Affichage des articles dont le libellé est CHRISTMAS SPIRIT. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est CHRISTMAS SPIRIT. Afficher tous les articles

jeudi 20 avril 2017

Annie Lennox - A Christmas Cornucopia (2010)

Annie Lennox A Christmas Cornucopia
Annie Lennox - A Christmas
Cornucopia (2010)
On ne présente plus Annie Lennox, légendaire chanteuse d'Eurythmics, formation qui a connu son heure de gloire dans les années 80. Depuis, elle a entamé une carrière en solo à succès et elle est devenue une des personnalités les plus respectées de la scène pop. En 2010, elle publie A Christmas Cornucopia, collection de chants de Noël comportant un inédit, Universal Child

Écrite par Annie, cette chanson servira de premier single. Confirmant sa réputation d'artiste généreuse, Annie reversera toutes ses royalties à sa fondation The SING Campaign qui vient en aide aux femmes et enfants victimes du SIDA en Afrique du Sud. Il faut dire que ce pays compte le pourcentage le plus élevé au monde de personnes infectées par ce fléau, soit 12% de la population environ. C'est en 2003 qu'Annie prend conscience de la gravité de la situation, lors d'un concert de charité donné au Cap avec son complice Dave Stewart. Quatre ans plus tard, elle récolte une première série de dons grâce au single Sing réunissant uniquement des chanteuses, de Madonna à Beth Gibbons (Portishead) en passant par Céline Dion, Bonnie Raitt, Shakira ou Pink. Cet argent servira au financement à sa propre ONG The SING Campaign mise en place cette même année. 

D''Afrique, il en est également question sur cet album regroupant des chants de Noël d'origine européenne. Dans sa vision universaliste, Annie Lennox souhaite unir les différentes cultures. C'est pourquoi elle utilise toute une gamme d'instruments du monde entier et a fait appel à The African Children's Choir qui intervient sur la majorité des titres, sans pour autant les dénaturer, bien au contraire. Tout comme les expériences world de Peter Gabriel, cet apport enrichit indéniablement la proposition musicale et donne une dimension supérieure à ces morceaux traditionnels. Ce chœur à la particularité de rassembler des enfants orphelins, victimes de guerre ou de famines, et de leur donner une nouvelle chance. 

Quel plaisir d'entendre Annie reprendre tous ces classiques. Nos oreilles frétillent de plaisir à l'écoute de ses "Gloria... In Excelsis Day O" enjouées de Angels From The Realms Of Glory ou de son délicieux accent anglophone sur Il Est Né Le Divin Enfant. God Rest Ye Merry Gentlemen, In The Bleak Midwinter, Silent Night, tous ces intemporels retrouvent un nouveau souffle grâce à la pureté de son interprétation et aux nouveaux arrangements proposés. Un vrai délice. 

Il est évident qu'Annie a pris beaucoup de plaisir à réaliser cet album. La pochette, certes naïve, n'est pas sans rappeler une certaine Julie Andrews dans La Mélodie Du Bonheur. On y retrouve ce même optimisme et une joie de vivre communicative qui, au final, procurent une sérénité salvatrice.


Musiciens


Annie Lennox : chant, claviers, flûtes, percussions, santour, dulcimer

Mike Stevens : basse, claviers, programmation, oud, guitare, percussions
Mark Stevens : percussions
Barry von Zyl : percussions

The African Children's Choir

Titres


01. Angels From The Realms Of Glory
02. God Rest Ye Merry Gentlemen
03. See Amid The Winter's Snow
04. Il Est Né Le Divin Enfant
05. The First Noel
06. Lullay, Lullay (The Coventry Carol)
07. The Holly And The Ivy
08. In The Bleak Midwinter
09. As Joseph Was Walking (The Cherry Tree Carol)
10. O Little Town Of Bethlehem
11. Silent Night
12. Universal Child

jeudi 9 février 2017

Loreena McKennitt - To Drive The Cold Winter Away (1987)

Loreena McKennitt To Drive The Cold Winter Away
Loreena McKennitt - To Drive
The Cold Winter Away (1987)
To Drive The Cold Winter Away, le deuxième album de Loreena McKennitt sorti en 1987, est intimement lié à ses souvenirs d'enfance.

Dans sa jeunesse, Loreena avait été impressionnée que les chants et cantiques captés dans les églises et autres endroits sacrés conservaient si bien l'atmosphère et les traditions propres à ces lieux. Son souhait était donc de reproduire cette ambiance mystique dans son nouveau disque. C'est pourquoi les enregistrements se sont déroulés sans artifices dans trois lieux spirituels, une vieille bâtisse isolée au milieu de la nature irlandaise, un ancien monastère de ce même pays et une église du XIXe siècle au Canada.

Le répertoire sélectionné est essentiellement composé de chants traditionnels anglais célébrant Noël et la période hivernale. In Praise Of Christmas, datant du XVIIe siècle, autrement connu sous le nom de To Drive The Cold Winter Away, est de ceux-là et a donné son nom à l'album. Simplement accompagnée de Shannon Purves-Smith à la viole, Loreena est seule au chant, à la harpe et à l'accordéon. Sur les autres titres, eux aussi dépouillés à l'extrême, elle joue en plus des instruments déjà cités des percussions et de la flûte irlandaise. Elle interprète même a cappella Let All That Are To Mirthinclined duquel se laisse entendre un lointain son de cloche, et Balulalow, ce qui permet de découvrir au mieux l'acoustique des lieux. Ce dernier titre est un classique écossais remontant à la fin du XVIe siècle. Sting l’interprétera par la suite en 2009 sur If On A Winter's Night... . Encore plus ancien puisque datant du XIIe siècle, The Wexford Carol est un chant religieux irlandais célébrant la Nativité du Christ.

Aux côtés de ces intemporels, Loreena livre trois compositions personnelles. Banquet Hall et The Stockford Carol sont deux instrumentaux joués à la seule harpe. Elle a également signé la musique de Snow aux paroles extraites d'un poème du même nom d'Archibald Lampman, célèbre poète canadien du XIXe siècle qui glorifiait la vie rurale et la beauté de la nature.

Avec To Drive The Cold Winter Away, peut-être le plus méconnu de ses albums, Loreena joue la carte de l'authenticité en démontrant que tout superflu est inutile lorsqu'on souhaite toucher au plus près le divin. 


Musiciens


Loreena McKennitt : chant, harpe, accordéon, flûte irlandaise, percussions

Cedric Smith : chant
Shannon Purves-Smith : viole

Titres


01. In Praise Of Christmas
02. The Seasons
03. The King
04. Banquet Hall
05. Snow
06. Balulalow
07. Let Us The Infant Greet
08. The Wexford Carol
09. The Stockford Carol
10. Let All That Are To Mirthinclined

mardi 20 décembre 2016

Annie Haslam - It Snows In Heaven Too (2000)

Annie Haslam It Snows In Heaven Too
Annie Haslam - It Snows In Heaven
Too (2000)
Merveilleuse Annie Haslam ! Entre un album solo (The Dawn Of Ananda, 1999) et une reformation tant espérée de Renaissance (Tuscany, 2001), elle publie en ce début de millénaire un magnifique disque de chants traditionnels de Noël répondant au doux titre féerique de Its Snow In Heaven Too. L'idée lui est venue tout naturellement, après avoir donné durant cinq années des récitals saisonniers dans son église luthérienne de Tinicum, en Pennsylvanie.

