dimanche 29 mai 2016

Flamborough Head - Tales Of Imperfection (2005)

Flamborough Head Tales Of Imperfection
Flamborough Head -
Tales Of Imperfection (2005)
Tales Of Imperfection est le quatrième album du groupe néerlandais Flamborough Head, le deuxième avec la chanteuse Margriet Boomsma.

Par rapport au précédent, One For The Crow, sorti trois ans plus tôt en 2002, les compositions se sont encore étoffées et Margriet a pris une plus grande assurance. Son chant, moins détaché, s'affirme davantage, notamment sur Captive Of Fate dont la thématique porte sur le besoin de chacun d'aider son prochain, et la ballade finale Year After Year aux somptueux soli de guitare d'Eddie Mulder.

Ce nouvel album comporte deux épiques dépassant les dix minutes. Silent Stranger est marqué par la flûte de Margriet devenue un élément essentiel à la musique du groupe. Introduit par le court instrumental "camelien" For Starters, Maureen dénonce les ravages des normes de beauté imposées par les magazines de mode. La pochette, comme d'habitude signée Theo Spaay, illustre tristement cette problématique toujours d'actualité.

Par rapport à ses contemporains, Flamborough Head peut être classé entre Glass Hammer par son aspect symphonique, et Mostly Autumn pour son côté folk (utilisation de la flûte notamment). Comparé à ses illustres aînés, Flamborough Head se situe dans la continuité de Camel (le jeu de guitare d'Eddie n'est pas sans rappeler celui d'Andy Latimer) et de Renaissance en ce qui concerne certains aspects du chant de Margriet et, surtout, l'emploi fréquent d'un piano mélancolique dont les envolées célestes évoquent les heures glorieuses de John Tout durant les années 70. 

Détail intéressant, les photos du groupe illustrant l'intérieur du livret ont été prises par Serge Llorente lors du Festival Crescendo de 2004. Serge Llorente fait partie de la rédaction du magazine spécialisé Koid'9 depuis de nombreuses années. Ainsi, un groupe néerlandais portant un nom anglophone qui collabore avec un Français, c'est aussi cela l'Europe. 

Musiciens


Margriet Boomsma : chant, flûtes
Eddie Mulder : guitares, chœurs
Edo Spanninga : claviers
Marcel Derix : basse
Koen Roozen : batterie, percussions

Titres


01. For Starters
02. Maureen
03. Higher Ground
04. Silent Stranger
05. Captive Of Fate
06. Mantova
07. Year After Year

samedi 28 mai 2016

Flamborough Head - One For The Crow (2002)

Flamborough Head One For The Crow
Flamborough Head -
One For The Crow (2002)
Flamborough Head, célèbres falaises des côtes britanniques, ont également donné leur nom à une passionnante formation néerlandaise de rock progressif originaire de la Frise. Cette province du nord des Pays-Bas est réputée pour son particularisme local bien ancré. 

Au début des années 90, le claviériste Edo Spanninga fonde ce groupe avec Marcel Derix (basse), Koen Roozen (batterie), un guitariste et un chanteur. Anglophile, Edo a choisi cette appellation car il voulait absolument un nom composé du style Led Zeppelin, Jethro Tull ou Pink Floyd. 

Ensemble, ils sortent deux albums salués par la critique, Unspoken Whisper en 1998, suivi de Defining The Legacy deux ans plus tard. Marillion, Pendragon et Arena sont les références les plus fréquemment citées pour définir leur musique. 

Changement de cap en 2002 avec One For The Crow. Après les départs successifs du guitariste et du chanteur, Flamborough Head a fait appel à Eddie Mulder et Margriet Boomsma pour les remplacer. Egalement flûtiste, cette dernière n'est autre que l'épouse d'Edo. Tous trois vont former le nouveau noyau du groupe et se répartir les compositions. 

Ainsi, Flamborough Head évolue d'une musique néo-progressive à un rock symphonique typé seventies évoquant tout aussi bien Genesis, Camel, Pink Floyd ou Renaissance. Dotée d'une voix unique, Margriet se rapproche cependant plus de sa consœur Tracy Hitchings que d'Annie Haslam sur le plan vocal. Autre point commun avec la chanteuse de Landmarq, Margriet à la difficile tâche de succéder à un homme à un moment où les formations progressives avec chanteuses n'étaient pas encore très fréquentes.

One For The Crow est un album réussi, très agréable à écouter. Le chant rétro de Margriet se marrie à merveille avec les compositions oldies du groupe. D'une durée approximative d'une heure, il comporte quatre morceaux épiques dépassant les dix minutes, parmi lesquels deux perles, Old Shoes et Limestone Rock. Véritables délices, les instrumentaux Separate et Old Forest signés Mulder, naviguent sur les mêmes eaux champêtres qu'un certain Anthony Phillips. 

Contrairement à un Landmarq qui a poursuivi son évolution vers un néo-progressif de qualité suite à l'arrivée de Tracy Hitchings, Flamborough Head a opté pour une toute autre direction musicale plus aventureuse. Ce choix n'est toutefois pas une rupture avec son passé. La pochette du disque est à nouveau signée Theo Spay comme celles des deux précédents opus, ce qui donne indéniablement une unité à l'ensemble de l'œuvre de nos Néerlandais. 

Flamborough Head  Unspoken Whisper
Flamborough Head -
Unspoken Whisper (1998)

Flamborough Head  Defining The Legacy
Flamborough Head -
Defining The Legacy (2000)

Musiciens


Margriet Boomsma : chant, flûtes
Eddie Mulder : guitares, chœurs
Edo Spanninga : claviers
Marcel Derix : basse
Koen Roozen : batterie, percussions

Titres


01. One For The Crow
02. Old Shoes
03. Separate
04. Daydreams
05. Nightlife
06. Old Forest
07. Limestone Rock
08. New Shoes

mercredi 25 mai 2016

Wetton-Downes - Icon 3 (2009)

John Wetton Geoffrey Downes Icon 3
Wetton-Downes - Icon 3 (2009)
Icon 3 est la suite logique logique d'Icon et d'Icon II Rubicon. Contrairement à ce dernier où l'idée de guerre était très présente (The Die Is Cast ou Rubicon en sont des exemples), le nouvel album de Wetton et Downes exalte cette fois-ci la paix. Une colombe ornant l'artwork à divers endroits la symbolise, et elle est louée dans la dernière chanson du disque, le fringuant Peace In Our Time.

