mardi 29 septembre 2015

Dave Kilminster - Scarlet (2007)

Dave Kilminster - Scarlet
Dave Kilminster - Scarlet (2007)
Enfant, Dave Kilminster a d'abord appris à jouer du piano. Puis, il s'est mis à la guitare et, en 1991, il a gagné le concours de "guitariste de l'année" organisé par le magazine Guitarist. Les années suivantes, il enseigne à son tour la guitare dans de prestigieux établissements britanniques. Sa carrière prend une nouvelle direction à partir de 2002 lorsqu'il part en tournée avec Keith Emerson. En 2004, il participe à la réalisation de The Contact, premier album solo de sa compagne, Anne-Marie Helder. De 2006 à 2008, c'est la consécration, il joue aux côtés de Roger Waters sur scène lors de la série de concerts reprenant l'intégralité de The Dark Side Of The Moon.

C'est durant cette période que Dave entreprend d'enregistrer son premier album solo, Scarlet. A la rythmique, on retrouve deux vieilles connaissances avec lesquelles il a partagé la scène au sein du Keith Emerson Band, le batteur Pete Riley et le bassiste Phil Williams (Spandau Ballet, Kim Wilde, Roger Daltrey, Rick Wakeman...). Jamie Humphries le seconde à la guitare et le Lydian String Quartet fait quelques apparitions bienvenues. 

Même si on peut regretter qu'il n'ait pas fait de duo avec Anne-Marie Helder, celle-ci participe aux chœurs sur plusieurs titres dont Chance, prévue à la base pour être enregistrée avec le Keith Emerson Band, Brightest Star, ballade délicatement menée à la guitare acoustique, Liar, Liar sorte de mix entre The Police et B-52's, et Rain... (On Another Planet), titre très émouvant s'étendant sur près de dix minutes et se terminant par un magnifique solo de guitare. 

Scarlet est un album offrant toute une palette de chansons variées. Il peut s'écouter quelque soit l'humeur du moment : heureux, taciturne, pensif, romantique, énergique etc. A découvrir d'abord pour le jeu de guitare impressionnant de Dave plutôt que pour sa voix qui, sans être désagréable, n'est pas extraordinaire. 

Mécontent du mix original, Dave réédite le disque en 2012 sous l'appellation Scarlet - The Director's Cut. Aucun bonus ou titre supplémentaire n'a été ajouté, il s'agit simplement d'une remasterisation faisant sonner l'album exactement comme le souhaitait son créateur.

Dave Kilminster - Scarlet - The Director's Cut
Dave Kilminster - Scarlet -
The Director's Cut (2012)


Musiciens


Dave Kilminster : chant, guitares, claviers

Phil Williams : basse
Pete Riley : batterie
Jamie Humphries : guitares
Anne-Marie Helder : chœurs

Lydian String Quartet : cordes

Titres


01. Silent Scream
02. Static
03. Just Crazy
04. Angel
06. Big Blue
07. Brightest Star
08. Liar, Liar
09. Rain... (On Another Planet)
10. Harkness

dimanche 27 septembre 2015

The Reasoning - Awakening (2007)

The Reasoning - Awakening
The Reasoning - Awakening (2007)
En 2004, suite à sa rupture avec le bassiste Ian Jones, Rachel Jones décide de quitter Karnataka en pleine gloire ascendante, de se retirer du monde de la musique (à l'exception de quelques apparitions auprès de ses amis de Mostly Autumn) et de reprendre ses études. 

Cependant, un an après, elle accepte de sortir de sa "retraite" pour participer au ProgAID, projet humanitaire visant à aider les rescapés du tsunami qui s'est abattu sur l'Asie de Sud-Est. Lors de l'enregistrement du single All Around The World, elle fait la connaissance de Matthew Cohen, à la fois un des initiateurs du disque et bassiste de Magenta. C'est le coup de foudre immédiat.

Cette même année, Matthew quitte Magenta pour créer son propre groupe, The Reasoning. Dans Magenta, il était frustré de n'être qu'un exécutant à la solde du leader, Rob Reed. Désormais, en association avec Dylan Thompson, rencontré récemment en studio, il est maître de sa propre destinée. A ce premier noyau, viennent rapidement s'ajouter un second guitariste, Lee Wright, et le claviériste également chanteur, Gareth Jones qui avait joué auparavant avec Erasmus, autre ancien groupe de Matthew. Suite au départ du premier batteur, Vinden Wylde fait son entrée dans la nouvelle formation en 2006. 

Consciente de la qualité des démos réalisées en vue de l'enregistrement du premier album, Rachel, surmontant sa mauvaise expérience passée mélangeant à la fois vie privée et vie artistique, demande à intégrer The Reasoning fin 2006. La proposition est de suite acceptée. Impossible pour la formation naissante de passer à côté d'une telle aura si renommée dans le milieu progressif.

Awakening sort en 2007. 75 % des compositions proviennent du duo Cohen/Thompson. Gareth Jones, qui, précisons-le, n'a aucun lien familial avec Rachel, apporte des parties de piano et quelques mélodies vocales. Rachel ajoute elle aussi certaines mélodies vocales, complète des paroles et proposent des idées sur l'utilisation des voix. 