Rave Taser qui accompagne Annie depuis une décennie en est le producteur. On lui doit également les arrangements somptueux parfaitement dans l'esprit de Noël. Il a composé la seule chanson inédite qui a donné son nom à l'album, It Snows In Heaven Too. Et c'est lui qui se trouve derrière les claviers, le piano essentiellement. A côté de ce personnage-clé, interviennent ponctuellement Joe Goldber à la batterie et John Arbo à la basse. Le chant d'Annie est parfois secondée par l'intervention bienvenue de la chorale Ars Musica.

En seize titres, Annie revisite tous les grands classiques du Noël chrétien. O Holy Night, Silent Night, Joy To The World, Ave Maria, The Little Drummer Boy et ses fameux "pa, pa, pa, pa" ou O Come, O Come Immanuel, autant de chants sublimés qui ont traversé les âges. Annie s'essaye même avec habileté  au surprenant The Snowman, comptine popularisée par le combo finlandais de metal symphonique Nightwish sous le titre de Walking In The Air. Mention spéciale aussi à Away In A Manger interprété avec grâce a cappella.  

It Snows In Heaven Too se situe dans la continuité de l'œuvre de Renaissance. La voix sublime d'Annie, l'intensité de son chant, le jeu de piano similaire à celui du génial Jon Tout, le répertoire classique modernisé avec des incursions jazzy, tout rappelle les riches heures de ce groupe de légende.


Musiciens


Annie Haslam : chant

Rave Taser : claviers
Joe Goldberger : batterie
John Arbo : basse

Ars Musica Chorale

Titres


01. O Holy Night
02. Silent Night
03. The Snowman
04. It Snows In Heaven Too
05. It Came Upon A Midnight Clear
06. Joy To The Wordl
07. The Christmas Song
08. Ave Maria
09. We Three Kings
10. The Little Drummer Boy
11. Christmas Time Is Here
12. Away In A Manger
13. O Come, O Come, Immanuel
14. Have Yourself A Merry Little Christmas
15. Hark! The Herald Angel Sing
16. White Christmas

dimanche 18 décembre 2016

Ikos - Christmas Carols & Songs (2002)

Ikos Christmas
Ikos - Christmas Carols & Songs
(2002)
Derrière le projet Ikos ("fenêtre de lumière" en grec), se cache le guitariste David Clifton. Durant sa carrière, il a joué aux côtés d'artistes aussi divers que Tanita Tikaram, Chris de Burgh ou Madness. Il est aussi un des musiciens récurrents de la série des Celtic Expressions Of Worship qui regroupe d'autres musiciens proches de l'univers de Iona parmi lesquels David Fitzgerald, Troy Donockley, Tim Harries ou Terl Bryant. Ce dernier a d'ailleurs été invité à participer aux percussions sur Christmas Carols & Songs en compagnie d'un autre ancien de Iona, le saxophoniste Mike Haughton

Cet album est né de la volonté de David d'adapter des chants de Noël traditionnels à des sonorités plus modernes. Pour cela, il s'est entouré de toute une galerie de musiciens jouant aussi bien d'instruments classiques que contemporains. Il a également fait appel aux chœurs de la cathédrale de Peterborough dont lui-même a fait partie durant son enfance. Outre la guitare, il tient le chant principal. Jane Siberry, chanteuse canadienne qui a connu un certain succès dans les années 80, l'accompagne sur une très belle version de Silent Night, et sur le chant d'origine polonaise Infant Holy, Infant Lowly. For Unto Us A Child Is Born et Rejoice And Be Merry bénéficient de la présence d'une autre choriste, la britannique Lizzie Deane plutôt habituée à un registre soul, funk et blues. 

Album de Noël par excellence, Christmas Carols & Songs est illustré d'une magnifique pochette réalisée par l'artiste Charlie Mackesey, un passionné de musique. Le livret intérieur n'est pas dénué d'intérêt. Chaque chant traditionnel est remis en perspective par une brève présentation historique. A la fois objet culturel et spirituel, ce disque a vocation à enchanter les plus belles veillées hivernales du mois de décembre. 

Musiciens


David Clifton : chant, guitares, mandoline, mandole, percussions
Mark Russell : claviers, programmation
Dudley Phillips : basse, contrebasse
Simon Russell : basse
Steve Creese : batterie, percussions
Terl Bryant : percussions
Jane Siberry : chant
Lizzie Deane : chant
Gregg Miner : harpe irlandaise
Paul Twelftree : bugle
Mike Haughton : saxophone, flûte

Ensemble de cordes

The Choir of Peterborough Cathedral
Christopher Grower : directeur
Oliver Waterer : orgue

Titres


01. O Little Town Of Bethlehem
02. O Come, O Come, Emmanuel
03. Silent Night
04. Infant Holy, Infant Lowly
05. Bethlehem Down
06. The Gloucestershire
07. Away In A Manger
08. For Unto Us A Child Is Born
09. Rejoice And Be Merry
10. Of The Father's Love Begotten
11. How Far Is It To Bethlehem
12. In The Bleak Mid-Winter
13. Lullaby (Suo Gân)
14. The Holy Child

vendredi 23 septembre 2016

Tori Amos - Midwinter Graces (2009)

Tori Amos Midwinter Graces
Tori Amos - Midwinter Graces (2009)
Midwinter Graces est le onzième album studio de Tori Amos. Sorti en 2009, il s'agit également de son premier album de Noël. Sept de ses douze titres sont des chants traditionnels réarrangés, les cinq restants sont des compositions originales. 

Fille de pasteur méthodiste, on aurait pu attendre de Tori un disque de reprises des plus traditionnels. Mais, il n'en est rien. Si ces airs ont baigné son enfance et demeurent toujours dans un recoin de sa tête, Tori Amos est avant tout une artiste à la fibre créatrice. Elle a donc préféré se les réapproprier en les vidant de leur contenu chrétien pour leur donner un nouveau souffle, plus proche de la tradition païenne du solstice d'hiver que du symbolisme de la naissance du Christ. Dans le livret, chaque chanson est classée en fonction des quatre éléments de la spiritualité ancestrale : la Terre, l'Eau, l'Air et le Feu. Dans le même ordre d'idée, elle a volontairement substitué au mot "Christmas" qui apparaît seulement une fois ou deux dans les textes, le terme de "Midwinter" que l'on peut traduire par "mi-hivernal". 

S'il lui a été impossible d'enregistrer Midwinter Graces sans avoir une pensée pour ses vieux parents, Our New Year, le dernier titre, est un hommage vibrant à son frère tragiquement décédé dans un accident de voiture en 2005. Répertoriée dans la catégorie "Air", cette très belle chanson est destinée, plus généralement, à tous ces anges absents, partis trop tôt, que l'on n'oublie pas durant ces jours qui se veulent heureux. 