John Wetton avouera, dans les notes du livret, qu'il avait cette mélodie en tête depuis des répétitions faites avec Bill Bruford et Rick Wakeman en 1976. A ce propos, il fait remonter les origines de Don't Go Out Tonight aux années 80 et celles du tout aussi rock Sex, Power And Money au début des années 90. Les autres compositions sont ,elles, le fruit de sa collaboration actuelle avec son vieil ami Geoffrey Downes. 

Comme pour les deux premiers opus, les références à Asia ne manquent pas. Mais d'autres sources d'inspiration se laissent sentir. Celle à Queen est flagrante sur Destiny où les clins d’œil à Bohemian Rhapsody sont légions. On jurerait entendre Freddy Mercury clamait son célèbre "Mama just killed a man" transformé en "Mama , I was just a kid". Il faut dire que si la voix de Wetton n’atteint pas celle de feu Freddy Mercury, elle possède une puissance toute aussi rare.

Le duo Wetton-Downes ne se conçoit pas comme un simple ersatz d'Asia. Il cherche d'ailleurs à s'en démarquer en employant des instruments originaux. Hugh McDowell, présent sur les trois disques, occupe un espace important avec son violoncelle. Il n'est pas un simple instrument d'accompagnement, mais se trouve souvent au cœur même des compositions. Sur le premier volet, la flûte était également à l'honneur avec Ian McDonald de King Crimson. Ensuite, sur Icon II Rubicon, ce fut le violon. Ici, c'est la harpe jouée par le Suisse Andreas Vollenweider. Elle officie sur l'instrumental Anna's Kiss ainsi que sur Raven, délicate ballade chantée en duo avec grâce par la délicieuse Anne-Marie Helder de Panic Room (mais aussi de Mostly Autumn et anciennement de Karnataka). 

Anne-Marie est la plus belle surprise de ce Icon 3. Elle succède ainsi à Annie Haslam et à Anneke van Giersbergen au sein de la team Wetton-Downes. Un changement de personnel s'est aussi effectué. Ainsi, John Mitchell et Steve Christey ne sont plus de la partie. Dave Kilminster et son pote, Pete Riley, les remplacent respectivement à la guitare et à la batterie. Tout aussi bon que Mitchell (il joue les parties de David Gilmour sur les tournées de Roger Waters), Kilminster se fait néanmoins plus discret. Mais quand il se lâche, ça envoie !

Ainsi s'achève la trilogie Icon imaginée par nos deux compères cinq ans plus tôt. Bien que prochainement sexagénaires, ils sont bien loin de raccrocher pour profiter pleinement de leur retraite. Certes, leur créativité n'est plus celle de leurs jeunes années, mais il est évident qu'ils ont acquis un savoir-faire à faire pâlir la nouvelle génération. Maîtres absolus de leurs instruments, de belles années vont encore s'offrir à eux, ensemble ou séparément. 

Musiciens


John Wetton : chant, basse
Geoffrey Downes : claviers, vocoder

Dave Kilminster : guitares
Pete Riley : batterie
Hugh McDowell : violoncelle
Andreas Vollenweider : harpe
Anne-Marie Helder : chant

Titres


01. Twice The Man I Was
02. Destiny
03. Green Lights And Blue Skies
04. Raven
05. My Life Is In Your Hands
06. Sex, Power And Money
07. Anna's Kiss
08. Under The Sky
09. Don't Go Out Tonight
10. Never Thought I's See You Again
11. Peace In Our Time

dimanche 22 mai 2016

Wetton-Downes - Icon II Rubicon (2006)

John Wetton Geoffrey Downes Icon II Rubicon
Wetton-Downes - Icon II Rubicon
(2006)
Après un premier album en demi-teinte, John Wetton et Geoffrey Downes sont de retour avec le bien meilleur Icon II Rubicon

Peu de modifications concernant les musiciens les accompagnant. John Mitchell continue à occuper le poste de guitariste avec brio, tout comme le batteur Steve Christey et le violoncelliste Hugh McDowell. D'ailleurs, la mise en avant de son instrument donne une touche mélancolique supplémentaire aux compositions du duo. 

Côté nouveautés, il faut noter la participation de Katie Jacoby, jeune violoniste alors âgée de quinze ans. Anneke van Giersbergen, encore membre de The Gathering, a la lourde tâche de succéder à Annie Haslam. Elle chante sur deux titres. To Catch A Thief est un magnifique duo avec John Wetton. Le contraste entre leurs deux voix est saisissant. Celle d'Anneke, si fragile et aérienne, semble sans cesse se briser avec fracas sur le chant puissant de John, telle une vague sur un roc. Tears Of Joy a la particularité d'être construite sur la même ligne mélodique que Backer Street de Gerry Rafferty, hit de l'année 1978. Jouée à l'origine au saxophone par Raphael Ravenscroft (Pink Floyd, The Final Cut), Katie la reprend ingénieusement au violon. Anneke seconde un John émouvant sur cette chanson épurée à l'extrême où ne subsistent ni guitare, ni batterie.  

Il est vrai que la force de cet album est le chant de Wetton qui ne cesse de se bonifier avec le temps. Sur des titres aussi divers que The Die Is Cast, Reflections (Of My Life) ou Shannon où l'on passe d'un rock viril à une chanson folk typique des pubs anglais en passant par une ballade introspective, sa voix exceptionnelle porte chacune de ces compositions. Si elles sont plus achevées que sur l'album précédent, il y flotte toutefois comme un parfum des années 80. Les claviers symphoniques de Downes ne sont pas étrangers à cette sensation. Heureusement, ils ne sont plus aussi froids que les sons synthétiques de cette époque. Preuve que la technologie a bien progressé. 