Car c'est là l'originalité première du groupe et d'Awakening en particulier : l'utilisation de trois voix au chant principal. Deux chants masculins, celui de Dylan, grave, puissant, très "Peter Gabriel", celui de Gareth à la voix suave, plus pop que rock, et un chant féminin féerique, éthéré, celui de Rachel. Ce surprenant mélange fonctionne à merveille, chacun se complétant, se répondant tout en conservant sa particularité. 

D'un point de vue musical, le style est plus proche de Touchstone, autre nouveau groupe contemporain, que de Magenta ou Karnataka, même si des accointances subsistent. N'oublions pas que Matthew est un fan d'Iron Maiden et que les groupes de hard des seventies comme Deep Purple, Balck Sabbath ou Led Zeppelin l'ont beaucoup influencé dans sa jeunesse. Toutefois, The Reasoning ne s'éloigne pas pour autant des terres progressives, et le splendide solo de guitare de Steve Rothery (Marillion) sur Within Cold Glass est là pour le rappeler à qui en douterait. Le violon de Liz Prendergast sur ce même dernier titre, fait lui écho aux influences celtiques, de même que le très mélodique Sacred Shape que n'aurait pas renié Mostly Autumn. Dernière influence marquante, celle de Pink Floyd qui se manifeste à moult reprises, dont sur Aching Hunger que l'on pourrait facilement attribué à Karnataka, époque Delicate Flame Of Desire.  

Grâce à ce subtil mélange de voix, à ses mélodies raffinées et à ses textes mystiques (Chasing Rainbows), spirituels (Sacred Shape) ou philosophiques (Fallen Angels), The Reasoning réussit le tour de force de rendre ce premier album passionnant d'un bout à l'autre. La pochette magnifique, digne des meilleures du rock progressif, contribue largement à créer ce nouvel univers musical qui ne demande qu'à être développé.     

Musiciens


Rachel Jones : chant, percussions
Gareth Jones : chant, claviers
Dylan Thompson : chant, guitares
Lee Wright : guitares
Matthew Cohen : basse
Vinden : Wylde : barrerie

Titres


01. Awakening
02. Chasing Rainbows
03. Playing The Game
04. Aching Hunger
05. Sacred Shape
06. Fallen Angels
07. Shadow Of The Mind
08. Within Cold Glass

jeudi 24 septembre 2015

Fish - 13th Star (2007)

Fish - 13th Star
Fish - 13th Star (2007)
Si 2006 était l'année de l'espoir pour Fish, 2007 s'est transformée en celle du désespoir. En couple avec Heather Findlay depuis plusieurs mois, les deux amoureux avaient fixé la date de leur mariage au mois d'août. Malheureusement, deux jours après l'envoi des invitations, la chanteuse de Mostly Autumn décide subitement de tout annuler et de rompre. 

13th Star devait symboliser cette union. Au contraire, il est le reflet d'un Fish meurtri, blessé, mais pas complètement à terre. Jamais un album du chanteur n'a été autant en adéquation avec son état d'esprit. Les guitares sont rageuses, la rythmique violente, les claviers légèrement en retrait, le chant murmuré, saccadé, presque à l'agonie. Comme le navigateur cherchant son chemin en pleine obscurité au dos de la pochette magnifiquement illustrée par Mark Wilkinson, Fish, déboussolé, semble plongé dans les ténèbres en quête de lumière.  

A l'origine, Heather Findlay devait participé à l'enregistrement. Il n'en sera finalement rien et ses parties vocales ont été confiées à l'ancienne choriste de Simple Minds, et des albums Songs From The Mirrors (1993), Suits (1994) et Sunsets On Empire (1997), Lorna Bannon. Toutefois, son ombre plane sur tout le disque. 

Manchmal relate l'histoire d'une tortue trahie, piquée à mort par un scorpion alors que tous deux se trouvent confrontés aux mêmes difficultés. La métaphore ne peut être plus claire. Les paroles du très entraînant Openwater au groove d'enfer, évoquent sans détour le thème de la rupture. Tout comme l'émouvante Where In The World : "This time last year I was in love, this time last year there was a dream" [...] "And all this time I wonder why, you walked away, just what I done". Sur la ballade Arc Of Curve, il se fait nostalgique et s'adresse à nouveau à sa bien aimée, se remémorant les bons moments passés ensemble. Zoe 25 devait d'abord s'intituler Micklegate, lieu de sa demande en mariage. Et ce n'est sûrement pas un hasard si les premières paroles de la chanson finale, 13th Star, "With a heart full of sky" reprennent mot pour mot le titre du dernier album en date de Mostly Autumn... 

Mostly Autumn, il en est encore question avec la présence de Chris Johnson aux guitares. Suite au départ de Iain Jennings, il est devenu un des pilier du groupe de York. Tous les autres musiciens sont des proches de notre Écossais : Steve Vantsis, co-auteur de presque toutes les musiques, Frank Usher, Foss Paterson, claviériste sur l'album Suits, Dave Haswell et Gavin Griffiths, ex-Karnataka et futur... Mostly Autumn.

Éclairé par ce contexte, on ne ressort pas indemne de l'écoute de ce treizième album studio du chanteur (quatre avec Marillion et neuf en solo). Fish nous emmène avec lui dans sa tourmente où colère, amertume, nostalgie, regrets et tristesse se bousculent, nous bousculent, au grès des morceaux tous aussi inspirés les uns que les autres et bénéficiant d'arrangements somptueux. 