D'ange, il en est également question dans le livret du disque. Plusieurs fois représenté, le mannequin qui a servi de modèle n'est autre que Casey Dobyns, le propre neveu de Tori. Sa nièce, Kelsey Dobyns, partage avec elle le chant sur Candle: Coventry Carol, chanson classée "Feu". Feu, comme la flamme de la lanterne qui éclaire au loin, au travers la nuit noire et profonde... Et pour conclure cette affaire de famille, Tori a convié sa fille Natashya Hawley, née en 2000, à placer quelques mots maladroits sur le tendre Holly, Ivy And Rose qui est rangé dans le domaine "Terre". 

Mais les titres les plus intéressants sont ceux que l'on retrouve dans la partie "Eau" car ils font ressortir la limpidité de cette voix troublante, caractéristique de Tori : What Child, Nowell, Snow Angel et le divin Emmanuel.  

Atmosphérique, mélancolique, Midwinter Graces marque également un retour aux fondamentaux par la place centrale occupée par le piano dans l'architecture musicale. Comme à l'accoutumée, Tori n'a rien laissé au hasard, et, fidèle à son image, elle livre un album des plus original en comparaison de ce qui se fait dans le même genre. 


Musiciens


Tori Amos : chant, piano, clavecin, claviers

John Philip Shenale : claviers
Jon Evans : basse
Matt Chamberlain : batterie, percussions
Marc Aladdin : guitares
Bruce Burchmore : luth

Kelsey Dobyns : chant
Natashya Hawley : chant

Cuivres
Cordes

Titres


01. What Child, Nowell
02. Star Of Wonder
03. A Silent Night With You
04. Candle: Coventry Carol
05. Holly, Ivy And Rose
06. Harps Of Gold
07. Snow Angel
08. Jeanette, Isabella
09. Pink And Glitter
10. Emmanuel
11. Winter's Carol
12. Our New Year

vendredi 16 septembre 2016

Sarah Brightman - A Winter Symphony (2008)

Sarah Brightman A Winter Symphony
Sarah Brightman - A Winter Symphony
(2008)
Avec A Winter Symphony, Sarah Brightman cède à son tour à la tentation du désormais inévitable album de Noël. Les prestigieux Orchestre philharmonique royal et Orchestre symphonique de Londres se sont associés à elle dans cette mission délicate pour un résultat des plus intéressants. 

La sélection des titres finement opérée se divise en deux sortes, avec d'une part les chants traditionnels sacrés, et, d'autre part, les compositions plus contemporaines. C'est d'ailleurs une constante dans la carrière de la diva de mener ce jeu d'équilibre entre interprétations d'œuvres classiques de très haute tenue et pop songs exigeantes. 

Du côté des incontournables, Sarah offre à son public des versions splendides de Silent Night, In The Bleak Midwinter et Amazing Grace qui mettent à juste titre en valeur son large registre vocal pouvant dépasser les trois octaves. Deux Ave Maria sont également interprétés, l'un en duo avec le ténor Fernando Lima, l'autre, plus célèbre, est celui du compositeur Charles Gounod. 

Si l'interprétation de ces chants de Noël est un sans faute, il faut cependant chercher un petit grain de folie du côté des compositions plus récentes. Arrival, la première plage, est une reprise inattendue des Suédois Abba. A l'origine un instrumental, des paroles évoquant les fêtes hivernales y ont été ajoutées. L'album se termine par un I Believe In Father Christmas surprenant de la formation progressive Emerson, Lake & Palmer. Greg Lake, son auteur, la considérait comme une chanson de protestation contre l'aspect commercial de Noël. Nous étions en 1974... Entre ces deux titres, Sarah a emprunté à Neil Diamond son I've Been This Way Before (album Serenade, 1974) et au groupe de glam rock Wizzard I Wish It Could Be Christmas Again. Accompagnée d'un big band décapant, ce passage est le plus festif du disque. A noter que son compositeur Roy Wood a été marié à Annie Haslam de Renaissance. On lui doit d'avoir produit son premier album solo Annie In Wonderland (1977).  

A Winter Symphony est un album féérique porté par cette voix d'exception qui incarne à la perfection le côté solennel de ce type d'œuvre. Mais, grâce à son ingéniosité, Sarah n'oublie pas d'y apporter un peu de lumière afin de réchauffer le cœur des âmes errantes au fin fond de l'hiver glacial.

Musiciens


Sarah Brightman : chant, claviers, programmation

Carsten Heusmann : claviers, programmation
Pete Murray : piano
Jan-Eric Kohrs : piano
Carsten Heusmann : orgue
Peter Weihe : guitares
Alex Grube : basse
Trevor Barry : basse
Curt Cress : batterie
Kallas : batterie
Ralph Salmins : batterie
Heine Gas : batterie
Roland Peil : percussions
Stephen Henderson : percussions
Gunther Laudahn : chœurs
Fernando Lima : chant

Royal Philharmonic Orchestra
London Symphony Orchestra

Nemo Choir
Capital Voices
Monteverdi Choir
Crouch End Ferstival Chorus

Titres


01. Arrival
02. Colder Than Winter
03. Ave Maria
04. Silent Night
05. In The Bleak Midwinter
06. I've Been This Way Before
07. Jesu, Joy Of Man Desiring
08. Child In A Manger
09. I Wish It Could Be Christmas Everyday
10. Amazing Grace
11. Ave Maria
12. I Believe In Father Christmas

vendredi 4 mars 2016

Moya Brennan - An Irish Christmas (2005)

Moya Brennan An Irish Christmas
Moya Brennan - An Irish Christmas
 (2005)
Trois ans avant And Winter Came... d'Enya, Moya Brennan, sa grande sœur, avait déjà sorti son propre album de Noël, An Irish Christmas (2005). Dans la discographie de la chanteuse irlandaise, ce sixième disque solo se situe entre Two Horizons (2003) et Signature (2006). 

Si Enya a privilégié dans son opus les compositions originales et n'a réalisé que deux reprises de chants traditionnels (O Come, O Come, Emmanuel, Silent Night), il n'en va pas de même chez son aînée. C'est même plutôt l'inverse puisque là, seuls deux titres sont inédits. I Still Believe est une chanson émouvante abordant l'absence des êtres chers au moment des fêtes de Noël. Construite à partir d'un poème, Love Came Down At Christmas est dédiée à la naissance de Jésus.

Dernière curiosité entre les deux disques, ils se terminent à l'identique, par un Silent Night en gaélique, Oíche Chúin. Chacune des versions méritent l'une autant que l'autre à être découverte. Dans celle de Moya, le refrain est repris en chœur par deux anges, Aisling et Paul, ses enfants.

An Irish Christmas est un véritable voyage dans le temps. Dès l'ouverture, Carol Of The Bells nous mène droit au cœur de l'Ukraine, en 1914, date où cette chanson a été composée, inspirée par les chants populaires de ce pays. Une couleur celtique lui est donnée grâce aux uilleann pipes d'Eamonn Galldubh (Clannad, Riverdance, Celtic Woman). Avec The Wexford Carol, retour aux racines irlandaises et au XIIe siècle. Cette fois, c'est la harpe qui est à l'honneur, portée par le chant si mystérieux et envoûtant de Moya. Plus festif, Deck The Halls repose sur une mélodie datant du XVIe siècle. 