Pour être honnête, Icon II Rubicon n'est pas un album indispensable. Il cache cependant quelques perles, dont les deux duos avec la fabuleuse Anneke. Il démontre aussi que nos deux artistes ont encore de l'inspiration et qu'ils sont capable d'offrir de grands moments musicaux. 

Musiciens


John Wetton : chant, basse, guitares
Geoffrey Downes : claviers, vocoder

John Mitchell : guitares
Steve Christey : batterie
Hugh McDowell : violoncelle
Katie Jacoby : violon
Anneke van Giersbergen : chant

Titres


01. The Die Is Cast
02. Finger On The Trigger
03. Reflections (Of My Life)
04. To Catch A Thief
05. Tears Of Joy
06. Shannon
07. The Hanging Tree
08. The Glory Of Winning
09. Whirlpool
10. Rubicon

jeudi 19 mai 2016

Wetton-Downes - Icon (2005)

John Wetton Geoffrey Downes Icon
Wetton-Downes - Icon (2005)
Fondateurs d'Asia au début des années 80, John Wetton (chant, basse) et Geoffrey Downes (claviers) se retrouvent dans les années 2000 pour un nouveau projet, Icon

Comme à l'époque de leur super groupe qui réunissait à leurs côtés les légendaires Steve Howe (Yes) et Carl Palmer (ELP), ils se sont entourés de musiciens de haute volée. A la guitare, un John Mitchell (Arena) au sommet de sa forme. Son jeu, à la fois vif et inventif, ne manque pas d'illuminer certaines compositions peu originales dont Hey Josephine à peine passable. Hugh McDowell (ELO) et Ian McDonald (King Crimson) apportent eux aussi une touche particulière grâce à leurs instruments que sont respectivement le violoncelle et la flûte. Steve Christey de Jadis s'occupe avec subtilité de la batterie. 

Le dernier invité est une invitée. Il s'agit d'Annie Haslam, véritable icône vivante à la voix d'ange. Si sa participation est plus que furtive sur l'entraînant I Stand Alone, elle est tout simplement magique sur le dernier titre, In The End. Son duo avec un John Wetton au chant chaleureux et puissant, sur un air séduisant joué au piano par Downes accompagné de Ian Mc Donald à la flûte, donne des ailes à l'auditeur. Il conclut l'album en beauté. Difficile d'imaginer que jouent ensemble quatre artistes, tous anciens membres des plus grands groupes de rock progressif : King Crimson pour Wetton et McDonald, Yes pour Downes et Renaissance pour Haslam.   

D'ailleurs, Icon est un disque marqué par la nostalgie. Celle du passé de Wetton et Downes, deux figures emblématiques qui ont marqué la musique de ces trente dernières années. Pour mémoires, outre les formations déjà citées, on retrouve Wetton au fil du temps au sein de UK, Roxy Music, Uriah Heep et même de Renaissance entre 1971 et 1972. Quant à Downes, il a fait une entrée remarquée sur la scène musicale avec The Buggles dès 1977 et leur hit Video Killed Radio Star. Nostalgie d'Asia en particulier qui leur a fait connaître la gloire en 1982 dès leur premier album. Let Me Go, premier titre d'Icon, n'est pas si éloigné de ces années-là. L'année suivante, le groupe se reformera avec ses membres originaux pour une tournée, puis un nouvel album en 2008, le médiocre Phoenix. Nostalgie aussi avec toutes ses ballades parmi lesquelles Meet Me At Midnight à l'arrière-goût du célèbre Hello de Lionel Richie, Sleep Angel ou bien Far Away inspirée par le fils de John... qui a parlé de nostalgie de l'enfance ?   

En attendant une suite prochaine qui s'annonce bien meilleure, ce disque est à ranger à la suite de l'intégrale d'Asia. Il comblera sans aucun doute une grande majorité de leurs fans.


Musiciens


John Wetton : chant, basse
Geoffrey Downes : claviers

Steve Christey : batterie
John Mitchell : guitares
Hugh McDowell : violoncelle
Ian McDonald : flûte
Annie Haslam : chant

Titres


01. Overture: Paradox - Let Me Go
02. God Walks With Us
03. I Stand Alone
04. Meet Me At Midnight
05. Hey Josephine
06. Far Away
07. Please Change Your Mind
08. Sleep Angel
09. Spread Your Wings
10. In The End

dimanche 15 mai 2016

Paul Cusick - Focal Point (2009)

Paul Cusick Focal Point
Paul Cusick - Focal Point (2009)
Focal Point est le premier album du multi-instrumentiste britannique Paul Cusick. Avant de se lancer dans cette carrière solo, il a joué dans plusieurs groupes et avec divers artistes dont Marc Atkinson. Il apparaît d'ailleurs à la guitare sur quatre titres de This Is Where We Are (2006) aux côtés du claviériste de Mostly Autumn, Iain Jennings. 

Sur Focal Point, il est quasiment seul aux commandes. L'album est autoproduit sur son label Q Rock Records, il en a assuré à la fois la production, le mixage, la composition, les instruments (guitares, basse, claviers) et le chant. John Spence, qui a travaillé aussi bien pour Mostly Autumn que les Sisters Of Mercy, a apporté son savoir-faire pour le mastering et quelques mixages complémentaires. 

Seule la batterie a nécessité la présence d'intervenants extérieurs professionnels. A l'exception du très floydien Touch sur lequel joue Andy Edwards (IQ, Frost*), c'est le jeune Alex Cromarty qui tient les baguettes. Si son nom est encore peu connu en 2009, sa notoriété croîtra après sa participation au remarquable projet Riversea de Marc Atkinson et Brendan Eyre (2012), puis lorsqu'il succédera à Gavin Griffiths au sein de Mostly Autumn en 2014. Il aura également l'occasion de collaborer de manière régulière avec Heather Findlay

Une touche féminine discrète est disséminée avec soin. Helena Ferguson prête sa voix à la standardiste d'un Touch semblant être tiré tout droit des sessions de The Wall (sonnerie, échanges téléphoniques). Theresa Brindley, la compagne de Paul, intervient également sur ce morceau. Louise Dawson chante avec Paul les couplets du puissant Soul Words ainsi que sur le titre de fin, Hello. Ses trois enfants, Jessica, Thomas et Rosie apparaissent sur la pièce maîtresse du disque, Fade Away. Roger Waters et son Final Cut ne sont pas bien loin dans cette chanson enveloppée d'un piano nostalgique, de trompettes lointaines, d'un chant à peine murmuré toute en retenue et d'une guitare électrique envoûtante. 

