Affichage des articles dont le libellé est IONA. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est IONA. Afficher tous les articles

samedi 17 juin 2017

Iona - Another Realm (2011)

Iona Another Realm
Iona - Another Realm (2011)
Suite au message de Dave Bainbridge en date du 11 décembre 2016 annonçant la fin de Iona, il semble désormais acquis qu'Another Realm soit le dernier album de cette formation de rock progressif et celtique unique en son genre.

Paru en 2011, Another Realm est le seul album studio de Iona sur lequel n'apparaît pas Troy Donockley, que ce soit en tant que membre à part entière ou en simple invité. Parti rejoindre Nightwish, il a cédé sa place à Martin Nolan joueur de uilleann pipes et de whistles. Avant d'intégrer sa nouvelle famille, Martin a publié sous son nom deux albums de musique folklorique irlandaise, Travel'n Style puis Bright Silver Dark Wood. Son recrutement s'est effectué sur recommandation du mari de Moya Brennan. Séduit par ses talents de musicien et son ouverture d'esprit, Dave lui a grandement ouvert les portes.

Another Realm a la particularité d'être le premier double album de Iona. Si ce n'était pas prévu au départ, l'idée s'est imposée d'elle-même au regard de la qualité du matériel accumulé durant les sessions d'enregistrement. Comme souvent chez Iona, les nouveaux morceaux sont nés de séances d'improvisations en studio. Il en est ainsi de The Fearless Ones, Ruach, instrumental sur lequel brille le violon de Frank van Essen, ou du majestueux épique An Atmosphere Of Miracles s'étendant sur une quinzaine de minutes.  

Jamais le chant de Joanne Hogg n'a été aussi envoûtant. Désormais épanouie et s'assumant pleinement, elle habite intensément chacune des chansons, à l'image de The Ancient Wells à l'interprétation sans faille. Elle en cosigne dix et en signe seule trois : Clouds aux accents progressifs, Foreign Soil, plus folk, et Saviour qui semble extraite de son album solo Personal. Davantage impliquée, c'est à elle que l'on doit ce ton religieux plus direct par rapport aux précédentes productions. Si Iona n'a jamais caché puiser son inspiration au cœur des racines celtiques du monde chrétien, saint Colomban en particulier (As It Was, As It Shall Be), le spirituel s'impose davantage sur Another Realm, que ce soit à travers les textes synonymes de prières adressées à Dieu, ou sur la pochette, avec ce cavalier et cette épée levée, symbole de l'Esprit saint. Pour l'anecdote, ce cavalier n'est autre que Joanne elle-même. Les photos de la couverture et du livret ont été prises près de chez elle, sur la côte nord-irlandaise.

La production soignée, maîtrisée d'un bout à l'autre par Dave Bainbridge, offre de belles envolées instrumentales. La guitare se fait flamboyante sur le final de Clouds tandis que les claviers deviennent symphoniques sur le second épique d'une beauté à pleurer, White Horse. Les instruments traditionnels ont également leur place au sein de cette musique contemporaine d'exception : bouzouki (Speak To Me), cornemuse (As It Shall Be), violon (Ruach), flûte (Foreign Soil) et chophar, trompe au son ethnique construite à partir d'une corne de bélier, joué ici par Wytze Valkema, originaire des Pays-Bas, sur un The Fearless Ones surprenant.  

Another Realm fait partie de cette catégorie d'albums nécessitant du temps et de l'attention avant d'être appréciés à sa juste valeur. A l'instar de ses prédécesseurs, il occupe une place primordiale dans la discographie du groupe. Tous sont de véritables bijoux, taillés avec minutie afin de se trouver élevés à l'échelle d'œuvres d'art à part entière.



Musiciens


Joanne Hogg : chant, claviers, percussions
Dave Bainbridge : guitares, bouzouki, claviers, autoharp, percussions
Frank van Essen : batterie, percussions, violon, alto, chant, glockenspiel, claviers
Phil Barker : basse
Martin Nolan : uilleann pipes, whistles, chant

Debbie Bainbridge : chant
Evie Bainbridge : chant
Wytze Valkema : chophar

Titres


1.01. As It Was
1.02. The Ancient Wells
1.03. Another Realm
1.04. Clouds
1.05. An Atmosphere Of Miracles
1.06. Let Your Glory Fall

2.01. Ruach
2.02. Speak To Me
2.03. And The Angels Dance
2.04. Foreign Soil
2.05. Let The Waters Flow
2.06. Saviour
2.07. The Fearless Ones
2.08. White Horse
2.09. As It Shall Be

dimanche 11 juin 2017

Troy Donockley - Messages (2011)

Troy Donockley Messages
Troy Donockley - Messages (2011)
Inutile de présenter Troy Donockley, le plus célèbre joueur d'uilleann pipes (cornemuse irlandaise) et de whistles (flûtes irlandaises) de la scène progressive contemporaine. Ancien membre de Iona qu'il a quitté en 2009 pour intégrer Nightwish, il a joué avec un nombre considérable d'artistes, de Maddy Prior à Barbara Dickson en passant par Mostly Autumn, Magenta ou Karnataka.  

En parallèle à ces multiples collaborations et en l'espace d'une décennie, il a sorti sous son seul nom trois splendides albums d'une qualité exceptionnelle : The Unseen Stream (1998), The Pursuit Of  Illusion (2003) et The Madness Of Crowds (2009). Messages, compilation mise sur le marché en 2011, rassemble une sélection d'extraits de ces trois disques, plus deux inédits : For Him Who Will Never Return, chanson traditionnelle réarrangée, et Dunmail Rising inspirée de la beauté sauvage de Lake District, région montagneuse du Nord-Ouest de l'Angleterre, sur laquelle on découvre le violon virevoltant de Peter Knight du Fairport Convention. 

Barbara Dickson, Heather Findlay (ex-Mostly Autumn), Olivia Sparnenn (Mostly Autumn) et surtout Joanne Hogg (Iona), absolument fabuleuse sur Pursuit Of Illusions, titre qui mérite à lui seul l'achat de cette compilation voire de l'album du même nom, sont les quatre grandes voix féminines enchanteresses que l'on croise au fil des titres. La musique de Troy, complexe, demeure difficile à définir. Elle se veut à la fois savante, classique, sacrée, progressive, expérimentale, celtique et folklorique. 

Messages est le reflet fidèle de l'univers artistique de Troy Donockley, multi-instrumentiste inspiré et talentueux, l'un des plus doués de sa génération, mais aussi des plus convoités. Compilation indispensable à toute bonne discothèque de référence qui se respecte. 