En octobre 1962, alors que le monde était au bord d'une nouvelle guerre mondiale lors de la crise des missiles de Cuba, le Français Noël Regney et son épouse, l'Américaine Gloria Shane Baker, écrivent à quatre mains Do You Hear What I Hear?, hymne pour la paix. Cette version de Moya est somptueuse, sans aucun doute une des meilleures de ce titre maintes fois repris. Son chant intense et solennel survole avec limpidité un tambour martial faisant écho au contexte dramatique dans lequel est née cette chanson. 

Bien plus ancienne (XVIe siècle ?), God Rest Ye Merry Gentlemen est un classique revisité dans une version moderne parfaitement adéquate. Aussi curieux que cela puisse paraître, Gabriel's Message qui annonce la naissance du Christ, provient du Pays basque. Après ce moment cérémonieux, la joie éclate sur le bien nommé Joy To The World (XVIIIe siècle) à l'engouement communicatif. In The Bleak Midwinter (XIXe siècle), accompagné de ses précieux whistles, n'est pas sans rappeler ô combien l'hiver peut être froid dehors, mais chaud à l'intérieur. La harpe réapparaît en toute discrétion sur le chant médiéval In Dulci Jubilo popularisé en 1975 par Mike Oldfield.          

Ainsi, ce Noël irlandais se referme sur l'intemporel Silent Night magnifié par un chant céleste quasiment a cappella. Un moment fort comme l'est l'ensemble de cet excellent album. 

Musiciens


Moya Brennan : chant, harpe, claviers

Paul Byrne : batterie, percussions
Fionnán De Barra : guitare, bouzouki, claviers, chant
Cormac De Barra : harpe, chant
Eamon Galldubh : uilleann pipes, whistles, flûte
Yoshinobi Izumi : basse
Sam Jackson : piano, claviers
Sinéad Madden : fiddle, chant
Frances Mitchell : claviers
Máire Breatnach : alto, fiddle
Anthony Drennan : guitares
Úna Ní Chanainn : violoncelle
Tim Jarvis : claviers
Aisling Jarvis : chant
Paul Jarvis : chant

Titres


01. Carol Of The Bells
02. The Wexford Carol
03. Deck The Halls
04. Do You Hear
05. God Rest Ye Merry Gentleman
06. Gabriel's Message
07. Joy To The World
08. I Still Believe
09.On The Bleak Midwinter
10. Love Came Down At Christmas
11. In Dulci Jubilo
12. Oíche Chúin (Silent Night)

jeudi 3 mars 2016

Enya - And Winter Came... (2008)

Enya And Winter Came
Enya - And Winter Came... (2008)
Enya, de son vrai nom Eithne Patricia Ní Bhraonáin, est la sœur de Moya Brennan. Membre de Clannad durant deux ans, elle débute une carrière solo en 1982 et sort un premier album éponyme en 1987. Vingt ans plus tard et plusieurs millions de disques vendus, elle revient en 2008 avec son septième album studio, And Winter Came.... Toujours entourée de son fidèle producteur Nick Ryan et de son épouse Roma qui signe toutes les paroles, ce nouvel opus offre toute une palette de sentiments propres à la période hivernale et aux fêtes de fin d'année, Noël en particulier. 

C'est une version revisitée de Midnight Blue, extrait du single Wild Child (2001) qui ouvre avec distinction And Winter Came... dont elle a donné le nom. La lente chute des flocons sur un manteau de neige immaculé au crépuscule est délicatement dépeinte par le jeu céleste d'un piano harmonieux. A sa suite, Journey Of The Angels provoque une sensation de liberté, de plénitude absolue. Lisa Gerrard n'est pas loin dans ce voyage divin avec les anges. Avec White In The Winter Night et son rythme soutenu, finit de rêvasser. Ce titre qui a tout pour devenir un futur classique repris en chœurs lors des longues et froides veillées de Noël, sera choisit comme second single. Retour au sacré grâce à l'interprétation toute mystique de O Come, O Come, Emmanuel. Trains And Winter Rains, sous ses faux airs de vieux tube d'Eurythmics, sera destiné à devenir le premier single de l'album. 

Les titres suivants évoquent tour à tour la rêverie (Dreams Are More Precious), la tristesse (Last Time By Moonlight), la nostalgie enfantine (One Toy Soldier) ou encore la déception amoureuse (Stars And Midnight Blue). Bien différent, The Spirit Of Christmas Past qui n'est pas sans rappeler à tout fan de Mostly Autumn leur Spirits Of Christmas Past sorti trois ans plus tôt, suscite l'espoir pour des lendemains meilleurs. My! My! Time Flies! est un hommage rendu au célèbre guitariste irlandais Jimmy Faulkner décédé en mars 2008 des suites d'un cancer. Pour la première fois depuis I Want Tomorrow en 1986, on peut entendre une guitare électrique sur un titre d'Enya. Ce solo ensorcelant est savamment exécuté par Pat Farrell, musiciens dublinois rencontré à l'époque de Clannad.

Enfin, avec Silent Night ou, plus exactement, sa version en gaélique Oíche Chiúin, Noël est là ! Alléluia !  

Musiciens


Enya : chant, instruments

Pat Farrell : guitare

Titres


01. And Winter Came...
02. Journey Of The Angels
03. White Is In The Winter Night
04. O Come, O Come, Emmanuel
05. Trains And Winter Rains
06. Dreams Are More Precious
07. Last Time By Moonlight
08. One Toy Soldier
09. Stars And Midnight Blue
10. The Spirit Of Christmas Past
11. My! My! Time Flies!
12. Oíche Chiúin 

dimanche 28 février 2016

Eimear Quinn - O Holy Night (2007)

Eimear Quinn O Holy Night The Voice
Eimear Quinn - O Holy Night (2007)
Irlandaise née à Dublin, Eimear Quinn est internationalement connue pour avoir remporté le concours de l'Eurovision en 1996, avec The Voice, véritable hymne celtique. Suite à sa victoire, elle a continué sa carrière de chanteuse et travaillé avec quelques grands noms. 

En 1998, elle enregistre Creid composée par Yasunori Mitsuda pour la bande-son du jeu vidéo Xenogears. Elle renouvelle cette expérience originale en 2002, cette fois-ci aux côtés de Joanne Hogg de Iona, pour le nouveau jeu Xenosaga

L'année précédente, elle avait publié Through The Lens Of A Tear, concept-album basé sur l'histoire de Tristan et Iseult. Pól Brennan, alors ancien membre de Clannad et frère de Moya Brennan, a coécrit et produit ce disque. John Giblin (Simple Minds, Kate Bush) et David Rhodes (Peter Gabriel) y jouent respectivement de la basse et de la guitare.

En 2003, elle participe à Un Galicien en Bretagne de Carlos Nuñez. Ce musicien espagnol de Galicie aime réunir sur ses disques une multitude d'artistes en provenance des mondes celtes. 