Les influences du Pink Floyd sont évidentes tout au long du disque. Celles de Porcupine Tree également, notamment dans la production. Mais Focal Point demeure avant tout une œuvre personnelle dans laquelle Paul Cusick a mit toute son âme. A ceux qui en douteraient, elle rappelle qu'autoproduction rime aussi avec qualité. A bon entendeur...

Musiciens


Paul Cusick : chant, guitares, basse, claviers

Alex Cromarty : batterie, chant
Andy Edwards : batterie
Louis Dawson : chant
Helena Ferguson : voix
Theresa Brindley : voix
Jessica Cusick : voix
Thomas Cusick : voix
Rosie Cusick : voix

Titres


01. Focal Point
02. Everblue
03. Fade Away
04. Soul Words
05. Scared To Dream
06. Touch
07. Senza Tempo
08. Big Cars
09. Hold On
10. Hello

11. Touch (Groove Monster Mix)

samedi 14 mai 2016

Parade - The Fabric (2009)

Parade The Fabric
Parade - The Fabric (2009)
Parade est un nouveau venu dans la galaxie Mostly Autumn. The Fabric, son premier album, sera également son dernier puisque le groupe changera ensuite de nom pour devenir Halo Blind. Il réapparaîtra en 2013 avec un nouvel album, Occupying Forces

Son fondateur, Chris Johnson, est un ami d'enfance de Bryan Josh. Il a joué dans différentes formations dont The Evernauts ou Mostly Autumn (sur Heart Full Of Sky, on lui doit l'inoubliable Silver Glass), et avec Fish (13th Star). 

Pour réaliser The Fabric, il s'est entouré de musiciens rencontrés au cour de sa carrière. Au début, ce projet devait être un simple album solo, mais, au fur et à mesure, l'équipe est devenue un vrai groupe, même si Chris en est demeuré le seul compositeur. A ses côtés, se trouvent la fascinante Anne-Marie Helder (Panic Room, Mostly Autumn, ex-Karnataka) et son acolyte, le batteur Gavin Griffiths (mêmes formations + Fish), ainsi que deux anciens de The Evernauts, le guitariste Simon Snaize et le bassiste Patrick Berry. 

Trois personnalités de la galaxie Mostly Autumn ont été conviées. Le doyen Bryan Josh livre deux splendides soli de guitares, un sur le bien nommé The Diamond où la voix d'Anne-Marie fait rêver, et l'autre sur le morceau final Ending aux couleurs "autumniennes". Olivia Sparnenn (Breathing Space) participe aux chœurs d'un All That I Wanted très sombre. Quant à Heather Findlay qui vient de quitter Mostly Autumn, elle joue de quelques percussions (The Diamond, The Dogs, Facing Down, Ending). Il est d'ailleurs très regrettable qu'elle n'ait pas posé sa voix sur cet opus... 

The Fabric est un disque de rock indé qui regarde davantage vers un rock FM accessible que vers un rock progressif complexe. Come Alive, The Diamond, Feedline et Ending en sont les titres les plus intéressants, signes d'un fort potentiel en devenir pas si éloigné par certains aspects des néerlandais de The Gathering.

Musiciens


Chris Johnson : chant, guitares, claviers, percussions, programmation, sound design
Anne-Marie Helder : chant, guitares, claviers
Simon Snaize : guitares
Patrick Berry : basse, contrebasse
Gavin Griffiths : batterie

Bryan Josh : guitares
Heather Findlay : percussions
Olivian Sparnenn : chant

Titres


01. Intro Thing
02. Come Alive
03. Start Again
04. The Diamond
05. High Life
06. The Dogs
07. Facing Down
08. Feedline
09. Cut
10. All That I Wanted
11. Ending

mercredi 11 mai 2016

Breathing Space - Below The Radar (2009)

Breathing Space Below The Radar
Breathing Space - Below The Radar
(2009)
Below The Radar est le deuxième album de Breathing Space, groupe formé du noyau Iain Jennings (claviers) - Olivia Sparnenn (chant). Il succède à Coming Up For Air sorti en 2007.  

Par rapport à ce dernier, les musiciens sont sensiblement restés les mêmes, à l'exception du guitariste Marc Rowen remplacé par Liam Davison (Mostly Autumn), vieille connaissance qui a participé à l'album précédent ainsi qu'au premier album solo de Iain, Breathing Space. A ses côtés, se trouvent donc Paul Teasdale (basse), Barry Cassells (batterie) et Ben Jennings (claviers).

Marc Atkinson (Gabriel) est venu faire une discrète apparition aux chœurs sur Lantern For A Smile. Cette gentille ballade intimiste propose un texte plutôt sombre, sans lueur d'espoir. 

Autre invitée, Charlotte Scott et son violoncelle sur l'ouverture de Questioning Eyes, une des plus belles chansons du groupe. Elle mérite à elle seule l'achat du disque. Écrite en la mémoire d'Howard Sparnenn, le père d'Olivia récemment disparu, elle dégage une émotion à fleur de peau portée par le chant aux incroyables capacités de cette extraordinaire chanteuse. Elle s'inscrit dans la lignée d'une autre composition de Iain, The Gap Is Too Wide de l'album The Spirit Of Autumn Past (1999) de Mostly Autumn. Ce morceau poignant avait été lui aussi composé après la disparition d'un être cher, sa mère. Questioning Eyes sera un des rares titres du répertoire de Breathing Space à être repris sur scène par Mostly Autumn lorsque Olivia en deviendra la frontwoman, suite au départ d'Heather Findlay. 