Titres


01. Sights
02. For Him Who Will Never Return
03. Now, Voyager
04. Fragment
05. Orkahaugr
06. Finlandia
07. Dunmail Rising
08. Pursuit Of Illusion
09. Tunnels
10. The Procession

dimanche 18 décembre 2016

Ikos - Christmas Carols & Songs (2002)

Ikos Christmas
Ikos - Christmas Carols & Songs
(2002)
Derrière le projet Ikos ("fenêtre de lumière" en grec), se cache le guitariste David Clifton. Durant sa carrière, il a joué aux côtés d'artistes aussi divers que Tanita Tikaram, Chris de Burgh ou Madness. Il est aussi un des musiciens récurrents de la série des Celtic Expressions Of Worship qui regroupe d'autres musiciens proches de l'univers de Iona parmi lesquels David Fitzgerald, Troy Donockley, Tim Harries ou Terl Bryant. Ce dernier a d'ailleurs été invité à participer aux percussions sur Christmas Carols & Songs en compagnie d'un autre ancien de Iona, le saxophoniste Mike Haughton

Cet album est né de la volonté de David d'adapter des chants de Noël traditionnels à des sonorités plus modernes. Pour cela, il s'est entouré de toute une galerie de musiciens jouant aussi bien d'instruments classiques que contemporains. Il a également fait appel aux chœurs de la cathédrale de Peterborough dont lui-même a fait partie durant son enfance. Outre la guitare, il tient le chant principal. Jane Siberry, chanteuse canadienne qui a connu un certain succès dans les années 80, l'accompagne sur une très belle version de Silent Night, et sur le chant d'origine polonaise Infant Holy, Infant Lowly. For Unto Us A Child Is Born et Rejoice And Be Merry bénéficient de la présence d'une autre choriste, la britannique Lizzie Deane plutôt habituée à un registre soul, funk et blues. 

Album de Noël par excellence, Christmas Carols & Songs est illustré d'une magnifique pochette réalisée par l'artiste Charlie Mackesey, un passionné de musique. Le livret intérieur n'est pas dénué d'intérêt. Chaque chant traditionnel est remis en perspective par une brève présentation historique. A la fois objet culturel et spirituel, ce disque a vocation à enchanter les plus belles veillées hivernales du mois de décembre. 

Musiciens


David Clifton : chant, guitares, mandoline, mandole, percussions
Mark Russell : claviers, programmation
Dudley Phillips : basse, contrebasse
Simon Russell : basse
Steve Creese : batterie, percussions
Terl Bryant : percussions
Jane Siberry : chant
Lizzie Deane : chant
Gregg Miner : harpe irlandaise
Paul Twelftree : bugle
Mike Haughton : saxophone, flûte

Ensemble de cordes

The Choir of Peterborough Cathedral
Christopher Grower : directeur
Oliver Waterer : orgue

Titres


01. O Little Town Of Bethlehem
02. O Come, O Come, Emmanuel
03. Silent Night
04. Infant Holy, Infant Lowly
05. Bethlehem Down
06. The Gloucestershire
07. Away In A Manger
08. For Unto Us A Child Is Born
09. Rejoice And Be Merry
10. Of The Father's Love Begotten
11. How Far Is It To Bethlehem
12. In The Bleak Mid-Winter
13. Lullaby (Suo Gân)
14. The Holy Child

samedi 17 décembre 2016

Joanne Hogg & Frank van Essen - Raphael's Journey (2010)

Joanne Hogg Raphael's Journey
Joanne Hogg & Frank van Essen -
Raphael's Journey (2010)
D'abord disponible uniquement en téléchargement, Raphael's Journey, œuvre commune de Joanne Hogg et Frank van Essen, a finalement été édité sous forme de CD en 2010.

A l'origine, Joanne souhaitait réunir une collection de berceuses (Lullaby In Colour, Into Your Dreams, Song From The Womb, Sweet Dreams) à destination de ses deux jeunes enfants. Elle a proposé à son camarade de Iona d'y participer, puis, de fil en aiguille, le projet s'est transformé en un voyage spirituel et mystique sous l'égide inspirée de l'archange Raphaël. Dans la mythologie biblique, et dans le livre de Tobie plus précisément, cet archange accompagne le jeune Tobiah, fils de Tobie, dans son voyage à Ectabane durant lequel il pêche un poisson dont le fiel guérira la cécité de son père. Dès lors, Raphaël est devenu pour l'Église le saint patron des voyageurs.

Sur la version immatérielle d'abord vendue par le label Kingsway, en 2008, au profit d'associations venant en aide aux enfants, seule Joanne était créditée. Il faudra attendre la version CD pour que le nom de Frank soit associé au sien. C'est là lui rendre justice et reconnaître toute son implication. Non seulement il a produit, arrangé, enregistré et mixé l'album, mais il a également coécrit cinq des quatorze chansons et joué d'une multitude d'instruments : batterie, percussions, violon, alto et claviers.

D'autres membres de la famille Iona ont été également impliqués dans ce disque. Dave Bainbridge est intervenu aux claviers, à la guitare acoustique et au bouzouki. Troy Donockley a apporté sa touche celtique grâce à ses whistles et uilleann pipes. L'irremplaçable Phil Barker tient la basse. Amie fidèle, la grande Moya Brennan avec laquelle Joanne a enregistré le premier volume des New Irish Hymns, vient poser sa voix éthérée sur quelques chansons. 

D'un point de vue musical, Raphael's Journey se situe au centre de la galaxie Iona, mais est également traversé par des courants d'inspiration en provenance de Clannad ou Eden's Bridge. D'ailleurs, il s'inscrit dans la continuité de la compilation Celtic Lullabies - Presence And Protection à laquelle Joanne avait contribué avec la douce berceuse Sweet Dreams For You co-écrite avec Phil Hart. Cette chanson devenue simplement Sweet Dreams est ici présentée dans une nouvelle version toute aussi attendrissante. 

Moment de pur bonheur, Raphael's Journey symbolise une étape décisive dans la carrière et la vie de Joanne Hogg, celle de sa transformation de jeune femme en mère accomplie.  Alors que son premier album solo Looking Into Light, sorti en 1999, était dédié à ses parents, et plus particulièrement à son père alors récemment disparu, en l'espace d'une décennie, Joanne a connu les joies de la maternité et mis au monde deux adorables bambins. A leur tour, ils l'ont inspirée dans cette bienveillante odyssée musicale. 