Fish - 13th Star
Fish - 13th Star (2007)


Musiciens


Fish : chant

Steve Vantsis : basse, guitare, claviers, programmation
Frank Usher : guitares
Foss Paterson : claviers
Gavin Griffiths : batterie
Chris Johnson : guitares
Lorna Bannon: chœurs
Dave Haswell : percussions

Titres


01. Circle Line
02. Square Go
03. Miles De Besos
04. Zoe 25
05. Arc Of The Curve
06. Manchmal
07. Openwater
08. Dark Star
09. Wher In The World
10. 13th Star

lundi 21 septembre 2015

Fish - Communion (2007)

Fish - Communion
Fish - Communion (2007)
Communion est un double album live sorti en 2007 et enregistré le 27 août 2006 à Haddington, en Ecosse, lors d'un mémorable concert semi-acoustique de Fish. Ce disque est exceptionnel à plus d'un titre.

Le set s'est déroulé dans un lieu original, l'église St Mary. Cet endroit, à la fois sacré et chargé d'histoire, a une symbolique particulière dans l'imaginaire de Fish puisque c'est ici qu'il s'est marié pour la première fois, en 1987, avec celle qui lui donnera ce qu'il a de plus cher au  monde, sa fille Tara.

Le public présent ce soir-là a également une place importante dans le cœur du chanteur. Il est, en effet, composé des admirateurs les plus fidèles du Poisson venus assister à cette représentation organisée dans le cadre d'une convention du fan club. De nombreux proches sont également présents dans l'assistance, dont ses propres parents. 

Question fidélité, les musiciens présents sur scène ne sont pas en reste. Le guitariste Frank Usher fait figure de vétéran. Il était déjà aux côtés de Fish sur son premier album solo en 1990, Vigil In A Wilderness Of Mirrors. Dave Haswell, le percussionniste, a lui participé à l'enregistrement de Sunsets On Empire, l'album de la renaissance sorti en 1997. Quant à Tony Turrell et Steve Vantsis, respectivement claviériste et bassiste, ils sont entrés dans le cercle des proches du chanteur à l'époque de Raingods With Zippos, en 1999. L'équipe accueille deux petits nouveaux ce soir-là, l'ancien batteur de Karnataka, Gavin Griffiths, et Andy Trill, lui aussi guitariste. 

Auprès d'eux, quatre invitées de marque vont contribuer à rendre cette soirée inoubliable : Heather Findlay, Angela Gordon, toutes deux membres de Mostly Autumn et d'Odin Dragonfly, Anne-Marie Helder (ex-Karnataka) et Tara Dick. A cette époque, Fish est littéralement amoureux d'Heather et tous deux envisagent de se marier prochainement. Cet amour est palpable dans les duos interprétés ensemble comme Just Good Friends qui prend ainsi une toute nouvelle dimension, et Incomplete, auparavant enregistré avec Elisabeth Troy Antwi. Angela Gordon, avec sa flûte, apporte un véritable plus sur Tilted Cross que l'on croirait tout droit sorti du répertoire folk-celtique de Mostly Autumn ou Rites Of Passage d'une beauté à pleurer. Mais, surtout, c'est la présence de sa fille Tara, âgée de seize ans, qui chamboule notre géant écossais. Pour la première fois elle monte sur scène avec lui et interprète cette chanson écrite alors qu'elle n'était encore qu'une enfant, Tara.    

La setlist du show est un véritable sans faute. Fish survole toute sa carrière solo sans oublier l'ère Marillion avec deux titres, Slainthe Mhath dans une version inattendue grandiose, puis Chelsea Monday toujours aussi poignant malgré le poids des années passées. Des classiques sont revisités comme State Of Mind, Lady Let It Lie ou A Gentleman's Excuse Me dépouillé à l'extrême dans une simple interprétation voix-piano. Des raretés sont sorties du placard telle Favourite Stranger. Et le dernier album en date, Field Of Crows, s'intègre parfaitement à l'ensemble avec quatre titre présentés : The Field qui ouvre à merveille le set, Shot The Crow, The Lost Plot et Scattering Crows. D'ailleurs, lors de l'enchaînement final Scattering Crows-Tara-Raw Meat, l'émotion est à son comble.

Indéniablement, le 27 août 2006, Fish était en totale communion avec son public, ses musiciens, ses choriste et la salle de concert. Le bien nommé Communion retranscrit à la perfection toute l'émotion véhiculée lors de cette soirée unique. Alors que notre ami Écossais n'a jamais été avare en albums live, Communion demeure, toujours en 2015, un des meilleur de sa carrière à classer aux côtés des incontournables Return To Childhood, Sashimi, Sushi (ça ne s'invente pas...) et Uncle Fish & The Crypt Creepers

Fish - Communion
Fish - Communion (2007)

Musiciens


Fish : chant

Frank Usher : guitare
Andy Trill : guitare
Steve Vantsis : basse
Tony Turrell : claviers
Gavin Griffiths : batterie
Dave Haswell : percussions

Heather Findlay : chant, chœurs, bodhran, flûte
Angela Gordon : chœurs, flûtes
Anne-Marie Helder : chœurs
Tara Dick : chœurs