Drowning est une autre chanson émotionnellement très forte. Outre le chant splendide d'Olivia, elle permet à Liam Davison de sortir (enfin) de l'ombre de Bryan Josh et de livrer quelques mémorables soli de guitare. Sur un Dusk tout aussi tendre, nous avons cette fois-ci droit à un duo piano/voix étincelant.

Toutefois, tous les morceaux ne sont pas en  mid-tempo. Breathing Space présente sa face rock dès la chanson titre Below The Radar aux riffs de guitare bien gras, et poursuit sa lancée par Clear qui balance une bonne basse bien groovy à la Simon Gallup (The Cure). Pas étonnant qu'il ait été composé par le bassiste du groupe, Paul Teasdale. 

Avec Below The Radar, Breathing Space prend indiscutablement la tête de la nouvelle vague de groupes néo-progressifs avec chanteuses de cette fin de décennie, aux côtés de Panic Room et The Reasoning. Mais, parfois, le sort est cruelle. Suite au départ d'Olivia pour Mostly Autumn, la formation ne lui survivra pas. Elle vivotera encore quelques temps avec une nouvelle chanteuse, Heidi Widdop (première chanteuse éphémère de... Mostly Autumn), avant de s'éteindre définitivement. 


Musiciens



Olivia Sparnenn : chant, percussions
Iain Jennings : claviers, chœurs
Ben Jennings : claviers
Liam Davison : guitares
Paul Teasdale : basse, guitare acoustique
Barry Cassells : batterie

Marc Atkinson : chœurs
Charlott Scott : violoncelle

Titres


01. Below The Radar
02. Clear
03. Lantern For A Smile
04. The Night Takes You Home
05. Run For Yoursef
06. Dusk
07. Behind Closed Doors
08. Drowning
09. Questioning Eyes

dimanche 8 mai 2016

Mostly Autumn - Pass The Clock (2009)

Mostly Autumn Pass The Clock
Mostly Autumn - Pass The Clock
(2009)
Quand Mostly Autumn décide de faire une compilation, une chose est sûre, c'est qu'il ne se moque pas de son public. Pour la précédente, Catch The Spirit (2002), le groupe avait carrément réenregistré ses propres chansons pour les proposer dans de nouvelles versions plus en phase avec ce qu'il était devenu.

Pass The Clock, du nom de la chanson épique de l'album Passengers (2003), ne comprend pas moins de 3 CD, 35 titres (tous remasterisés), 3 heures 30 de musique prog-folk caractérisée par des voix féminines de toute beauté (Heather Findlay mais aussi Olivia Sparnenn, Angela Gordon et Anne-Marie Helder).

Chacun des albums ou EP de ces dix dernières années (1998-2008) est représenté par au moins un morceau. Passengers atteint le haut du podium avec sept titres en tout, dont l'écorché Pure White Light sur lequel Marc Atkinson (Gabriel) et Damian Wilson (Landmarq, Threshold) interviennent aux chœurs. En deuxième position, The Last Bright Light (2001) avec cinq titres suivi de, ex æquo avec chacun quatre titres, The Spirit Of Autumn Past (1999) et le dernier en date Glass Shadows (2008). For All We Shared... (1998), Music Inspired By The Lord Of The Rings (2001), Storms Over Still Water (2005) et Heart Full Of Sky (2007) comptent chacun trois morceaux. Winter Is King, aux influences païennes, est le seul extrait de l'EP Spirits Of Christmas Past (2005). On le retrouve également sur la compilation Songs For Luca 2 réalisée en 2007 par Dave Bainbridge de Iona. Dernière précision, la présence de deux reprises de l'anthologie Catch The Spirit évoquée plus haut, Prints The Stone, à l'origine sur The Last Bright Light et le floydien The Night Sky de For All We Shared...

Les morceaux ont été rassemblés de façon thématique sur les trois disques. 

Le premier CD, intitulé Something For The Spirit, réunit ceux qui invitent à la réflexion avec des textes occupant une place centrale. Il s'agit essentiellement d'extraits des derniers albums depuis Passengers, à l'exception du magnifique Evergreen.  

Le deuxième disque, Something For The Campfire, met en lumière la face folk et celtique de Mostly Autumn. Ces chansons, idéales à jouer autour d'un feu de camp, proviennent principalement, cette fois-ci, des quatre premiers albums du groupe. 

Le troisième et dernier disque a été nommé Something For The Candlelight. Bien qu'il ne comprenne que neuf titres, ce sont essentiellement de longs morceaux épiques, représentatifs de l'aspect progressif de la musique "autumnienne". De The Night Sky à Heroes Never Die en passant par Silver Glass, Carpe Diem ou The Gap Is Too Wide, que des chefs d'œuvre à donner des frissons.

Pass The Clock marque ainsi la fin d'une époque, celle des années Findlay. La charismatique chanteuse a, en effet, décidé de quitter Mostly Autumn pour se consacrer à de nouveaux projets. On peut regretter ce choix, mais il est bien plus important de lui souhaiter bonne chance pour la suite et de la remercier pour tout ce qu'elle a apporté à ce groupe unique ainsi qu'à ses fans. Go well diamond heart...  

Titres


Someting For The Spirit
1.01. Fading Colours
1.02. Ghost In Dreamland
1.03. Pure White Light
1.04. Distant Train
1.05. Answer The Question
1.06. Evergreen
1.07. The Second Hand
1.08. Storms Over Still Water
1.09. Paper Angels
1.10. Tearing At The Faerytale
1.11. Pass The Clock

Something For The Campfire
2.01. Yellow Time
2.02. Prints In The Stone
2.03. The Eyes Of The Forest
2.04. Boundless Ocean
2.05. Shinding
2.06. Blakey Ridge / When Waters Meet
2.07. Winter Is King
2.08. Which Wood?
2.09. At Las To Rivendell
2.10. Simple Ways
2.11. On The Wings Of Gwaihir
2.12. Steal Away
2.13. Bitterness Burnt
2.14. Shrinking Violet
2.15. Goodbye Alone

Something For The Candlelight
3.01. The Night Sky
3.02. Silver Glass
3.03. Half The Moutain
3.04. Carpe Diem
3.05. Hollow
3.06. Passengers
3.07. The Gap Is Too Wide
3.08. Glass Shadows
3.09. Heroes Never Die

vendredi 6 mai 2016

Mostly Autumn - Live 2009 Part II (2009)

Mostly Autumn Live 2009
Mostly Autumn - Live 2009
Part II (2009)
En toute logique, Live 2009 Part II fait suite à Live 2009 Part I paru cette même année. Toutefois, d'une durée de 77 minutes pour 12 titres, ce disque constitue à lui tout seul une compilation de Mostly Autumn puisque, à l'exception de Music Inspired ByThe Lord Of The Rings, tous les albums du groupe sont représentés.