Joanne Hogg Raphael's Journey
Joanne Hogg - Raphael's Journey
(2008)

Musiciens


Joanne Hogg : chant, piano
Frank van Essen : batterie, percussions, violon, alto, claviers, programmation, chœurs

Dave Bainbridge : claviers, guitare acoustique, bouzouki
Troy Donockley : whistles, uilleann pipes
Phil Barker : basse
Jan-Peter Beijersbergen : guitares électriques
Gwyneth McBride : violoncelle
Luca Genta : violoncelle
Moya Brennan : chant
Tré Sheppard : chant

Titres


01. The River
02. Lullaby In Colour
03. Into Your Dreams
04. Round Me Falls The Night
05. Raphael's Journey
06. Life's Winterdays
07. Walking On Troubled Water
08. Song From The Womb
09. Life Is Precious
10. Sweet Dreams
11. Dance To The Unborn
12. Home To You
13. Saviour
14. You Will I Love

vendredi 16 décembre 2016

Iona - The Best Of Iona (2010)

The Best Of Iona
Iona - The Best Of Iona (2010)
Curieux objet que ce Best Of de Iona. Devenu très vite collector de par sa rareté, il a servi d'objet promotionnel lors de la tournée américaine du groupe en 2010. Bien que ne comportant pas d'inédit, ce genre de compilation est toujours intéressant car elle reflète les aspects discographiques que le ou les artistes souhaitent mettre en valeur auprès d'un nouveau public.

Les douze titres qui le composent forment un ensemble atypique rarement entendu ailleurs, à la fois homogène et varié, sur une durée de soixante-dix minutes. Chaque album est représenté de manière équitable par deux titres chacun. Seul absent de la liste, le dernier en date, The Circling Hour paru en 2006. Cet oubli relève du mystère. A la place, nous avons droit à un extrait du live Woven Cord, le splendide Revelation, initialement sur The Book Of Kells. Autre surprise, les Jigs qui se trouvent sur le quatrième disque de l'anthologie The River Flows

Dave Bainbridge et les siens ont bien pris soin de montrer Iona sous ses multiples angles esthétiques. Les pop songs celtisantes toujours spirituelles (The Island, Today, Chi-Rho) côtoient avec la même élégance les longues plages progressives plus exigeantes telles que Matthew The Man, un des summums de leur carrière, ou l'instrumental atmosphérique envoûtant Heaven's Bright Sun. Les différents musiciens qui ont contribué au succès de ce groupe d'exception ne sont pas oubliés. Ainsi, Frank van Essen et son violon féerique transforment A Million Stars en une pluie d'étoiles merveilleuse, et le sonneur Troy Donockley enflamme les Jigs grâce à ses whistles et pipes, à l'aide de la basse endiablée d'un Phil Barker transcendé. Bien évidemment, Iona ne serait pas, sans le talent indéniable de Dave Bainbridge, compositeur, arrangeur, claviériste et guitariste hors pair, ni Joanne Hogg, chanteuse des plus charismatiques au souffle divin (écoutez Edge Of The World, Hinba ou Revelations pour vous en convaincre...).

Aujourd'hui, ce disque prend une symbolique toute particulière. Dave Bainbridge a annoncé sur les réseaux sociaux en ce mois de décembre 2016 la triste fin de Iona après vingt-sept ans d'existence. Plongée dans un sommeil latent suite à la sortie du dernier opus Another Realm en 2011, la machine Iona était devenue trop difficile à redémarrer du fait de l'éloignement géographique des uns et des autres (Joanne vit en Irlande du Nord, Dave dans le nord-est de l'Angleterre et Frank aux Pays-Bas), et, surtout, parce que chacun d'entre eux se trouve trop absorbé par ses propres projets personnels. Quoiqu'il en soit, une chose demeure certaine, tous peuvent être fiers du travail accompli au fil des années. Rares sont les groupes à avoir maintenu une qualité artistique aussi élevée et constante tout au long de leur carrière. Merci du fond du cœur à Dave Bainbridge, Joanne Hogg, Frank van Essen, Phil Barker, Martin Nolan, Troy Donockley, David Fitzgerald, Mike Haughton, Terl Bryant, Nick Beggs et Tim Harries.



Titres


01. The Island (Re-mixed)
02. Today
03. Edge Of The World
04. Heaven's Bright Sun
05. Divine Presence
06. Hinba
07. A Million Stars
08. Revelation (Woven Cords Version)
09. Chi-Rho
10. Jigs
11. Matthew The Man
12. Iona (Re-mixed)

dimanche 3 avril 2016

Troy Donockley - The Madness Of Crowds (2009)

Troy Donockley The Madness Of Crowds
Troy Donockley - The Madness
Of Crowds (2009)
The Madness Of Crowds est le troisième album solo de Troy Donockley, ex-Iona. Il conclut avec brio la trilogie commencées par The Unseen Stream en 1998, puis poursuivie avec The Pursuit Of Illusion en 2003.

Toutes les compositions sont signées de Troy qui, comme à l'accoutumée, joue d'une multitude d'instruments : uilleann pipes, whistles, guitares, bouzouki, mandoline et claviers. Il participe même aux vocaux. 

Contrairement à ses précédentes œuvres, la diversité des voix s'est considérablement enrichie. Joanne Hogg est à nouveau présente. Dès le morceau d'ouverture, elle s'impose avec grâce et majesté en interprétant le célèbre Benedictus de Charles Gounod. The Madness Of Crowds, pièce musicale majeure baignée de religiosité, s'interroge sur la montée des intégrismes religieux passéistes en contradiction avec la naissance d'un monde nouveau dans lequel les anciennes idoles sont remplacées par des technologies futuristes. 

Son amie de longue date Barbara Dickson dont il a produit les derniers albums, est également de la partie. Elle pose en partie sa voix si caractéristique sur l'ambitieux Now, Voyager basé sur le poème épique Song Of Myself de l'Américain Walt Whitman. Ce poème, extrait du recueil Feuilles d'herbe, est une source d'inspiration inépuisable. The Unseen Stream, titre de son premier album, provenait déjà de ce texte. Par la suite, Tuomas Holopainen qui en lit ici une strophe, se l’appropriera à son tour pour composer la chanson Song Of Myself que l'on retrouvera sur le monument musical Imaginaerum de son groupe Nightwish. Album sur lequel participera un certain... Troy Donockley. 

Dernière voix féminine invitée, mais non des moindres, Heather Findlay. Comme Troy, elle a choisit de donner un nouvelle orientation à sa carrière en quittant son ancien groupe Mostly Autumn. Elle illumine par sa présence le dernier titre, End Of Faith, sur lequel elle semble partir lentement à la dérive en compagnie de son fidèle acolyte.