Titres


1.01. The Field
1.02. Jumpsuit City
1.03. Favourite Stranger
1.04. Shot The Crow
1.05. State Of Mind
1.06. Tilted Cross
1.07. Fortunes Of War
1.08. Just Godd Friends
1.09. Incomplete
1.10. Change Of Heart
1.11. Lady Let It Lie
1.12. A Gentleman's Excuse Me

2.01. Rites Of Passage
2.02. The Lost Plot
2.03. Slainthe Mhath
2.04. Chelsea Monday
2.05. Scattering Crows
2.06. Tara
2.07. Raw Meat

samedi 19 septembre 2015

Breathing Space - Coming Up For Air (2007)

Breathing Space - Coming Up For Air
Breathing Space - Coming Up For Air
(2007)
Breathing Space, c'est d'abord le premier album solo de l'ancien claviériste et membre fondateur de Mostly Autumn, Iain Jennings. Breathing Space, c'est ensuite devenu son nouveau groupe fondé en 2006. 

Au trio déjà constitué des frères Jennings, Iain et Andrew, ainsi que d'Olivia Sparnenn, viennent s'ajouter le guitariste Mark Rowen, déjà entendu sur l'album This Is Where We Are de Marc Atkinson, le bassiste Paul Teasdale et le troisième frangin, Ben Jennings, lui aussi aux claviers. Cette formation demeurera éphémère puisque Andrew, pris par d'autres engagements, notamment auprès de Mostly Autumn, cédera sa place successivement à Howard Sparnenn, le propre père d'Olivia, puis à un certain Gary James, et, enfin, à Barry Cassells qui va apporter une certaine stabilité. C'est donc avec ce dernier que le groupe enregistre et publie Coming Up For Air en 2007. Deux invités viennent enrichir la musique de ce petit dernier : le vieil ami Liam Davison, présent déjà sur Breathing Space, l'album, et le saxophoniste et flûtiste John Hart qui deviendra un membre à part entière de la formation par la suite.

Le fait marquant à l'écoute de ce nouveau disque est la sensation d'entendre jouer un véritable groupe dans lequel chaque musicien s'est impliqué personnellement. Certes, Iain, en tant que fondateur, en demeure le leader, mais son clavier ne noie pas les autres instruments, il les laisse s'exprimer librement à ses côtés. Désormais, Olivia s'implique plus dans l'écriture. Elle signe seule la splendide ballade Rain Song et cosigne sept autres titres, dont deux avec Mark Rowen, Don't Turn A Blind Eyes, de la même trempe qu'un bon Magenta, et On The Blue Horizon sur lequel il déroule des soli de guitare lumineux autour du chant toujours aussi puissant d'Olivia. 

En effet, bien avant la musique, la voix si unique d'Olivia est la force incontestable de Breathing Space. Fille de musicien, elle a toujours désiré chanter aussi loin qu'elle se souvienne. Elle a commencé à faire de la scène dès l'âge de 13 ans. A 15 ans, elle rejoignait un groupe de rock basé à York, sa ville natale. Elle n'a cessé ensuite de travailler son chant et d'améliorer sa voix. Bryan Josh de Mostly Autumn finit par la remarquer et la prend sous son aile. Elle fait une discrète apparition sur l'EP Spirits Of Christmas Past avant de partir en tournée avec le groupe en tant que choriste (cf Storms Over London Town) pour, finalement, l'intégrer définitivement. Elle mène donc, désormais, une carrière sur deux fronts, l'une en tant que chanteuse principale au sein de Breathing Space, l'autre en tant que choriste de Mostly Autumn dont le dernier album, Heart Full Of Sky, est sorti en cette même année 2007.  

Mélange de pop et de prog, Coming Up For Air bénéficie d'une production impeccable. Avec son nouveau groupe, Iain s'éloigne tranquillement, mais sûrement de son ancienne famille, même si tous les ponts ne sont pas rompus. La route tracée, en compagnie d'une voix des plus sublimes, s'annonce passionnante.

Musiciens


Iain Jennings : claviers
Olivia Sparnenn : chant
Mark Rowen : guitares
Paul Teasdale : basse
Ben Jennings : claviers
Barry Cassells : batterie

Liam Davison : guitare slide
John Hart : saxophone, flûte

Titres


01. Coming Up For Air
02. When I Hold On To You
03. On The Blue Horizon
04. Time Tells All The Unknown
05. Rain Song
06. The Senses
07. Don't Turn A Blind Eye
08. Head Above The Water
09. Searching For My Shadow
10. Turn Of The Tide          

mercredi 16 septembre 2015

Odin Dragonfly - Offerings (2007)

Odin Dragonfly - Offerings
Odin Dragonfly - Offerings (2007)
ODIN DRAGONFLY est l'anagramme bien trouvée de FINDLAY GORDON. Soit Heather Findlay et Angela Gordon, éminentes membres de Mostly Autumn. Les deux musiciennes qui tournent sous cette dénomination depuis 2005, ont réalisé, avec Offerings, un album 100 % acoustique aux accents folk.