On retrouve deux titres du premier opus For All We Shared : Nowhere To Hide et, en fin de set, Heroes Never Die, chanson écrite en hommage au père du leader Bryan Josh qui, au fil des années, s'est imposée comme un classique incontournable. Il faut dire qu'une émotion palpable intense se dégage tout au long des neuf minutes que dure ce morceau.

De The Spirit Of Autumn Past, Josh et sa bande (Heather Findlay, Anne-Marie Helder, Olivia Sparnenn, Iain Jennings, Liam Davison, Andy Smith, Gavin Griffiths) ont retenu Winter Mountain au rythme brut martelé par un Gavin Griffiths en forme.

Autre titre épique avec Heroes Never Die, The Last Bright Light de l'album du même nom s'étend lui aussi sur neuf minutes. The Dark Before The Dawn et Never The Rainbow marqué par le duo improbable entre Olivia et la guitare de Bryan, en sont également issus.  Plus qu'un duo, il s'agit d'un véritable duel dans lequel le guitariste ne cesse de surenchérir avec son instrument dans les aigus extrêmes, poussant sa chanteuse à tenir la note en écho, ce qu'elle réussit à faire sans aucun loupé. Quelle démonstration impressionnante !

Answer The Question (Passengers) propose un autre duo dynamique, plus classique, mais tout aussi passionnant, entre Bryan et Heather.

Storms Over Still Water demeure encore aujourd'hui un des albums les plus décrié par les fans. Pourtant, il cache quelques pépites parmi lesquelles le puissant Carpe Diem, hommage aux victimes du tsunami de 2004, et Broken Glass qui ne démériterait pas au panthéon des chansons pur "rock" de la formation yorkaise.

Autre vibrant hommage, Pocket Watch (Heart Full Of Sky) dédiée au claviériste de Pink Floyd, Rick Wright, alors récemment disparu. "We've got Crazy Diamond..." en sont les première paroles.

Le petit dernier Glass Shadows s'affirme à travers un autre morceau tout aussi émouvant, Above The Blue. Simplement accompagnée au piano par Iain, Heather se livre pudiquement sur cette chanson écrite à la mémoire de son grand-père. De Tearing At The Faerytale, de ce même album, s'échappent une tristesse et une nostalgie communicative.

Autonome du Live 2009 Part I, cette seconde partie peut très bien s'apprécier seule. Cependant, il est vivement conseiller de posséder les deux disques à qui souhaite accéder au Nirvana musical "autumnien".

Musiciens


Bryan Josh : chant, guitares
Heather Findlay : chant, guitare acoustique, whistles, percussions
Iain Jennings : claviers
Anne-Marie Helder : claviers, flûte, guitare acoustique, percussions, chœurs
Liam Davison : guitares, chœurs
Andy Smith : basse
Gavin Griffiths : batterie
Olivia Sparnenn : chœurs, percussions

Titres


01. Winter Mountain
02. The Dark Before The Dawn
03. Answer The Question
04. The Last Bright Light
05. Above The Blue
06. Nowhere To Hide
07. Broken Glass
08. Never The Rainbow
09. Pocket Watch
10. Tearing At The Faerytale
11. Carpe Diem
12. Heroes Never Die

jeudi 5 mai 2016

Mostly Autumn - Live 2009 Part I (2009)

Mostly Atumn Live 2009
Mostly Atumn - Live 2009
Part I (2009)
Quelle drôle d'idée d'avoir séparé en deux albums distincts Live 2009 ! Il aurait été plus judicieux de les réunir en un seul double album. Bref, c'est ainsi... Parlons donc de cette première partie.  

Elle comporte en tout huit titres pour 48 minutes non-stop de musique intense. L'enregistrement a eu lieu lors de la tournée printanière qui s'est déroulée suite à la parution du petit dernier Glass Shadows. De cet album, on retrouve naturellement Bryan Josh (chant, guitare), Heather Findlay (chant, guitare acoustique, whistles, percussions), Anne-Marie Helder (flûte, claviers, percussions, guitare acoustique, chœurs), Olivia Sparnenn (chœurs, percussions), mais aussi le fidèle Andy Smith (basse).  

Un nouveau batteur fait son apparition, Gavin Griffiths, ex-Karnataka et actuel membre de Panic Room, tout comme Anne-Marie Helder. Il joue aussi régulièrement avec Fish, on a pu l'entendre sur ses albums Communion et 13th Star. Cette tournée marque avant tout le retour de deux piliers historiques : le claviériste Iain Jennings qui partage désormais son temps entre Mostly Autumn et son propre groupe Breathing Space avec Olivia Sparnenn au chant, et le guitariste Liam Davison. 

Le concert démarre sur les chapeaux de roue par le dynamique Fading Colours de Heart Full Of Sky. Dès les premières notes, Heather s'impose comme l'élément central de la scène grâce à son charisme exceptionnel et à sa voix tellement envoûtante. Puis arrive le tout aussi puissant Caught In A Fold (Passengers) aux sonorités rock légèrement adoucis par la flûte subtile d'Anne-Marie. Deux représentants du dernier album en date Glass Shadows font suite : Flowers For Guns, chanson aux couleurs folks enveloppée des harmonies vocales conjuguées d'Anne-Marie et d'Olivia, suivi de Unorignal Sin, plus inquiétant par son ambiance sombre. 