Côté voix masculine, Troy a fait appel à son vieux complice Nick Holland qui a longuement collaboré avec lui sur les albums de Maddy Prior. Ne pouvant pas jouer de tous les instruments, il s'est également entouré d'excellents musiciens. Frank van Essen de Iona assure avec le talent qu'on lui connaît la batterie, quelques percussions, le violon et l'alto. La violoncelliste Rosie Biss de l'Opéra national gallois est carrément bouleversante sur Exiled, véritable pièce classique mélancolique. Brad Lang, rencontré lors des sessions d'enregistrement de Time & Tide de Barbara Dickson, est à la contrebasse et basse fretless. Enfin, un quintette harpe, hautbois, clarinette, flûte et basson est venu soutenir l'ensemble. 

Un album de Troy Donockley est toujours une expérience musicale unique sans équivalence ailleurs. Celui-ci en particulier car il use de sons plus symphoniques, inédits jusqu'alors dans l'œuvre de l'artiste. Il termine également l'odyssée débutée avec The Unseen Stream. Le celtisant Reeds est une suite conclusive de l'épique The Yearl du premier album. Ces deux morceaux évoquent, chacun à leur manière, ce lieu sauvage où le jeune Troy enfant se baignait, bravant les dangers potentiels et les interdits. 

Toutefois, The Madness Of Crowds doit être perçu avant tout comme un album de transition dans la carrière de l'artiste. Il est le signe de son éloignement de la galaxie Iona dans laquelle il avait une place confortable, et de son rapprochement vers la galaxie Nightwish à l'avenir plus incertain, mais porteur d'une nouvelle espérance. 

Musiciens


Troy Donockley : uilleann pipes, whistles, guitares, bouzouki, mandoline, claviers, chant

Joanne Hogg : chant
Barbara Dickson : chant
Heather Findlay : chant
Nick Holland ; chant
Frank van Essen : batterie, percussions, violon, alto
Brad Lang : contrebasse, basse
Rosie Biss : violoncelle

Lucy Muir : harpe
Daniel Gregg : hautbois
Parter Carter : clarinette
Vita Dowd : flûte
Martin Vanderhoff : clarinette

Tuomas Holopainen : lecture

Titres


01. The Madness Of Crowds
02. Reeds
03. Exiled
04. Now, Voyager
05. The Procession
06. Orkahaugr
07. End Of Faith

vendredi 1 avril 2016

Yvonne Lyon - Ashes & Gold (2009)

Yvonne Lyon Ashes & Gold
Yvonne Lyon - Ashes & Gold
(2009)
Deux ans après A Thousand Questions Why, la chanteuse écossaise Yvonne Lyon revient en 2009 avec un nouvel album tout aussi passionnant, Ashes & Gold.

Grâce à lui, elles s'inscrit dans la droite lignée de la chanteuse américaine de musique folk Joan Baez. Leur point commun ? Le Cambodge. En 1980, la militante aux multiples causes humanitaires découvre, avec le reste du monde, l'horreur des crimes des Khmers rouges arrivés au pouvoir en 1975 et délogés par les Nord-Vietnamiens en 1979. Durant cette période, entre 1/4 et 1/3 de la population cambodgienne a été exterminée de manière atroce, soit approximativement 1,7 millions de morts. Cette prise de conscience donnera lieu à la chanson Cambodia, ultime SOS.

Il faut attendre la fin des années 2000 pour qu'un certain nombre de hauts dignitaires Khmers rouges soient enfin jugés pour leurs crimes contre l'Humanité. Yvonne Lyon prend ainsi le relais de Joan Baez en dédiant deux de ses chansons à ce pays meurtri, victime d'un régime communiste criminel, qui, avec l'ouverture de ces procès, se trouve à un tournant de son histoire.

Feel The Light, premier titre d'Ashes & Gold, est un hommage au peuple cambodgien dans son ensemble. Cette douce chanson folk réussit à délivrer un message optimiste avec l'espoir de lendemains meilleurs malgré la persistance d'une certaine tristesse ambiante.  

La seconde s'intitule The Reckoning. Elle est plus particulièrement dédiée aux victimes de la prison secrète de Tuol Sleng, désormais connue sous le sinistre nom de S-21. Avec sa voix fragile, porteuse d'une très grande émotion, la chanteuse est simplement accompagnée d'un piano et d'un violoncelle. Cet endroit maudit, aujourd'hui transformé en musée, était dirigée par le bourreau Douch. Les opposants au régime y étaient envoyés, ou, plus exactement, les soi-disant "ennemis de l'intérieur" puisque, parmi les victimes, se trouvaient des nouveaux-nés, des enfants et des vieillards. Sur les 16 000 ou 20 000 prisonniers dénombrés, seuls environ 200 auraient survécus. Un véritable carnage. 

Peu nombreuses sont les chansons ayant abordé le sujet de ces lieux d'horreur avec autant de justesse. Nuit Et Brouillard, chef d'œuvre absolu de Jean Ferrat, évoque les camps de concentration nazis. Avec Mother Russia, le groupe Renaissance a exploré la froideur du Goulag soviétique suite à la parution d'Une journée d'Ivan Denissovitch d'Alexandre Soljenitsyne au début des années 70. The Reckoning s'inscrit donc dans cette continuité, dans cette lutte contre l'oubli, indispensable travail de Mémoire.   

Musiciens


Yvonne Lyon : chant, guitare acoustique, piano

Graeme Duffin : guitare, programmation, chœurs
Sandy Jones : programmation, basse, guitares
Davis Lyon : claviers, accordéon, guitare
Ali Whitty : chœurs
Gareth Davies-Jones : chœurs, mandoloncelle
Jamie Wilson : chœurs
Alyn Cosker : batterie
Kev McGuire : contrebasse
Alastair savage : violon
Pete Harvey : violoncelle
Craig Dunsmmore : trompette, trombone, tuba

Titres


01. Feel The Light
02. Lonely Road
03. All Is Not Lost
04. Hollow Sound
05. The Coffe Song
06. Someday
07. Tiny Things
08. The Reckoning
09. Undone
10. I Am Loved

lundi 28 mars 2016

Fairclough & Youell - Momentarily (2009)

Peter Fairclough Hayley Youell Momentarily
Fairclough & Youell - Momentarily
(2009)
Avec la mise en vacances de Iona suite au départ de Troy Donockley, Dave Bainbridge multiplie, en cette année 2009, les collaborations avec d'anciennes connaissances.