Toutes deux chantent et jouent de la flûte. Angela joue également du piano alors qu'Heather s'occupe de la guitare et de quelques percussions. Les chansons sont des compositions originales à l'exception du très épuré Caught In A Fold de Passengers, de Witch's Promise, reprise de Jethro Tull (titre bonus de leur album Benefit) aux magnifiques harmonies vocales d'un niveau digne de Simon & Garfunkel, et de Forsaken Love composée par Stevie Nicks de Fleetwood Mac.

Trois de ces douze offrandes ont été écrites par Angela seule et cinq uniquement par Heather. Ensemble, elles forment une réelle collection de chansons conçues dans le temps puisque la plus ancienne, How I Feel Today, date de 1997, et la plus récente, Yellow Thing, de 2006.

Given Time, Magpie, Round & Round ou Magnolia Half-Moon sont peut-être les titres les plus forts de l'album. Mais ce n'est que subjectivité, tout dépend des goûts de chacun. Une chose est certaine, aucune des douze chansons n'est de trop, elles ont toutes leur place et se succèdent les unes aux autres pour notre plus grand plaisir.

Offerings est une expérience originale, à réserver en priorité aux amateurs de jolies voix envoûtantes, de musiques enivrantes et d'artistes à la fois mystérieuses et authentiques. A quand la suite ? 

Musiciens


Angela Gordon : chant, flûte, piano
Heather Findlay : chant, guitare, flûte, percussions

Titres


01. Web
02. Given time
03. How I Feel Today
04. Magpie
05. Yellow Time
06. This Game
07. Round & Round
08. Witch's Promise
09. Waiting For The Snow
10. Magnolia Half-Moon
11. Caught In A Fold
12. Forsaken Love

dimanche 13 septembre 2015

Mostly Autumn - Heart Full Of Sky (2007)

Mostly Autumn - Heart Full Of Sky
Mostly Autumn - Heart Full Of Sky
(2007)
Heart Full Of Sky est un album majeur car il est le seul sur lequel jouent les quatre femmes qui ont marqué l'histoire de Mostly Autumn. 

Heather Findlay, si discrète sur le premier disque, For All We Shared, est devenue, au fil des années, la voix du groupe, véritable marque de fabrique qui n'a cessé de gagner en maturité. Sa figure semble désormais indissociable à celle de Mostly Autumn. Olivia Sparnenn, simple invitée sur Spirits Of Christmas Past et Storms Over London Town, est devenue membre à part entière de la formation. Elle ne le sait pas encore, mais elle succédera à Heather au chant principal d'ici peu. 

En revanche, c'est la dernière apparition d'Angela Gordon (anciennement Goldthorpe), présente elle aussi depuis le premier album. Sa collaboration est essentiellement symbolique puisqu'elle joue de la flûte uniquement sur deux titres et participe à quelques chœurs. Anne-Marie Helder, orpheline de Karnataka, la remplacera sur le prochain album. Pour l'instant, elle se contente de backing vocals sur cinq morceaux en tant qu'invitée. 

Parti vers d'autres horizons musicaux, Iain Jennings est remplacé par un ami d'enfance de Bryan Josh, le multi-instrumentiste Chris Johnson. En effet, sur Heart Full Of Sky, il joue non seulement des claviers, mais également de la guitare, de la basse et des percussions. Sa présence donne une nouvelle configuration au groupe dont le nouveau noyau est constitué du trio Bryan Josh/Heather Findlay/Chris Johnson. Tous trois se sont d'ailleurs partagés l'écriture des morceaux, Bryan s'étant toutefois réservé la part du lion. 

Plus que jamais, les autres membres semblent tenus à l'écart. Andy Smith n'est plus le seul bassiste car, outre Chris, Bryan tient également la basse. A la sortie du disque, il y aura même une véritable érosion avec les départs successifs d'Angela, de Liam Davison, dont la guitare n'a jamais été aussi discrète, et du batteur Andrew Jennings.

Sur le plan musical, Mostly Autumn poursuit sa mue entamée depuis Passengers : moins de folk, plus de rock, mais toujours autant de mélodies implacables. Quelques perles émergent de l'ensemble comme Fading Colours qui ouvre le disque. Ce titre, taillé pour la scène, débute par le chant fragile d'Heather auquel succède une musique d'une puissance telle qu'on croirait du Pink Floyd mélangé à du Nightwish, menée en avant par la guitare grasse de Bryan et sa voix virile contrebalançant celle de la chanteuse. 

Le thème central de cette chanson reviendra à la fin du dixième titre qui aurait été une conclusion parfaite pour le disque, Further From Home. Bryan nous dévoile une fois de plus son doigté gilmourien dans la première partie instrumentale de ce morceau qui aurait eu toute sa place sur The Division Bell.  

Walk With A Storm est une chanson des plus ambitieuses. Elle démarre tout doucement, de manière très sombre, avec les voix conjuguées d'Heather et de Bryan. Puis l'intensité monte progressivement et éclate sur les trois dernières minutes grâce au violon du grand Peter Knight de Steeleye Span, aussi incisif que celui de New Model Army, période Impurity / Raw Melody Men. Troy Donockley à la cornemuse et Angela avec sa flûte font de ce titre le plus celtique de l'album. On retrouve ensuite Peter Knight sur la plage suivante, le très étrange Find The Sun, où son instrument forme un duo inédit, d'une infinie beauté, avec la douce voix d'Heather.