Après quatre chansons, Heather cède le chant principal à son complice Bryan Josh qui entame sans attendre Simple Ways. Retour aux années Passengers avec ce morceau "floydesque" et ses guitares "gilmouriennes", ses nappes synthétiques "wrightiennes" ainsi que ses chœurs féminins lunaires. Cette première partie se termine par du bonheur à l'état pur, l'enchaînement des vieux classiques The Spirit Of Autumn Past (Part II), Half The Mountain et de l’irrésistible Evergreen qui, bien qu'entendus mille fois, demeurent toujours aussi prenants. 

Avec ce Live 2009 Part I, Mostly Autumn montre qu'il est bel et bien de retour. Ses membres sont soudés comme jamais, leur joie de jouer à nouveau ensemble est transmise sans artifices à travers cet enregistrement exceptionnel doté d'une qualité sonore irréprochable. 

Musiciens


Bryan Josh : chant, guitares
Heather Findlay : chant, guitare acoustique, whistles, percussions
Iain Jennings : claviers
Anne-Marie Helder : claviers, flûte, guitare acoustique, percussions, chœurs
Liam Davison : guitares, chœurs
Andy Smith : basse
Gavin Griffiths : batterie
Olivia Sparnenn : chœurs, percussions

Titres


01. Fading Colours
02. Caught In A Fold
03. Flowers For Guns
04. Unoriginal Sin
05. Simple Ways
06. The Spirit Of Autumn Past (Part II)
07. Half The Mountain
08. Evergreen

mercredi 4 mai 2016

Mandalaband - BC Ancestors (2009)

Mandalaband BC Ancestors
Mandalaband - BC Ancestors (2009)
Ambitieux, le mot est faible tant le projet de David Rohl mérite le respect. Ce Monsieur est le fondateur du groupe de rock progressif Mandalaband qui a sorti deux albums dans les années 70 : Mandalaband en 1975, suivi en 1978 de The Eye Of Wendor auquel participa d'une multitude d'artistes dont Maddy Prior. Trente ans après, il revient avec son nouvel album, BC Ancestors. Entre-temps, il est devenu un égyptologue renommé, a écrit de nombreux ouvrages sur son sujet de prédilection, l'Égypte ancienne, et a travaillé pour la télévision britannique.

Dans le courant des années 2000, l'idée de reformer Mandalaband germe en lui. Il convie alors ses anciens complices Woolly Wolstenholme, Ashley Mulford et Kim Turner à le rejoindre. De nouvelles têtes viennent s'ajouter à ce quatuor parmi lesquelles Troy Donockley, Marc Atkinson, Jose Manuel Medina, ainsi que deux vocalistes de charme, Briony et Barbara Macanas. 

Sur une musique symphonique ouverte à une multitude d'influences, celtique notamment, Mandalaband remonte le temps en visitant d'anciennes civilisations qui se sont succédées de la préhistoire jusqu'à la fondation de Rome. L'Égypte occupe bien évidemment une place centrale. BC Ancestors se veut donc une fresque historique couvrant plusieurs milliers d'années. 

Arrangements et orchestrations sont grandioses, dignes des plus grandes musiques de films. Quatre artisans sont à l'œuvre : David Rohl, Woolly Wolstenholme, Jose Manuel Medina et Troy Donockley. Ce dernier, avec son savoir-faire d'orfèvre, s'impose dès l'ouverture, sur l'instrumental Ancestors. Ses uilleann pipes font alors écho à l'album précédent sorti trente ans plus tôt, The Eye Of Wendor, en reprenant subtilement la même ligne mélodique. Il signe également The Wine-Dark Sea, titre faisant référence à la mer Méditerranée et évoquant les migrations des Grecs sur ses différentes rives entre les IXe et VIIe siècles avant J.-C.  

Si David est la principale voix du disque, Mark Atkinson apparaît en lead sur le bien nommé Beautiful Babylon secondé par Briony Macanas. On le retrouve par la suite sur Solomon The Wise au final flamboyant où s'emmêlent guitare électrique, piano, chœurs et orchestration. 

Comme tout concept-album de qualité, BC Ancestors a été pensé dans ses moindres détails. Il bénéficie d'une pochette de qualité et d'un livret richement illustré. Ce travail a été réalisé par l'artiste biélorusse Ed Unitsky, un nom à retenir. Découvert en 2003 avec The Music That Died Alone de The Tangent, Ed est rapidement devenu une référence incontournable dans le milieu du rock progressif, au même titre qu'un Roger Dean ou qu'un Mark Wilkinson. 

BC Ancestors n'est qu'une première étape pour Mandalaband. Une suite toute aussi passionnante verra le jour deux ans plus tard sous le titre AD Sangreal. L'histoire nous mènera cette fois-ci de la chute de l'Empire romain au Moyen Âge, sur les traces du mystérieux Saint Graal. A suivre... 

Musiciens


David Rohl : chant, claviers, guitare, percussions
Wooly Wolstenholme : claviers, chant
Jose Manuel Medina : claviers, percussions, chant
Ashley Mulford : guitare
Troy Donockley : uilleann pipes, whistles, guitare, claviers, percussions, basse
Kim Turner : batterie, percussions, claviers, guitares, bouzouki, mandoline
Craig Fletcher : basse, chant
Mark Atkinson : chant
Barbara Macanas : chant
Briony Macanas : chant

Sergio Garcia Lajo : guitare
Steve Broomhead : guitare
Geoffrey Richardson : alto
Emilio Gutierrez : orgue

Titres


01. Ancestors
02. Eden
03. Nimrod
04. Shemsu-Har
05. Karum Kanes
06. Beautiful Babylon
07. The Sons Of Anak
08. Aten
09. Ozymandias
10. Solomon The Wise
11. Akhiyawa
12. The Wine-Dark Sea
13. Elissa
14. Roots

lundi 2 mai 2016

Narrow Pass - In This World And Beyond (2009)

Narrow Pass In This World And Beyond
Narrow Pass - In This World
And Beyond (2009)
Trois ans après un premier album encourageant, la formation italienne Narrow Pass revient avec le bien meilleur In This World And Beyond, toujours édité chez Musea. 