Il a d'abord renoué avec David Fitzgerald, cofondateur de Iona. Les deux acolytes ont élaboré ensemble Life Journey, synonyme d'un retour aux sources. Il a également coproduit l'album Cathedral Of Dreams de son vieux complices Nick Fletcher. Leur amitié remonte au temps de Plan B, premier groupe fondé par Dave au tout début des années 80. A l'époque, la batterie était tenue par un certain Peter Fairclough. C'est lui que Dave rejoint sur Momentarily, très beau disque de jazz avec quelques pointes de rock progressif.

Dave Bainbridge y joue des claviers, de la guitare et du bouzouki. Également présent, le bassiste Fred Thelonius Baker, déjà entendu aux côté du guitariste Phil Miller, du groupe culte Soft Machine ou du célèbre violoniste Nigel Kennedy, assure, tout comme Dave, quelques  parties de guitare. Hayley Youell est au chant. Sa voix suave au large registre possède une tessiture proche de celle d'Heather Findlay, voire d'Olivia Sparnenn, toutes deux égéries de Mostly Autumn. Elle est discrètement secondée sur quelques titres par Kayla Kavanagh, jeune chanteuse irlandaise.

Peter Fairclough est connu pour avoir enregistré des disques avec Keith Tippett, pianiste de jazz qui a notamment participé aux albums In The Wake Of Poseidon et Lizard de King Crimson. Dans les années 90, il a sorti Shepherd Wheel sous le nom du Peter Fairclough Group, puis Permission, deux ans plus tard, en 1997, sous son seul nom. Il apparaît dans la galaxie Iona en 2003 lorsque Dave lui demande gracieusement un titre pour la compilation Songs For Luca. Ce disque était destiné à récolter des fonds permettant ainsi à son fils autiste d'intégrer un établissement spécialisé. L'année suivante, il s'occupe des percussions sur le premier album solo de son vieil ami, Veil Of Gossamer

Composé par le duo Fairclough/Youell, Momentarily est un album agréable à écouter, très calme dans son ensemble avec, toutefois, quelques accélérations bienvenues. Tous les instruments sont mis à l'honneur. Le piano omniprésent se fend de jolis soli comme sur le morceau d'ouverture Quicker Than Sound, long de près de dix minutes, ou sur le tout aussi intéressant One Beat Strair. La guitare électrique, bien plus rare, illumine un Trippin' aux réminiscences "james bondiennes". Élément central des compositions, la basse de Baker, au jeu évoquant Jon Camp de Renaissance, est splendide. Elle réussit à occuper de manière ingénieuse tout l'espace sur Ev'ry Day. Hayley Youell est elle aussi parfaite dans ce registre. Sa montée en puissance sur le titre final Little Steps est tout simplement bluffante. Enfin, s'il ne fallait retenir qu'un morceau sur lequel Fairclough excelle, ce serait sans hésiter 20:39. Il livre ici une prestation toute démonstrative de son immense savoir-faire aux baguettes.

Momentarily est le genre d'album qui se laisse découvrir au fil des écoutes. Certes, cela demande du temps, mais l'auditeur s'en trouvera récompensé à coup sûr. 

Musiciens


Hayley Youell : chant, claviers
Peter Fairclough : batterie, percussions, chœurs
Fred Thelonius Baker : basse, guitare
Dave Bainbridge : claviers, guitares, boouzouki
Kayla Kavanagh : chœurs, claviers

Titres


01. Quicker Than Sand
02. Over Load
03. Those Birds
04. Trippin'
05. One Beat Stair
06. Ev'ry Day
07. Cryptic
08. Don't
09. Shed
10. After Dark
11. 20:39
12. Little Steps

samedi 26 mars 2016

Nick Fletcher - Cathedral Of Dreams (2009)

Nick Fletcher Cathedral Of Dreams
Nick Fletcher - Cathedral Of Dreams 
(2009)
Cathedral Of Dreams est un album du guitariste classique Nick Fletcher. Sorti en 2009, il est publié sur Open Sky, label de Dave Bainbridge, l'âme de Iona.

Les deux musiciens se connaissent depuis le début des années 80. Lorsque Bainbridge fonda son premier groupe, Plan B, il recruta Fletcher sur les conseils du batteur Peter Fairclough. Né en 1960, à Sheffield, Nick a apprit à jouer de la guitare dès l'âge de douze ans. Ses idoles étaient Steve Hackett (Genesis), Steve Howe (Yes) et Jan Akkerman (Focus). Plan B puisait ses influences dans le rock progressif des seventies, Yes en particulier. Après quelques années, le groupe se sépara et Bainbridge mis sur pied Staircase, nouvelle formation plutôt orientée jazz-rock-funk. Il fit de nouveau appel à Nick pour tenir la guitare.

Lorsque Dave Bainbridge et David Fitzgerald créèrent Iona à la fin des années 80, leurs chemins se séparèrent par la suite, sans trop s'éloigner pour autant. Dans la seconde moitié des années 90, Nick fut inviter à participer au projet à la fois musical et spirituel des Celtic Expressions Of Worship aux côté de musiciens issus de la galaxie Iona comme Fitzgerald, Troy Donockley, Tim Harries ou Terl Bryant. Six albums verront le jour ; ils bénéficieront de quelques apparitions remarquées de Joanne Hogg (vol. 3 et vol. 5) ou Mike Haughton (vol. 4), autres membres de Iona. Il retrouva par la suite Joanne sur son disque collaboratif New Irish Hymns sorti en 2001.

2007 est l'année des retrouvailles. Le label Kingsway propose aux deux amis d’enregistrer un hommage aux compositeurs Stuart Townend et Keith Getty. Cela donnera l'excellent The Breaking Of The Dawn avec Yvonne Lyon au chant, véritable révélation. Puis, Dave invita Nick à participer à la compilation Songs For Luca 2 destinée à venir en aide à son fils autiste. L'entente fut si bonne entre eux que, en retour, Nick demanda à Dave de réaliser son prochain album solo, Cathedral Of Dreams

Ils décidèrent de l'enregistrer dans l'église St Luke du petit village de Holton le Moor, perdu au milieu du Lincolnshire. Ce choix s'explique par l'impressionnante qualité acoustique du lieu. Effectivement, le son rendu de l'album est tellement excellent que Nick donne l'impression de jouer dans la même pièce que l'auditeur. 