Autre titre marquant, Broken, aux influences très Renaissance. Heather, accompagnée au piano, interprète à la perfection cette chanson dont l'éclat et la maîtrise laissent sans voix. Encore une fois, que de progrès parcourus depuis ses débuts...

Silver Glass qui lui succède est tout aussi merveilleux. Le chant androgyne de Chris Johnson crée une véritable surprise. Il faut bien plusieurs écoutes pour se persuader que ce n'est pas une femme qui chante. Très troublant, cela ne gâche en rien toute l'émotion qui s'en dégage. Bien au contraire.         

Si, à première vue, Mostly Autumn semble renforcé, malgré le départ de son claviériste historique, par l'incorporation de deux nouveaux membres, Chris Johnson et Olivia Sparnenn, la bande de York n'en demeure pas moins très fragilisée. Elle va devoir faire face prochainement à toute une série de départs en cascade, quatre au total en y incluant celle du petit nouveau, Chris parti rejoindre Fish, l'ancien chanteur de Marillion. Néanmoins, l'inspiration, due en partie à ce vent nouveau, n'a pas manqué sur ce Heart Full Of Sky haut en couleurs. Et on peut être sûr d'une chose, Bryan Josh, le père fondateur, n'a pas dit son dernier mot ni sa dernière note.    

Musiciens


Bryan Josh : chant, guitares, claviers, basse, percussions
Heather Findlay : chant, percussions
Chris Johnson : chant, guitares, claviers, basse, percussions
Angela Gordon : flûte, clarinette, chœurs
Liam Davison : guitare slide
Andy Smith : basse
Andrew Jennings : batterie
Olivia Sparnenn : chœurs

Anne-Marie Helder : chœurs
Troy Donockley : uilleann pipes, low whistle
Peter Knight : violon, chœurs
David 'Munch' Moore : orgue Hammond
Roger Newport : chœurs
Mark 'McKinty' Gordon : chœurs

Titres


01. Fading Colours
02. Half A Word
03. Pocket Watch
04. Blue Light
05. Walk With A Storm
06. Find The Sun
07. Ghost
08. Broken
09. Silver Glass
10. Further From Home
11. Dreaming

vendredi 11 septembre 2015

Mermaid Kiss - The Mermaid Kiss Album (2003)

Mermaid Kiss - The Mermaid Kiss Album
Mermaid Kiss - The Mermaid Kiss
Album (2003)
Mélange de Kate Bush, Cocteau Twins et Karnataka, The Mermaid Kiss Album est une invitation au rêve. 

Originaires de Kington, petite bourgade anglaise frontalière avec le Pays de Galles et peuplée d'à peine 2600 âmes en ce début de XXIe siècle, Evelyn Downing (chant, flûte), Jamie Field (guitares, basse) et Andrew Garman (claviers, basse, batterie) sortent leur premier album autoproduit en 2003.

Auparavant, Evelyn avait publié, sous son seul nom, deux disques introuvables aujourd'hui : Shine en 2001 puis Electric en 2002. Si Jamie et Andrew avaient participé à leur élaboration, désormais, ils forment un vrai groupe. 

Les chansons, quatorze au total, sont courtes. La plus longue, Write My Name In Stars, peine à atteindre les six minutes. Un brin poétique, un brin atmosphérique, elle évoque Mostly Autumn avec cette flûte mélodieuse et cette ambiance feutrée. Plus vive, Some Days Are Like This est le plus ancien morceau de l'album. Il a été écrit en 1999 par Jamie qui l'a ensuite réarrangé avec ses deux acolytes. Soundchaser et Whisper annoncent avec quatre ans d'avance le futur album Etarlis, véritable chef d'œuvre du groupe. A l'origine, il s'agit d'un roman de fantasy écrit en duo par Evelyn et Jamie. Ils se sont inspiré du monde imaginaire inventé dans leur livre pour composer ces deux titres qui auraient eu toute leur place sur cet album relatant les aventures des héroïnes Anna et Gerri. 

Accompagnée au simple piano par Andrew, Evelyn délivre les paroles énigmatiques de Thirteen dans un français au délicieux accent anglais. 

Treize, un nombre malheureux
Un nombre sans bonheur
Et sans joie
Mais aujourd'hui vous êtes dans mon cœur
Et vous êtes un bonheur
Pour moi

Mais maintenant un nouveau jour commence
Et pour nous une nouvelle danse
Et maintenant le numéro treize à de la bonne chance. 

© Jamie Field & Evelyn Downing 2003. All rights reserved

Avec The Mermaid Kiss Album, Mermaid Kiss ouvre la porte de son univers onirique. Suivront l'EP Salt On Skin tout aussi intéressant, l'immense Etarlis puis Another Country, ultime témoignage de ce groupe d'exception à la musique aussi douce que le tendre baiser d'une sirène.  

Musiciens


Evelyn Downing : chant, flûte
Jamie Field : guitares, basse
Andrew Garman : claviers, basse, batterie

Titres


01. Mermaid Kiss
02. Breathing Under Water
03. Write My Name In Stars
04. Blind
05. Spirit
06. Soundchaser
07. This Feeling
08. Just Like You
09. Some Days Are Like This
10. Like Water
11. Fated
12. Whisper
13. Thirteen
14. Mermaid Kiss Reprise

mardi 8 septembre 2015

Mermaid Kiss - Salt On Skin (2006)

Mermaid Kiss - Salt On Skin
Mermaid Kiss - Salt On Skin (2006)
En 2006, Mermaid Kiss n'est plus qu'un trio réunissant ses deux membres fondateurs, Jamie Field et Andrew Garman, ainsi que le guitariste Nigel Hooton arrivé fin 2003. Evelyn Downing les a quitté, en 2004, pour suivre des études de musicologie. 