Les années suivantes, elle donne une série de concerts dans des cathédrales irlandaises. Cette tournée l'inspire et l'amène à réaliser O Holy Night, album de chants de Noël disponible en 2007. D'une durée approximative de quarante minutes, il se compose de douze hymnes et d'un titre bonus, Carol 1949. Cette chanson a été mise en musique par Eimear à partir d'un texte de l'un des poètes irlandais les plus important du XXe siècle, Patrick  Kavanagh. 

Elle a également composée seule le nostalgique Winter Apples, In Paradisium qui, sans être directement lié à Noël, glorifie l'entrée des âmes au Paradis, et The Season Has Come brillamment inspiré par le Hamlet de Shakespeare.

Les autres titres sont des chants traditionnels revisités avec ingéniosité. Si la simplicité des arrangements prime, une certaine profondeur appuyée par le quatuor à cordes Mamisa String Quartet se dégage de l'ensemble. Au-dessus de cette musique épurée, règne sans partage la voix angélique quasi-irréelle d'Eimear. 

Ainsi, elle fait vibrer les âmes sur Hodie Christus Natus, chant religieux du Moyen Âge interprété a cappella. Elle convoque les anges dans sa splendide version orientalisante de O Come O Come Emmanuel. La magie de Noël opère mystérieusement sur son Silent Night chanté à la fois en anglais et en allemand, langue originale du texte écrit par le compositeur et prêtre autrichien Joseph Mohr. Une lumière mystique illumine l'ancestrale berceuse irlandaise Codail A Linbh en hommage à l'enfant Jésus. In The Bleak Midwinter, sous sa forme dépouillée voix/glockenspiel, est une petite merveille dont il serait dommage de passer à côté. 

Touché par la grâce, O Holy Night est un album tendre, émouvant et très bien réalisé. Eimear n'hésite pas à sortir des sentiers battus pour emprunter des voies originales qui glorifient chacune de ses réadaptations. Ce sont dans ces moments-là où toute l'influence bénéfique de ses deux modèles que sont Kate Bush et Björk apparaît au grand jour.



Musiciens


Eimear Quinn : chant, piano, claviers, glockenspiel

Martin Quinn : guitares, basse, percussions, claviers
Dick Glasgow : hammered dulcimer
Simon Fagan : bugle
Gavin Ralston : guitare
Aoife Miskelly : violoncelle, violon, chœurs
Andrew Quinn : percussions

Mamisa String Quartet
Maria Mason : violon
Siúbhán Ní Ghríofa : violon
Marie-Louise Bowe : alto
Michelle Mason : violoncelle

Titres


01. Winter Apples
02. O Holy Night
03. In Paradisium
04. Silent Night
05. O Emmanuel
06. O Come O Come Emmanuel
07. In The Bleak Midwinter
08. Codail A Linbh
09. The Season Has Come
10. Coventry Carol
11. Hodie Christus Natus Est
12. O Little Town Of Bethlehem
13. Carol 1942 (bonus track)  

samedi 5 décembre 2015

Loreena McKennitt - A Midwinter Night's Dream (2008)

Loreena McKennitt A Midwinter Night's Dream
Loreena McKennitt -
A Midwinter Night's Dream (2008)
A Mindwinter Night's Dream est un album hybride constitué d'une part des cinq titres de A Winter Garden sorti en 1995, et d'autre part, de huit autre morceaux évoquant eux aussi l'esprit de Noël et les fêtes traditionnelles avec leurs chants si particuliers.

Il faut bien avouer que ce type de répertoire sied à merveille à l'univers musical de Loreena McKennitt. L'écho des lointains troubadours du Moyen Âge se laisse aisément entendre sur Noël Nouvelet !, classique du XVIe siècle que Loreena interprète en vieux français. Avec Good King Wenceslas, ceux sont ses anciens compagnons celtes qui resurgissent du fond des siècles. A leurs côtés, le célèbre barde breton Dan Ar Braz est venu prêter main forte à la guitare acoustique. La bonne humeur des pubs irlandais se retrouve dans Gloucestershire Wassail repris en chœur a cappella.

Les influences orientales ne sont pas non plus abandonnées, notamment sur God Rest Ye Merry, Gentlemen que l'on croirait tout droit sorti de son précédent album, An Ancient Muse. Grâce à la magnifique adaptation de In The Bleak Midwinter (harpe, guitare acoustique, violon, violoncelle), Loreena rappelle à ses auditeurs combien Gustav Holst était un grand compositeur. Mais le summum est atteint avec l'interprétation toute spirituelle, pour ne pas dire religieuse, d'Emmanuel. Joanne Hogg, Sarah Lacy et Marlou van Essen se sont déjà aventurées dans la reprise de cette hymne chrétien, chacune ayant apporté son particularisme et ses émotions.  

Outre cet esprit champêtre si bien illustré par la pochette conçue par John Nobrega, A Mindwinter Night's Dream est également le symbole de l'amitié et de la fidélité. En effet, quand on regarde de plus près le crédit des musiciens, on constate que nombre de ceux qui accompagnaient déjà Loreena en 1995, sont toujours présents à ses côtés treize ans plus tard. Parmi eux, nous pouvons citer le guitariste Brian Hughes, le percussionniste Rick Lazar, le violoniste Hugh Marsh et la violoncelliste Caroline Lavelle. C'est d'ailleurs à partir de A Winter Garden que cette dernière a débuté sa collaboration avec Loreena. Cette musicienne britannique qui a trois albums solos à son actif (Spirit - 1995, Brilliant Midnight - 2001, A Distant Bell - 2004) a joué, entre autres, avec Hector Zazou, Vangelis, Peter Gabriel, Mary Black, Tarja, Massive Attack, Radiohead ou Muse.

Idéal pour les fêtes de fin d'année, A Mindwinter Night's Dream n'est sans doute pas un album majeur dans la discographie de la chanteuse canadienne, mais il n'en demeure pas moins un disque attachant porteur d'une grande sérénité. 

Loreena McKennitt A Winter Garden
Loreena McKennitt -
A Winter Garden (1995)

Musiciens


Loreena McKennitt : chant, harpe, claviers, piano, accordéon

Abdelli : chant, mandole
Waiel Abo Baker Ali : violon
Bob Berry : chant
Gill Berry : chant
Dan Ar Braz : guitare acoustique
Aidan Brennan : guitare acoustique
Bernard Coulter : chant
Simon Edwards : basse, marimbula, sintir
Ben Grossman : vièle, percussions
Brian Hughes : guitares, bouzouki
George Koller : basse
Caroline Lavelle : violoncelle
Rick Lazar : percussions
Hugh Marsh : violon
Stratis Psaradellis : lyre grecque, luth grec
Donald Quan : tabla, alto, accordéon
Hossam Ramzy : percussions
Ellen Robotham : chant
Philippa Toulson : chant
Eddie Upton : chant
Robert A. White : bombarde, uilleann pipes, whistle

Titres


01. The Holly & The Ivy
02. Un Flambeau, Jeannette, Isabelle
03. The Seven Rejoices Of Mary
04. Noël Nouvelet !
05. Good King Wenceslas
06. Coventry Carol
07. God Rest Ye Merry, Gentlemen
08. Snow
09. Breton Carol
10. Seeds Of Love
11. Gloucestershire Wassail
12. Emmanuel
13. In The Bleak Midwinter

dimanche 25 octobre 2015

Tarja - Henkäys Ikuisuudesta (2006)

Tarja Henkäys Ikuisuudesta
Tarja - Henkäys Ikuisuudesta (2006)
Dans la grande tradition des albums de Noël (Eden's Bridge, Frank & Marlou van Essen, Mostly Autumn, Celtic Expressions Of Christmas), Tarja, un an à peine après son éviction de Nightwish, offre le sien à son public finlandais. 