Le disque se divise en deux parties. La première comprend un récital de onze titres composés et improvisés par Nick avec sa seule guitare classique. Le dépaysement est assuré. Le virtuose nous transporte en quelques notes de l'ère baroque aux saveurs sud-américaines, de l'Europe de l'Est aux îles Hébrides dans l'ouest de l'Ecosse. La seconde partie, intitulée Iberian Fantasy For Guitar And Orchestra, se divise en quatre mouvements. Cette longue pièce d'une durée de 24 minutes voit la guitare accompagnée des claviers de Bainbridge diffusant une légère ambiance orchestrale, d'une flûte jouée par Andrea Alonso, et de quelques percussions disséminées de-ci, de-là assurées par Gabriel Alonso.

Cathedral Of Dreams mérite le détour. Cet album est vivement recommandé aux aficionados de Steve Hackett, Anthony Phillips, Mike Oldfield, Steve Howe, ou encore Gordon Giltrap.

Musiciens


Nick Fletcher : guitare classique

Dave Bainbridge : claviers
Andrea Alonso : flûte
Gabriel Alonso : percussions

Titres


01. Brasilia
02. Song Of The Orphan
03. Dark Waters
04. Evensong
05. Cornucopia
06. Veil Of Tears
07. A Higher Path (Fantasia No. 2)
08. Sirocco
09. Cathedral Of Dreams
10. Visage
11. Evesham Vale

Iberian Fantasy For Guitar And Orchestra
12. Duende
13. Mysterioso
14. Recuerdos
15. Appasionata  

jeudi 24 mars 2016

Dave Bainbridge and David Fitzgerald - Life Journey (2009)

Dave Bainbridge David Fitzgerald Life Journey
Dave Bainbridge and
David Fitzgerald - Life Journey (2009)
Cela faisait dix longues années que les deux fondateurs de Iona, Dave Bainbridge et David Fitzgerald, n'avaient plus associé leurs noms sur un même album. Depuis The Eye Of The Eagle en 1998 pour être précis. 

Durant ce laps de temps, Bainbridge a poursuivi l'aventure Iona avec deux albums remarquables (Open Sky puis The Circling Hour), a sorti une œuvre en solo (Veil Of Gossamer) et a publié le résultat de sa fructueuse collaboration avec Troy Donockley, le maître incontesté des uilleann pipes (From Silence, When Worlds Collide). 

De son côté, Fitzgerald ne s'est pas éloigné de la galaxie Iona. On le retrouve sur les six volets de la série des Celtic Expressions Of Worship en compagnie de membres et d'ex-membres de son ancien groupe comme le batteur Terl Bryant, le bassiste Tim Harries ou Troy Donockley. Il a également poursuivi une carrière solo. Après Columcille en 1995, héritier direct des premiers Iona, il a sorti Lux Aeterna, un album magnifique sur lequel on peut entendre la voix angélique de Joanne Hogg, puis God Is Love avec Nick Beggs et Terl Bryant, et, enfin, Breath Of Heaven, toujours accompagné de Terl, mais également de Tim Harries et Frank van Essen.  

Sa rencontre déterminante avec une certaine Mary Fleeson va l'encourage à reprendre contact avec son vieux complice Dave Bainbridge pour lui proposer de travailler à nouveau ensemble sur un projet inédit.

En 2004, Mary Fleeson publie un recueil de poèmes et d'illustrations intitulé Life Journey. Cet ouvrage s'inspire directement de l'œuvre de Iona ainsi que de la petite île de Lindisfarne sur laquelle elle vit avec une centaine d'autres habitants. Curieusement, ce bout de terre a déjà inspiré le groupe de Bainbridge par le passé puisqu'une des chansons de leur album Journey Into The Morn porte son nom. D'un point de vue historique, les deux îles, celles de Iona et Lindisfarne, sont également liées. En effet, le monastère de la seconde a été bâti au VIIe siècle par des moines en provenance de la première. 

C'est donc en 2009 que les deux amis sortent un album portant le même nom que le livre de Mary Fleeson, Life Journey. La musique en est librement inspirée, elle se veut atmosphérique à vocation spirituelle. Bainbridge s'occupe de la partie claviers, guitares (acoustique, électrique), mandoline, bouzouki et percussions. Fitzgerald offre, lui, toute une palette de saxophones (alto, soprano, tenor) et de flûtes (irlandaise, indienne, chinoise). Frank van Essen, autre pilier de Iona, est venu en renfort à la batterie sur le flamboyant Heart - A Call To Confidence, marqué par un splendide solo de guitare tout en émotion, et au violon sur l'épique final de neuf minutes, Life Journey - A Call To Togetherness.     

Malgré quelques petites longueurs, Life Journey est un disque très agréable à écouter. Le plaisir d'entendre nos deux musiciens ensemble est un véritable bonheur. Ainsi, une nouvelle planète dans la galaxie Iona qui ne cesse de s'étendre est née. A vous de la découvrir.  

Musiciens


Dave Bainbridge : claviers, guitares, bouzouki, mandoline, percussions
David Fitzgerald : saxophones, flûtes

Frank van Essen : violon, batterie

Titres


01. The Unknown Destination - A Call To Journey
02. Follow Him - A Call To Follow
03. Light Eternal - A Call To Believe
04. Your Breath - A Call To Travel
05. Magnificat - A Call To Humility
06. As The Touch - A Call To Vulnerability
07. Show Me - A Call To Obey
08. ACTS - A Call To Pray
09. Star - A Call To Trust
10. Tree - A Call To Reconciliation
11. Graceful Trinity - A Call To Wholeness
12. Heart - A Call To Confidence
13. Life Journey - A Call To Togetherness

jeudi 12 novembre 2015

Joanne Hogg - Personal (2008)

Joanne Hogg Personal
Joanne Hogg - Personal (2008)
Presque dix ans après son premier album solo, Looking Into Light, Joanne Hogg revient avec Personal, un disque beaucoup plus intimiste. 

Alors que pour le précédent, elle n'avait conservé que son prénom comme nom d'artiste, cette fois-ci, elle signe de son nom complet. Cette assurance affichée se retrouve également dans la direction artistique qui, d'une certaine manière, rompt avec son passé. Ce n'est pas dans la vieille Europe que Joanne a enregistré son disque, ni dans des terres celtiques chargées de spiritualité, mais à Nashville, capitale de la country. Là-bas, notre chanteuse s'est entourée de musiciens de session comme Derri Daugherty, leader du groupe The Choir, ou Chris Donohue, célèbre pour avoir collaboré avec de grandes figures du rock telles que Tom Jones, Emmylou Harris, Robert Plant ou Elvis Costello. Quelques vieux compagnons de routes ont toutefois suivi la chanteuse dans son périple américain : Troy Donockley à la flûte, Frank van Essen aux percussions et Terl Bryant à la batterie.