Néanmoins, elle vient prêter sa voix sur deux titres du tout nouveau Salt On Skin. Dès les premières notes de Hollow, sa voix rappelle de manière troublante celle de l'immense Kate Bush. Elle signe également les paroles de cette chanson. A l'inverse, elle ne fait qu'interpréter Volcano écrite par Jamie à son intention. Si Hollow évoque la dépression, Volcano n'est que folie, et si le piano domine sur la première, les percussions sont à l'honneur sur la seconde.

Kate Belcher a elle aussi écrit les paroles de Walk Away, morceau plutôt calme, mi-ambient, mi-jazzy, sur lequel elle joue également de la guitare acoustique. Mais, sa voix éclate particulièrement sur le très réussi Human Zoo au refrain accrocheur, ponctué de vifs soli de guitare exécutés par Nigel.

C'est avec l'électrique The Blushing Bride que Kate Emerson ouvre Salt On Skin. Ce titre semble tout droit sorti du répertoire de Karnataka. La présence de leur ancien guitariste, Paul Davies, n'est sûrement pas étrangère à cette agréable sensation. Sur A Hard Row, Evelyn se fait à nouveau entendre, non pas au chant, mais à la flûte. Kate interprète cette émouvante chanson qui s'interroge sur notre comportement face à la pauvreté. Par sa douceur, I Go To Sleep est une conclusion idéale pour ce disque. Écrite par Jamie pour son épouse, Frances, Kate en livre une version pleine de force et de conviction.

D'une durée inférieure à trente minutes, Salt On Skin c'est trois hommes, trois femmes et sept possibilités. Cet EP, d'une très bonne qualité, annonce le futur chef d'œuvre du groupe, Etarlis.   

Musiciens


Jamie Field : guitares
Andrew Garman : claviers, batterie, , percussions, basse
Nigel Hooton : guitares

Evelyn Downing : chant, flûte
Kate Belcher : chant, guitare acoustique
Kate Emerson : chant
Paul Davies : guitare

Titres


01. The Blushing Bride
02. Walk Away
03. Hollow
04. Human Zoo
05. A Hard Row
06. Volcano
07. I Go To Sleep

vendredi 4 septembre 2015

Mermaid Kiss - Etarlis (2007)

Mermaid Kiss - Etarlis
Mermaid Kiss - Etarlis (2007)
Une merveille. Etarlis est une merveille. Sorti en 2007, cet album s’inscrit dans la droite lignée des meilleurs Iona, Karnataka et Mostly Autumn. Cette filiation est confirmée par la présence de Troy Donockley aux uilleann pipes ainsi que de Jonathan Edwards, ex-claviériste de Karnataka, et par la participation de Chris Walkden, collaborateur régulier de Mostly Autumn, à l'artwork. Son travail, très soigné, dépeint à la perfection l'univers du disque.

Formé en 2000 par Evelyn Downing (chant, flûte), Jamie Field (guitares) et Andrew Garman (claviers, basse, batterie, percussions), le trio adopte rapidement le doux nom de Mermaid Kiss. Le guitariste Nigel Hooton les rejoint à la toute fin 2003. Le groupe avait déjà publié The Mermaid Kiss Album quelques mois auparavant. Ensemble, ils sortent l'EP Salt On Skin en 2006.

Mais c'est avec Etarlis que le quatuor connaîtra son apogée artistique. Ce disque, aux multiples influences, est un concept-album relatant le voyage de deux héroïnes, Anna et Gerri, dans l'étrange contrée d'Etarlis, monde imaginaire à la fois fantastique et dangereux. Evelyn et Jamie ont inventé et écrit cette histoire sur plusieurs années.

Afin d'enrichir sa texture musicale, le groupe à fait appel à Kate Belcher au chant et à Wendy Mark aux instruments à vent comme le cor anglais, le hautbois et la flûte à bec. D'une qualité inouïe, chaque chanson représente un tableau différents de cette aventure.

Prelude, instrumental symphonique dépassant à peine les deux minutes, ouvre le rêve. Puis, A Different Sky nous entraîne corps et âme dans un tourbillon onirique où l'on découvre la voix cristalline d'Evelyn portée par une guitare électrique flamboyante. Walking With Ghosts et ses flûtes nous ramène dans des eaux plus calmes, même si cette voix déchirante continue à nous transpercer. Avec Dark Cover et son chant torturé, nous sombrons encore un peu plus dans la noirceur. Mais une lueur d'espoir surgit sur la fin grâce à ce solo de guitare lumineux exécuté par Nigel. Kate prend le relais sur Nowhere To Hide. Son innocence rappelle celle d'Heather Findlay à ses débuts, sur les premiers albums de Mostly Autumn. Elle enchaîne ensuite sur une Siren Song qui n'est qu'émotion. A Sea Change, aux résonances médiévales, se divise en cinq parties et nous offre de splendides soli accomplis par Troy Donockley puis Jonathan Edwards. Kate revient une dernière fois sur un Shadow Girl d'une grande fragilité où se côtoient chant nostalgique, flûte, hautbois et nappes de claviers atmosphériques. Puis surgit Crayola Skies à la beauté renversante. Evelyn est telle une déesse, son chant exprime comme nul autre une infinie tristesse. Émotion garantie. The Citiy Of Clouds (Qway-Lin) termine cette odyssée en apothéose. Nos deux héroïnes arrivent au bout de leur aventure. Claviers mystiques, chant grandiose, guitare hispanisante et orchestration brillante nous ramènent progressivement durant ces dix dernières minutes vers la réalité.      