En effet, Henkäys Ikuisuudesta ("Un souffle d'éternité") était, dans un premier temps, réservé au marché finlandais, d'où son titre en finnois. Certes, les fans de Nightwish ont dû être déroutés. Pas de gros riffs de guitare ici, ni d'envolées symphoniques, juste une musique ouatée débordant de générosité, en symbiose avec l'esprit magique de Noël. Seule Walking In The Air, comptine extraite du dessin animé pour enfants The Snowman, relie la diva à son ancien groupe. Cette chanson clôturait leur album Oceanborn (1998) et avait été interprétée sur le live From Wishes To Eternity (2001).

Aux côtés des chants traditionnels finlandais, sont parsemés des "classiques" comme Happy New Year d'Abba, Happy Christmas (War Is Over) de John Lennon, Ave Maria de Franz Schubert, ou encore Magnificat: Quia Respexit de Bach et Jouluyö, Juhlayö qui n'est autre que l'éternel Silent Night / Douce Nuit, Sainte Nuit. Seul le titre d'ouverture, la somptueuse ballade Kuin Henkäys Ikuisuutta, est une composition originale coécrite par Tarja elle-même.

Tarja avait depuis longtemps en tête ce projet. Son départ de Nightwish lui a donné l'opportunité de le mener à terme. Toutefois, étant donnée sa thématique particulière, Henkäys Ikuisuudesta ne peut être considéré comme son premier album solo, au contraire de My Winter Storm qui paraîtra l'année suivante. Il s'agit plutôt d'une parenthèse dans la carrière de la chanteuse, comme il y en aura de nombreuses autres. Tarja est bel et bien une artiste polymorphe, mystérieuse, dévoilant années après années les différentes facettes de son incommensurable talent. 

Musiciens


Tarja : chant

Esa Nieminen : piano, claviers
Sonja Fräki : piano
Kalevi Kiviniemi : orgue
Juha Lanu : guitares
Jetro Vainio : guitares, programmation
Ako Kiiski : basse
Sami Kuoppamäki : batterie, percussions
Heikki Hämäläinen : violon
Seppo Rautasuo : violon
Mauri Pietikäinen : alto
Outi Iljin : alto
Veli-Matti Iljin : violoncelle
Heikki Pohto : flûte, saxophone
Emilia Kauppinen : flûte
Johanna Aho : chœurs

Tapiola Choir

Titres


01. Kuin Henkäys Ikuisuutta
02. You Would Have Loved This
03. Happy New Year
04. En Etsi Valtaa, Loistoa
05. Happy Christmas (War Is Over)
06. Varpunen Jouluaamuna
07. Ave Maria
08. The Eyes Of A Child
09. Mökit Nukkuu Lumiset
10. Jo Joutuu Ilta
11. Marian Poika
12. Magnificat: Quia Respexit
13. Walking In The Air
14. Jouluyö, Juhlayö  

samedi 29 août 2015

Kildare - Celtic Carols (2007)

Kildare - Celtic Carols
Kildare - Celtic Carols (2007)
Kildare qui signifie "Église des chênes" en gaélique, est une ville irlandaise et un comté du même nom. C'est également un groupe dont plusieurs membres ont joué avec Iona. En 2007, est publié Celtic Carols, disque à la fois clair et obscur. 

Du côté de la lumière d'abord. L'esprit de Noël, synonyme de paix, est bien présent dans chacun des morceaux, qu'ils soient traditionnels tel que God Rest Ye Merry, Gentlemen et Sussex Carol / In Dulci Jubilo, ou qu'ils soient contemporains comme Immanuel composé par Stuart Townend ou A Star In The East de Nick Fletcher.

Les musiciens sont, quant à eux, exceptionnels. Terl Bryant, Tim Harries et David Fitzgerald au subtil jeu de flûte atmosphérique si identifiable sur A Sportless Rose, ont fait partie de Iona dans les années passées, alors que Troy Donockley est encore membre à part entière du groupe de Dave Bainbridge. Également ami de ce dernier, Nick Fletcher, à qui l'on doit les envolées "hackettiennes" de guitare électrique sur le très progressif  Let All Mortal Keep Silence, Tim Oliver, Dave Clifton et Chris Haigh ne déméritent pas à leurs côtés. Dernière précision, la présence exceptionnelle de Joanne Hogg qui pose sa voix angélique sur O Come, O Come, Emmanuel interprété divinement à la guitare classique par Nick Fletcher. 

Côté obscur maintenant. Il n'y a aucun inédit sur ce disque puisque tous les titres sont extraits de la série des Celtic Expressions Of Worship. Pour être encore plus exact, Let All Mortal Keep Silence et O Come And Join The Dance proviennent du volume 2, O Come, O Come, Emmanuel du volume 3 et tous les autres du volume 5, Celtic Expressions Of Christmas. D'ailleurs, les deux albums comportent une pochette quasi-identique. 

En réalité, "Kildare" est une structure vide qui n'existe pas en tant que groupe. C'est une entité crée de toute pièce par la maison de disque américaine Conventry Music qui a simplement racheté les droits d'exploitation des Celtic Expressions Of Worship au label britannique Kingsway et édité des compilation sous cette appellation. Aucun des musiciens cités ci-dessus n'a touché la moindre royalties sur les ventes de ce disque qui se trouve n'être qu'une banale opération commerciale. 

Au final, d'un point strictement musical, nous avons là un album de musique celtique des plus agréables  à écouter grâce à une interprétation minutieuse, exécutée par des musiciens de qualité dont le talent n'est plus à démontrer. Pour le reste, business is business...

Musiciens


Terl Bryant : batterie, percussions
Dave Clifton : mandoline, mandole, guitare
Nick Fletcher : guitares
Dave Fitzgerald : flûte, piccolo, saxophone, tin whistles
Troy Donockley : uilleann pipes, whistles
Chris Haigh : fiddle
Tim Harries : contrebasse, basse
Tim Oliver : claviers, piano

Joanne Hogg : chant
Zara Elin Bauman : harpe celtique
Fiona Davison : harpe celtique

Titres


01. God Rest Ye Merry, Gentlemen
02. O Come, O Come, Emmanuel
03. It Came Upon The Midnight Clear
04. In The Bleak Midwinter
05. Sussex Carol / In Dulci Jubilo
06. Come All Ye Worthy Christians
07. Immanuel
08. Let All Mortal Flesh Keep Silence
09. A Spotless Rose
10. Behold, The King Of Kings
11. O Come And Join The Dance
12. A Star In The East (Three Men Travelling)

dimanche 10 mai 2015

Mostly Autumn - Spirits Of Christmas Past (2005)

Mostly Autumn - Spirits Of Christmas Past (2005)
Mostly Autumn - Spirits Of
Christmas Past (2005)
L'album de Noël est une tradition bien ancrée dans les pays anglo-saxons. Chaque artiste se doit d'en réaliser un dans sa carrière. Mostly Autumn ne déroge pas à la règle avec cet EP de 2005 comprenant cinq titres d'une durée totale de 25 minutes. 