Sur le plan musical déjà connu, nous retrouvons cette merveilleuse voix unique, mais c'est à-peu-près tout. Pour le reste, nous sommes très loin de l'univers de son groupe Iona, ou, même, de Looking Into Light. S'il fallait absolument rapprocher cette nouvelle œuvre de son travail passé, ce serait avec l'album New Irish Hymns 4 paru en 2005, réalisé avec Margaret Becker et Krisyn Getty.

Les chansons ont toutes été composées par Joanne en six semaines à partir du piano, comme l'illustre si bien la pochette. Les autres instruments se sont ensuite agrégés à cette base musicale lors de l'enregistrement qui a, lui aussi, été très rapide, trois jours environ. Il n'y a pas d'envolée progressive, ni de référence à la musique celtique, à l'exception de Dancing sur laquelle on peut entendre la discrète flûte irlandaise de Troy. En fait, il s'agit plutôt d'une collection de courte ballades évoquant la relation de l'artiste avec Dieu, ses longues réflexions et ses questionnement sur sa foi. Joanne se livre en toute sincérité, comme elle ne l'a jamais fait auparavant, et son chant, teinté de mysticisme, demeure des plus envoûtants sur More, I Felt Sad In Church Today, Waiting ou encore The Fire When You Delay

Dépassant à peine les quarante minutes, le bien nommé Personal présente une nouvelle facette artistique de Joanne Hogg. Cette chanteuse déroutante à généralement l'audace de se trouver là où on ne l'attend pas. que ce soit ici avec ce nouvel album, ou bien dans des bandes-son de jeux vidéos (XenogearsXenosaga) ou avec le jeune pianiste croate Maksim.

Musiciens


Joanne Hogg : chant, piano

Troy Donockley : low whistle
Frank van Essen : percussions
Terl Bryant : batterie
Ken Lewis : batterie
Chris Donohue : basse, guitare acoustique
Jeff Roach : claviers
Derri Daugherty : guitare électrique
Paul Nelson : violoncelle
Lisa Cochran : chœurs

Titres


01. More
02. Forgive Me (Song Of Compassion)
03. O Lord I'm Crying For Help (Psalm 34)
04. Waiting
05. The Fire When You Delay
06. Personal
07. Dancing
08. You Are My Strong Salvation (Psalm 27)
09. I Felt Sad In Church Today
10. Where Is Grace Hiding

mercredi 11 novembre 2015

Iona - Live In London (2008)

Iona Live In London
Iona - Live In London (2008)
Sobrement intitulé Live In London, Iona sort son troisième album en concert en 2008, après Heaven's Bright Sun (1997) et Woven Cord (1999). D'une durée approximative d'une heure quarante, il a été enregistré en novembre 2004, soit deux ans avant la parution de The Circling Hour. Afin d'expliquer cette publication tardive, on peut supposer qu'il s'agit d'un hommage discret au multi-instrumentiste Troy Donockley parti vers d'autres horizons, après plus d'une dizaine d'années de bons et loyaux services. Toutefois, si ce n'était pas l'intention première, Live In London n'en demeure pas moins le dernier disque du groupe avec Troy et, tout au long des titres qui se succèdent, ses instruments fétiches (cornemuse irlandaise, flûtes et bouzouki) n'ont jamais été mis autant en valeur.

Chaque album de ce genre est, en définitive, l'occasion de revisité le répertoire du groupe, et de se plonger dans son passé. Journey Into The Morn, sorti en 1995, est le disque le mieux représenté avec pas moins de quatre titres joués : Inside My Heart, au solo de guitare lumineux de Dave Bainbridge, digne héritier d'Andy Latimer, Encircling, chef d'œuvre musical absolu, Irish Day et Bi-Se I Mo Shuil Part 2, tous deux des invitations au voyage en terres celtes.

Les deux albums du nouveau millénaire, Open Sky et The Circling Hour, encore à paraître à ce moment-là, se retrouvent ex æquo avec trois titres chacun. Le désormais classique Woven Cord, porté par une rythmique d'enfer, ouvre admirablement le set. Il faut dire que Phil Barker à la basse et Frank van Essen aux batterie et percussions sont exceptionnels. Lui succède un Wave After Wave grandiose avec son introduction au violon jouée par ce même Frank, et chanté par une Joanne Hogg au sommet de son art. La verte Irlande est à nouveau conviée sur l'enchaînement Castlerigg / Reels. Le tout aussi celtique Wind Of The Lake laisse entendre le doux chant subtil de Troy, accompagné par Joanne, entre chaque solo de cornemuse, flûte et guitare électrique. L’envoûtant Factory Of Magnificient Souls devait donner son nom au futur nouvel album, mais "The Circling Hour" lui sera finalement préféré. Grâce à Strength, la voix de Joanne prend à nouveau toute son ampleur et c'est un pur régal.

Le passé lointain resurgit avec les extraits des albums Beyond These Shores et Iona. Treasure n'a pas pris une ride, Murlough Bay qui ferme le concert, est toujours aussi émotionnellement très fort, et Flight Of The Wild Groose demeure une pièce maîtresse du rock progressif digne des plus grands (Camel, Pink Floyd).  A cette incroyable collection vient s'ajouter l'inédit instrumental A Dhia Ghleigil joué par le duo Bainbridge / Donockley qui aurait eu toute sa place sur leur album commun When Worlds Collide

Un album de Iona, enregistré en studio ou sur scène, est une expérience unique. Live In London ne déroge pas à la règle. Les morceaux fleuves dépassant largement les dix minutes se marient à merveille avec les titres plus pop. Chaque musicien, animé d'une passion commune, livre une interprétation sans faute et c'est cette même flamme qui permet au groupe d'avoir ce son ainsi que cette atmosphère propres que l'on ne retrouve nulle part ailleurs.


Musiciens


Joanne Hogg : chant, claviers, guitare acoustique, percussions
Dave Bainbridge : guitares, claviers, bouzouki, programmation
Troy Donockley : uilleann pipes, low & tin whistles, bouzouki, guitare acoustique, chant
Phil Barker : basse
Frank van Essen : batterie, percussions, violon

Titres


1.01. Woven Cord
1.02. Wave After Wave
1.03. Inside My Heart
1.04. Wind Of The Lake
1.05. A Dhia Ghleigil
1.06. Factory Of Magnificent Souls

2.01. Encircling
2.02. Strengh
2.03. Treasure
2.04. Castlerigg / Reels
2.05. Irish Day
2.06. Bi-se I Mo Shuil Part 2
2.07. Flight Of The Wild Goose
2.08. Murlough Bay      

dimanche 30 août 2015

Dew - Release Your Power (2007)

Dew - Release Your Power
Dew - Release Your Power (2007)
Cinq ans après Immanuël, collection de chants de Noël traditionnels néerlandais, Frank van Essen, batteur-violoniste émérite de Iona, et Marlou, son épouse, reviennent avec un nouvel album, Release Your Power, sous l'appellation Dew. 

