disque et sa cornemuse illumine littéralement Carpe Diem. Chris Johnson, ami d'enfance de Bryan Josh, fait sa première apparition dans la galaxie Mostly Autumn sur les chœurs d'un Broken Glass très vif et au refrain accrocheur. Mais l'équilibre de la formation demeure très fragile et jamais un album du groupe n'a aussi bien porté son nom puisque, à sa suite, son histoire va s'en trouver bouleversée avec les départs successifs de plusieurs de ses piliers. Le calme avant la tempête en somme...

Musiciens


Bryan Josh : chant, guitares
Heather Findlay : chant, percussions
Iain Jennings : claviers, chœurs
Angela Gordon : flûtes, chœurs
Andy Smith : basse
Liam Davison : guitares
Andrew Jennings : batterie

Troy Donockley : uilleann pipes, low whistle
Chris Johnson : chœurs
Mark Gordon : chœurs
Chris Walkden : chœurs

Titres


01. Out Of The Green Sky
02. Broken Glass
03. Ghost In Dreamland
04. Heart Life
05. The End Of The World
06. Black Rain
07. Coming To...
08. Candle To The Sky
09. Carpe Diem
10. Storms Over Still Water
11. Tomorrow

vendredi 1 mai 2015

Clannad - Live In Concert (2005)

Clannad - Live In Concert (2005)
Clannad - Live In Concert (2005)
Clannad est un groupe irlandais formé en 1970 par la chanteuse-harpiste Moya (Maire) Brennan, ses frères Ciaran et Pol, et leurs deux oncles, Padraig et Noel Duggan. Précurseurs dans l'utilisations de la langue irlandaise pas encore à la mode à cette époque, leur style oscille entre musique traditionnelle irlandaise et celtique, folk, pop, new-age et quelques incursions dans le jazz. En 1979, un autre membre de la famille se joint à la bande, Eithne, petite sœur de Moya. Elle les quittera trois ans plus tard pour entamer une carrière solo (à succès) sous le nom d'Enya. Son frère Pol s'en ira également quelques années plus tard.

Moya Brennan apparaît dans la galaxie Iona en 1995 avec l'album Journey Into The Morn où sa voix éthérée se mêle gracieusement à celle de Joanne Hogg. Puis, nous la croisons à nouveau sur le projet de Dave Bainbridge et David Fitzgerald, The Eye Of The Eagle (1998). En 2001, elle officie, en compagnie de Joanne Hogg et de Margaret Becker, sur le disque produit par le Nord-Irlandais, Keith Getty, New Irish Hymns. Elle offrira ensuite la chanson Misty Eyed Aventures pour la compilation Songs For Luca conduite par Dave Bainbridge en vue d'aider son fils autiste. Ce dernier souhaitait également qu'elle contribue à son album solo Veil Of Gossamer, mais, trop occupée par la préparation de son propre album solo Two Horizons, elle déclina cette proposition. 

En 2005, alors que leur dernier album en date, Landmarks, remonte à 1997, Clannad publie Live In Concert qui a la particularité d'avoir été enregistré lors de la dernière tournée européenne du groupe en... 1996/97. Moya, Ciaran (basse, claviers, guitare acoustique, chant), Noel (guitare acoustique, chant) et Padraig (mandoline, guitare acoustique, chant) sont entourés sur scène par le batteur Ray Fean (Riverdance, Dan Ar Braz, The Waterboys), le claviériste d'origine écossaise Ian Parker (The Hollies, Killing Joke, Tom Robinson Band) et le guitariste Ian Melrose qui donnent une texture plus "rock" aux compositions. Ils sont également accompagnés par une autre sœur de la famille, Deirdre, aux chœurs et au bodhran, par Mel Collins, connu pour sa participation aux groupes de rock progressif King Krimson, Camel et The Alan Parsons Project, au saxophone et flûtes et par Vinnie Kilduff, musicien au CV impressionnant (U2, The Waterboys, Sinead O'Connor) à la mandoline et à la flûte. Sur la célèbre chanson In The Lifetime, initialement interprétée en duo avec Bono de U2, Brian Kennedy, chanteur de Riverdance et futur représentant de l'Irlande à l'Eurovision en 2006, est venu prêter sa voix. 

Avec ce live, Clannad survole, en onze titres, plus de trente ans de carrière, des origines avec le désormais classique Dulaman, au plus grands succès des années 80 comme Theme From Harry's Game, Newgrange ou le Robin Of Sherwood Medley, en passant par quelques petites raretés telles que An Tull enregistrée à l'époque par Enya. Au moment de sa publication, le groupe ne savait pas encore que ce disque servirait de lointaine transition entre Landmarks et son successeur, paru plus de quinze ans après, en 1993, Nadur

Musiciens


Moya Brennan : chant, harpe
Ciaran Brennan : basse, claviers, guitare acoustique, chant
Noel Duggan : guitare acoustique, chant
Padraig Duggan : mandoline, guitare acoustique, chant

Deirdre Brennan : chœurs, bodhran
Ian Parker : claviers
Mel Collins : saxophone, flûtes
Ray Fean : batterie, percussions
Ian Melrose : guitares
Vinnie Kilduff : mandoline, whistle
Brian Kennedy : chant

Titres


01. Newgrange
02. An Tull
03. Thios Fan Chosta
04. In A Lifetime
05. Trail Of Tears
06. Dulaman
07. Theme From Harry's Game
08. Robin Of Sherwood Medley
09. Down By The Sally Gardens
10. Nil Sé'n La
11. Dance & Téidhir Abhaile Riu