Le morceau titre, Spirits Of Christmas Past, est une composition de Bryan Josh. Très punchy, il s'inscrit dans la continuité du dernier album en date, Storms Over Still Water, avec, en plus, cette touche festive propre à Noël. 

Au contraire, Winter Is King, écrit et chanté par Heather Findlay, est un véritable retour aux sources folk du groupe yorkais. La flûte d'Angela Gordon et les instruments acoustiques (guitares, percussions) dominent cette chanson que l'on imagine, sans difficulté, jouée autour d'un bon feu de cheminée lors d'une joyeuse veillée de Noël sous la neige. 

Le titre suivant, Merry Christmas Everybody, est une reprise d'un célèbre hit des années 70 du groupe de glam rock britannique Slade. A notre grande surprise, le chant est tenu par un Liam Davison plein d'énergie. Son timbre de voix diffère peu de celui de Bryan, mais l'occasion est si rare de l'entendre que notre plaisir s'en trouve décuplé.

Fairytale Of New York a été écrite par Jem Finer et Shane MacGowan pour l'album If I Sould Fall From Grace With God des Pogues publié en 1987. Leur esprit plane sur cette version à tel point que le chant de Bryan se confond de manière inattendue avec celui de MacGowan. 

Enfin, l'inévitable Silent Night, chant de Noël populaire composé par deux Autrichiens au début du XIXe siècle qui étaient bien loin d'imaginer son succès planétaire et qu'il serait, deux siècles plus tard, en 2011, déclarée patrimoine culturel immatériel par l'UNESCO. La version proposée par Mostly Autumn symbolise à la perfection la magie de Noël grâce aux chants mêlés majestueux d'Heather Findlay et d'Olivia Sparnenn dont c'est la première apparition sur un disque du groupe. Malheureusement, sa durée est trop courte, moins de 3 minutes, mais c'est pour laisser la place à une dernière surprise finale...

Avec cet EP, Mostly Autumn montre une nouvelle fois qu'il sait faire preuve d’éclectisme en proposant deux chansons originales dévoilant chacune une facette du groupe, rock et folk, et trois reprises aux influences très diverses qui vont du traditionnel au punk celte en passant par le glam rock. 

Musiciens


Bryan Josh : chant, guitares, basse, piano
Heather Findlay : chant, guitare acoustique, percussions
Iain Jennings : claviers
Angela Gordon : flûtes, chœurs
Liam Davison : chant
Andy Smith : basse
Andrew Jennings : batterie

Troy Donockley : bouzouki, flûtes
Chris Johnson : guitare acoustique, sound effects, chœurs
Olivia Sparnenn : chœurs

Titres


01. Spirits Of Christmas Past
02. Winter Is King
03. Merrry Christmas Everybody
04. Fairytale Of New York
05. Silent Night

mercredi 31 décembre 2014

Frank & Marlou van Essen - Immanuël (2002)

Frank & Marlou van Essen - Immanuël (2002)
Frank & Marlou van Essen -
Immanuël (2002)
Frank van Essen a failli devenir le premier batteur de Iona suite à sa rencontre avec Dave Bainbridge en 1989. Mais, très vite, il est apparu que ce serait compliqué sur le plan logistique d'avoir un batteur vivant aux Pays-Bas pour un groupe basé en Grand-Bretagne. Toutefois, l'amitié née entre les deux hommes à cette époque est restée. Frank sera d'ailleurs invité à participer aux trois premiers albums du groupe (Iona, The Book Of Kells, Beyond These Shores) soit en tant que percussionniste, soit en tant que violoniste. Car, en effet, ce fils de musiciens professionnels à la rare particularité de manier aussi bien les baguettes que l'archer. Plus jeune, ne sachant pas encore lire les partitions, il a développé son propre style au violon, juste en écoutant son instinct et en aiguisant son ouïe. En 1998, suite au départ de Terl Bryant, il intègre définitivement Iona. En moins d'une décennie, le monde et le groupe ont bien changé et la distance pose désormais moins de problèmes.

En 2001, avec son épouse Marlou, choriste sur les chansons Lindisfarne, Dancing On The Wall et Revelation de l'album live Woven Cord, ils enregistrent un disque de chants de Noël en néerlandais. Immanuël parait l'année suivante, en 2002, et comporte quinze morceaux traditionnels chantés en duo par le couple. Dave Bainbridge et Troy Donockley ont été invités à venir jouer respectivement de la guitare et du bouzouki, et des whistles. L'ambiance générale est très folk avec une pointe prononcée de sacré et des accents médiévaux, voire celtiques. Le violon de Frank domine largement l'ensemble et c'est un réel plaisir de découvrir au grand jour ses talents de musiciens (et de chanteur).

Immanuël est avant tout placé sous le signe de la nostalgie. Dans le livret de présentation, Marlou se remémore ces chants qui ont baigné son enfance et ne souhaite pas les voir disparaître dans les méandres de la mémoire. D'où cette volonté de graver sur disque ceux qui demeurent encore, qui ne se sont pas dissipés avec le temps, et de rendre un hommage vibrant à sa grand-mère et à sa mère qui les interprétaient selon la tradition. Parmi ceux-ci, le classique O  Kom, O Kom Immanuël qui a donné son titre à l'album. Ce célèbre hymne est également présent dans d'autres versions sur les albums Columcille de David Fitzgerald, Celtic Chrismas d'Eden's Bridge et Celtic Expressions Of Worship vol. 3 avec Joanne Hogg au chant.

L'originalité de ce disque provient essentiellement de son interprétation en langue néerlandaise. C'est rare d'entendre des chansons dans cette langue et il faut se laisser un petit temps d'adaptation pour s'habituer à ce nouvel idiome. Quelle agréable surprise ensuite de fredonner à tue-tête 't Is Geboren, Het Godd'lijk Kind qui n'est autre que notre éternel Il Est Né Le Divin Enfant et de découvrir une nouvelle culture. 