Alors que sur A Room Of Fairy Queen's Mauro Montobbio était seul aux commandes, Narrow Pass s'est transformé en duo suite à l'intégration en son sein de la chanteuse Valeria Caucino. Simple intervenante sur l'album précédent, celle-ci se trouve bien plus impliquée dans le projet en cosignant (paroles et musique) la majorité des titres et en posant sa voix sur les cinq chansons que compte le disque. 

Les deux morceaux restants, Beyond et Somewhere By The Sea - Timeless, sont des instrumentaux sur lesquels Mauro prouve sa qualité de grand musicien, que ce soit aux claviers ou la la guitare, en digne héritier de ses maîtres Steve Hackett et Andy Latimer de Camel. 

Neuf autres musiciens ont été invités, parmi lesquels le chanteur Alessandro Corvaglia (La Maschera Di Cera), le bassiste Roberto Costa et Edmondo Romano (saxophone, flûte irlandaise), déjà présents sur A Room Of Fairy Queen's. Signalons également la présence d'un violoniste, Vito Dentamaro, et de la claviériste du groupe génois de rock progressif Il Tempio Delle Clessidre, Elisa Montaldo, sur deux titres, In This World And Beyond - Just For You et Somewhere By The Sea - Timeless

Côté musique, Narrow Pass nous entraîne sur les rives d'un progressif symphonique entrecoupé de quelques escapades aux couleurs celtiques (Iona), bucoliques (Anthony Phillips) ou médiévales (Blackmore's Night). Flying From Ireland, mélancolique à souhait, ou Silver Lady, fragile construction aux multiples voix, ne pourront laisser personne indifférent.

Amoureux de Karnataka, Iona ou Mostly Autumn, cet album a été fait pour vous. Jetez-vous dessus, vous ne le regretterez pas. 

Musiciens


Mauro Montalbio : guitares, claviers, percussions
Valeria Caucino : chant, percussions

Alessandro Corvaglia : chant
Roberto Costa : basse
Gabriele Guidi Colombi : basse
Andrea Orlando : batterie
Andrea Beccaro : batterie, percussions
Edmondo Romano : saxophone, low whistle
Sando Marioni : saxophone, flûte
Elisa Montaldo : piano
Vito Dentamaro : violon
Ruth Sullivan : narration
Gerry Colohan : narration

Titres


01. In This World And Beyond - Just For You
02. Beyond
03. Silver Lady
04. Somewhere By The Sea - Timeless
05. Heaven's Crying
06. In Your Eyes
07. Flying From Ireland

dimanche 1 mai 2016

Narrow Pass - A Room Of Fairy Queen's (2006)

Narrow Pass A Room Of Fairy Queen's
Narrow Pass - A Room Of Fairy
Queen's (2006)
A Room Of Fairy Queen's est le premier album du groupe génois Narrow Pass, cousin transalpin de Iona, Mostly Autumn et Karnataka.

Ce projet est celui d'un homme, Mauro Montobbio. Multi-instrumentiste de talent, il joue aussi bien des claviers que de la guitare ou des percussions. Ses sources d'inspiration sont Camel, Genesis, Jethro Tull, Pink Floyd, Marillion et Eris Pluvia.

D'ailleurs, deux des musiciens invités ont participé à Rings Of Earthly Light, petite merveille progressive "camélienne" de ce groupe italien du début des années 90. Il s'agit d'Edmondo Romano, joueur de flûte, saxophone et cornemuse, ainsi que de Valeria Caucino, chanteuse originaire de la ville piémontaise de Biella, passionnée par l'Irlande et la musique celtique. Sa voix cristalline si fragile est la révélation de A Room Of Fairy Queen's, même si elle n’apparaît que sur la chanson titre et Into The Light, un duo avec le charismatique chanteur Alessandro Corvaglia de La Maschera Di Cera. Sa tessiture vocale se situe quelque part entre celles d'Annie Haslam, Loreena McKennitt, Joanne Hogg et Heather Findlay. C'est dire la qualité de son chant.

Cet album réserve d'autres surprises toutes aussi agréables. Sur Earth (Je Cherche La Vie), Monica Terrana lit un poème en français écrit par Valeria, sur une douce musique bucolique de laquelle s'échappe subrepticement une guitare hispanisante. The Lake semble être un titre oublié de Genesis chanté par un Peter Gabriel déchaîné imitant... Phil Collins. Wake Up est un morceau fleuve de dix minutes à nouveau interprété par un Alessandro Corvaglia au sommet de sa forme. Cette fois-ci, la source d'inspiration semble plus proche de Marillion ou d'IQ que de Genesis. Les instrumentaux The Lake/Coming Off My Shadow/Desert ne sont pas non plus dénués d'intérêt. Ils raviront les fans de musiques progressives nostalgiques des anciens Camel. Enfin, l'album se conclut par le splendide duo évoqué plus haut, Into The Light. Il ressemble à s'y méprendre à une suite du fameux Don't Give Up qui mettait en scène deux légendes du rock, Peter Gabriel et Kate Bush.

Sorti en 2006 sur le label français Musea, A Room Of Fairy Queen's marque le début d'une nouvelle aventure musicale aux qualités artistiques indéniables. Après la Grande-Bretagne, l'Italie est certainement une des terres les plus productives en matière de rock progressif. Narrow Pass en est un nouvel exemple. A écouter sans modération, juste pour le plaisir.


Musiciens


Maurro Montobbio : guitares, claviers, basse, percussions

Valeria Caucino : chant
Alessandro Corvaglia : chant
Edmondo Romano : flûte, cornemuse, saxophone
Roberto Costa : basse
Vittorio Mainenti : basse
Alfredo Vandresi : batterie
Saverio Malaspina : batterie
Monica Terrana : narration

Titres 


01. Earth (Je Cherche La Vie)
02. A Room Of Fairy Queen's
03. Lord Of The Headline
04. The Lake
05. Coming Off My Shadow
06. Desert
07. Wake Up
08. Into The Light