Aujourd'hui, Mermaid Kiss n'est plus. Le groupe s'est séparé suite au départ d'Evelyn. Avant cela, il a publié un quatrième et dernier album, Another Country, en 2012, disponible uniquement en téléchargement. Jaimie Field, en compagnie de Wendy Marks, se consacre désormais à son nouveau projet, Zero She Flies. En revanche, aucune nouvelles d'Andy Garman ou de Nigel Hooton qui avaient déjà quitté le navire bien avant Another Country. Où qu'ils soient, tous peuvent se prévaloir d'avoir donner naissance à un chef d'œuvre exceptionnel, ce qui n'est pas donné à tout le monde. Grâce à eux, Etarlis est.

Musiciens


Evelyn Downing : chant, flûte
Jamie Field : guitares
Andrew Garman : claviers, basse, batterie, percussions
Nigel Hooton : guitares

Kate Belcher : chant
Wendy Marks : cor anglais, hautbois, flûte
Troy Donockley : uilleann pipes
Jonathan Edwards : claviers

Titres


01. Prelude
02. A Different Sky
03. Walking With Ghosts
04. Dark Cover
05. Nowhere To Hide
06. Siren Song
07. A Sea Change
08. Shadow Girl
09. Beat The Drum
10. Crayola Skies
11. The City Of Clouds (Qway-Lin)

mercredi 2 septembre 2015

Maddy Prior - The Quest (2007)

Maddy Prior - The Quest
Maddy Prior - The Quest (2007)
En 2006, Maddy Prior, grande prêtresse du folk britannique, entame une série de concerts ayant pour thème la quête du Saint Graal. Cette tournée la conduit dans les villes liées à cette légende comme Glastonbury, Tintagel, Londres où Winchester. Dans cette dernière, elle enregistre, le 22 octobre, sa représentation qui sortira l'année suivante en CD sous le titre de The Quest.

Sur scène, elle est entourée de ses fidèles Nick Holland (claviers) et Troy Donockley (uilleann pipes, guitare électrique, guitare acoustique, bouzouki, low whistles, tin whistles, chœurs). Ensemble, ils interprètent un répertoire provenant essentiellement des albums les plus récents : Flesh & Blood (Sheath & Knife, Bitter Withy, Hind Horn), Ravenchild (Ravenchild, Dance On The Wind), Lionhearts (Maman, John, Jupiter) et Arthur The King dont le cycle du même nom, véritable pièce centrale du spectacle, est joué dans son intégralité.

Au fil des morceaux, Troy ne cesse d'impressionner. Il passe d'un instrument à l'autre avec une habileté exemplaire. Son bouzouki entêtant rythme Maman au refrain délicieusement chanté en français par Maddy, sa flûte cède tranquillement la place à la guitare électrique sur un Dance On The Wind au solo final fougueux, et son interprétation du Jupiter de Gustav Hoslt aux uilleann pipes est absolument démentielle.

De son côté, Maddy tient vraiment la forme et assure le show en grande professionnelle qu'elle est. Ici, pas de subterfuge, tout est simplicité, authenticité et proximité. Elle chante pour son public, danse pour lui, mais n'oublie pas de se faire avant tout plaisir. Comme nombre d'artistes, c'est de la scène qu'elle tire toute l'énergie qui lui permet d'avancer.

Témoignage de l'alchimie se dégageant de ces trois musiciens, The Quest marque aussi la fin d'une histoire commencée dans la seconde moitié des années 90. Maddy va retrouver ses anciens groupes, The Carnival Band et Steeleye Span. Quant à Troy, il va tourner la page Iona pour se rapprocher de Nightwish, tout en poursuivant occasionnellement sa collaboration avec son vielle ami Nick. A chacun de poursuivre sa quête, ainsi va la vie.

Musiciens


Maddy Prior : chant

Nick Holland : claviers
Troy Donockley : uilleann pipes, guitare électrique, guitare acoustique, bouzouki, low whistles, tin whistles, chœurs

Titres


01. Sheath & Knife
02. Bitter Withy
03. Quest
04. Jospeh Was A Tin Man
05. Maman
06. John
07. Fields Of The Cloth Of Gold

08. The Name Of Arthur
09. Veturae Remembering
10. Hallows I
11. Queen And Sovereignty
12. Hallow II
13. Tibal Warriors
14. Hallow III
15. Sentry
16. Hallows IV
17. Once & Future King

18. Jupiter
19. Hind Horn
20. Ravenchild
21. Dance On The Wind
22. The Templar Knight