Musiciens


Marlou van Essen : chant
Frank van Essen : chant, piano, claviers, percussions, violon, programmation

Dave Bainbridge : guitare, bouzouki
Troy Donockley : low whistles, tin whistles
Naomi Neger : chant
Artur Trajko : violoncelle

Titres


01. De Herderjes Lagen Bij Nachte
02. Maria Die Zoude Naar Bethlehem Gaan
03. O Kom, O Kom Immanuël
04. Het Was Een Maget Uutvercoren
05. Er Is Een Kindeke Geboren Op Aard
06. Midden In De Winternacht
07. Nu Zijt Wellekome
08. Uit Hogen Hemel Daalt Gij Neer
09. O Kerstnacht Schoner Dan De Dagen
10. 't Is Geboren Het Godd'lijk Kind
11. O Kindeke Klein
12. Er Is Een Roos Ontloken
13. Hoe Leidt Dit Kindeke
14. Ik Kniel Aan Uwe Kribbe Neer
15. O, Hoe Heerlijk

dimanche 16 novembre 2014

Celtic Expressions Of Christmas - Immanuel (2000)

Celtic Expressions Of Worship vol.5 - Immanuel (2000)
Celtic Expressions Of Christmas -
Immanuel (2000)
Enregistré au printemps 2000 et publié pour les fêtes de fin d'année, Celtic Expressions Of Christmas et le cinquième volet de la série des Celtic Expressions Of Worship (liens : vol. 1, vol. 2vol. 3 et vol. 4). Notre équipe, toujours composée de Terl Bryant, Dave Clifton, Troy Donockley, Dave Fitzgerald, Nick Fletcher, Chris Haigh, Tim Harries et Tim Oliver, nous offre comme cadeau de ce Noël du nouveau millénaire deux magnifiques chansons interprétées par Joanne Hogg, chanteuse du groupe britannique Iona. 

Now We Have Been Though The Hervest (Saviour's Day) ouvre l'album. Composée par Chris Eaton, ce morceau restitue parfaitement l'atmosphère enchanté et sacré de Noël. Le chant de Joanne, soutenu notamment par les flûtes de Troy, le violon de Chris et la mandoline de Dave Clifton, est, comme à l'accoutumée, féerique. Sur I Wonder As I Wonder, Joanne Hogg est simplement accompagnée au grand piano Bosendorfer par Tim Oliver. Là encore, nous avons droit à une interprétation des plus émouvantes de cette chanson traditionnelle de laquelle jaillit une lueur d'espoir propre à la magie de Noël. Il faut ensuite attendre Behold The King Of Kings pour percevoir à nouveau le chœur céleste de notre diva qui plane sur la dernière minute de ce dynamique instrumental. 

Les titres ont été arrangés soit par Tim Oliver, soit par Nick Fletcher. Ceux de Tim sont beaucoup plus atmosphériques dans leur ensemble, alors que ceux de Nick sont plus vifs, plus électriques comme sur Come All Ye Worthy Christians ou Behold The King Of Kings aux splendides soli de guitares digne d'un Steve Hackett au meilleur de sa forme. 

Cet album de musique celtique authentique remplit donc parfaitement sa mission en nous apportant la chaleur nécessaire pour affronter l'hiver rigoureux à venir et réchauffer nos âmes en cette veille de Noël.

Musiciens


Terl Bryant : batterie, percussions
Dave Clifton : mandoline, mandole, guitare
Troy Donockley : uilleann pipes, low whistles, tin whistles
Dave Fitzgerald : flûte, piccolo, saxophone, tin whistles
Nick Fletcher : guitares
Chris Haigh : fiddle
Tim Harries : basse, contrebasse
Tim Oliver : claviers, piano

Joanne Hogg : chant
Zara Elin Bauman : harpe celtique

Titres


01. Now We Have Been Through The Harvest (Saviour's Day)
02. It Came Upon A Midnight Clear
03. God Rest Ye Merry Gentlemen
04. In The Bleak Midwinter
05. On Christmas Night (Sussex Carol/Indulci Jubilo)
06. I Wonder As I Wander
07. Come All Ye Worthy Christians
08. Three Men Travelling (A Star In The East)
09. I Cannot Tell
10. A Spotless Rose
11. Behold The King Of Kings
12. From The Squalor Of A Borrowed Stable (Immanuel)

mercredi 8 octobre 2014

Eden's Bridge - Celtic Christmas (1998)

Eden's Bridge - Celtic Christmas (1998)
Eden's Bridge - Celtic Christmas
(1998)
Eden's Bridge est très productif. En l'espace de deux ans, le groupe a sorti quatre albums. Après Celtic Worship, Celtic Psalms et Celtic Praise, le petit dernier s'intitule Celtic Christmas. Et pourtant, il a faillit ne jamais voir le jour car, lorsque la maison de disque a suggéré de faire un album de reprises de chansons de Noël, la réponse unanime a tout d'abord été non. Puis, suite à un compromis, Eden's Bridge a pu mêler quelques compositions personnelles aux chansons traditionnelles.

Le résultat final est bien au-delà de nos attentes, mais ce n'est pas vraiment une surprise puisque l'atmosphère de Noël sied parfaitement à l'univers du groupe. Il suffit d'écouter l'interprétation majestueuse du célèbre et intemporel Silent Night pour s'en laisser définitivement convaincre si le moindre doute subsistait encore. Impossible de ne pas succomber au chant si pénétrant de Sarah Lacy. D'ailleurs, celui-ci est dual sur ce disque. Il peut être très expressif et vivant sur certaines chansons comme Christmas Is With Us Again ou Sussex Carol et se rapprocher de celui de Joanne Hogg. Puis, sur d'autres comme Magnificat ou Unto Us / Triptych, il est beaucoup plus aérien, diffus et ressemble alors à celui de Moya Brennan. 

Épuisé durant plusieurs années, cet album, tel le phénix, renaît de ses cendres en 2009 (puis en 2013) avec une nouvelle pochette et sous un nouveau titre : Irish Christmas - 12 Celtic Carols & Songs. Première curiosité de cette réédition, le nom du groupe n'apparaît pas sur la couverture du livret. Il est seulement mentionné à l'intérieur de ce dernier ou sur la tranche du boîtier... Deuxième curiosité, malgré le nouveau titre choisi, aucun des membres du groupe n'est Irlandais... Enfin, troisième et dernière curiosité, ce même groupe n'a pas été informé par la maison de disque de cette nouvelle parution et l'a découverte par hasard sur internet... Qui a dit que le monde de la musique était impitoyable ? 

Eden's Bridge - Irish Christmas (2009)
Eden's Bridge - Irish Christmas (2009)

Eden's Bridge - Irish Christmas (2013)
Eden's Bridge - Irish Christmas (2013)

Musiciens


Sarah Lacy : chant, piano
David Bird : guitares, cistre, basse fretless , chœurs
Richard Lacy : piano, claviers, orgue Hammond, low whistle, percussions, chœurs
Jon Large : basse, chœurs
Terl Bryant : batterie, percussions

Mick Doonan : uilleann pipes
Pauline Cato : Northumbrian pipes
Darren Marchant : Church Bell
Simeon Wood : quena psalm drummers

Psalm Drummers on O Come, O Come, Emmanuel : Bob Paylor, Dave Appleby, Jonathan Cook, Dee Cook, Jason Cook, Andrew Street, Luke Southerton, Wayne Rapar, Geoff Boston, Andrew Boston, Terl Bryant

Titres


01. O Come, O Come, Emmanuel
02. Christmas Is With Us Again
03. Magnificat
04. Breath Of Heaven (Mary's Song)
05. Silent Night
06. Medley: O Little Town Of Bethlehem, It Will Be Well, O Come Let Us Adore Him
07. Sussex Carol
08. Coventry Carol
09. Unto Us / Triptych
10. Crying For The World
11. How Brightly Shown The Moon
12. O Come, O Come, Emmanuel (Reprise)