Ce disque, d'une durée approximative d'une heure dix, a été enregistré en mars 2006, dans la commune d'Ambt Delden située dans l'est des Pays-Bas, non loin de la frontière avec l'Allemagne, lors d'une conférence intitulée "In is love presence". Cette conférence s'est ensuite transformée en une véritable célébration musicale. Huit musiciens et chanteurs, dans la plus grande communion, ont enchaîné les louanges à la gloire de Dieu. Les voix se sont exprimées essentiellement en anglais, mais aussi en néerlandais et en espagnol. 

La durée de chaque titre, quinze en tout, oscille entre 2'34'' pour le plus court (Come Fire Of God) et 9'31'' pour le plus long (Spirit Wind). Ce dernier est l'un des plus intéressant avec sa montée en puissance progressive, la flûte indienne de Martin Neil, musicien ayant accompagné auparavant David Fitzgerald, Terl Bryant, Carol Arblaster, David Bainbridge et Nick Fletcher, qui lui donne une touche exotique dès l'introduction, les voix conjuguées des artistes et le jeu de batterie implacable de Frank qui excelle ensuite, dans la seconde partie, au violon. 

Autres moments forts, Shouts Of Joy, sorte de gospel à la sauce jazz-rock porté au piano par un Eric Lagerström métamorphosé en Rick Davies de Supertramp, et Wait On The Lord avec son solo de violon dans la même veine que A Million Stars de l'album Open Sky de Iona.  

Release Your Power est un album particulier, à part. Très marqué religieusement, il peut facilement rebuter les non initiés. Néanmoins, il demeure le témoignage d'une célébration mystique originale. A chacun de se faire une idée en fonction de ses croyances et convictions. 

Musiciens


Marlou van Essen : chant
Frank van Essen : chant, batterie, percussions, violon, alto, claviers

Bertina Grijpstra : chant
Elbert Smelt : chant, flûtes
Eric Lagerström : chant, piano, claviers
Adrie Klöne : basse
Martin Neil : percussions, flûte indienne
Jan-Willem Buitenhuis : guitares

Titres


01. Spirit Wind
02. Voice Of Thunder
03. The Army Of The Lord
04. Jehovah Nissi
05. Messengers Of Light
06. Believe
07. Strongholds Are Broken Down
08. Shouts Of Joy
09. Wait On The Lord
10. Come To The Waters
11. Come Fire Of God
12. Gloria A Dios
13. Going Up To Sion
14. I See The Cross
15. Pouring Out The Anointing Oil

samedi 29 août 2015

Kildare - Celtic Carols (2007)

Kildare - Celtic Carols
Kildare - Celtic Carols (2007)
Kildare qui signifie "Église des chênes" en gaélique, est une ville irlandaise et un comté du même nom. C'est également un groupe dont plusieurs membres ont joué avec Iona. En 2007, est publié Celtic Carols, disque à la fois clair et obscur. 

Du côté de la lumière d'abord. L'esprit de Noël, synonyme de paix, est bien présent dans chacun des morceaux, qu'ils soient traditionnels tel que God Rest Ye Merry, Gentlemen et Sussex Carol / In Dulci Jubilo, ou qu'ils soient contemporains comme Immanuel composé par Stuart Townend ou A Star In The East de Nick Fletcher.

Les musiciens sont, quant à eux, exceptionnels. Terl Bryant, Tim Harries et David Fitzgerald au subtil jeu de flûte atmosphérique si identifiable sur A Sportless Rose, ont fait partie de Iona dans les années passées, alors que Troy Donockley est encore membre à part entière du groupe de Dave Bainbridge. Également ami de ce dernier, Nick Fletcher, à qui l'on doit les envolées "hackettiennes" de guitare électrique sur le très progressif  Let All Mortal Keep Silence, Tim Oliver, Dave Clifton et Chris Haigh ne déméritent pas à leurs côtés. Dernière précision, la présence exceptionnelle de Joanne Hogg qui pose sa voix angélique sur O Come, O Come, Emmanuel interprété divinement à la guitare classique par Nick Fletcher. 

Côté obscur maintenant. Il n'y a aucun inédit sur ce disque puisque tous les titres sont extraits de la série des Celtic Expressions Of Worship. Pour être encore plus exact, Let All Mortal Keep Silence et O Come And Join The Dance proviennent du volume 2, O Come, O Come, Emmanuel du volume 3 et tous les autres du volume 5, Celtic Expressions Of Christmas. D'ailleurs, les deux albums comportent une pochette quasi-identique. 

En réalité, "Kildare" est une structure vide qui n'existe pas en tant que groupe. C'est une entité crée de toute pièce par la maison de disque américaine Conventry Music qui a simplement racheté les droits d'exploitation des Celtic Expressions Of Worship au label britannique Kingsway et édité des compilation sous cette appellation. Aucun des musiciens cités ci-dessus n'a touché la moindre royalties sur les ventes de ce disque qui se trouve n'être qu'une banale opération commerciale. 

Au final, d'un point strictement musical, nous avons là un album de musique celtique des plus agréables  à écouter grâce à une interprétation minutieuse, exécutée par des musiciens de qualité dont le talent n'est plus à démontrer. Pour le reste, business is business...

Musiciens


Terl Bryant : batterie, percussions
Dave Clifton : mandoline, mandole, guitare
Nick Fletcher : guitares
Dave Fitzgerald : flûte, piccolo, saxophone, tin whistles
Troy Donockley : uilleann pipes, whistles
Chris Haigh : fiddle
Tim Harries : contrebasse, basse
Tim Oliver : claviers, piano

Joanne Hogg : chant
Zara Elin Bauman : harpe celtique
Fiona Davison : harpe celtique

Titres


01. God Rest Ye Merry, Gentlemen
02. O Come, O Come, Emmanuel
03. It Came Upon The Midnight Clear
04. In The Bleak Midwinter
05. Sussex Carol / In Dulci Jubilo
06. Come All Ye Worthy Christians
07. Immanuel
08. Let All Mortal Flesh Keep Silence
09. A Spotless Rose
10. Behold, The King Of Kings
11. O Come And Join The Dance
12. A Star In The East (Three Men Travelling)

vendredi 28 août 2015

Yvonne Lyon - A Thousand Questions Why (2007)

Yvonne Lyon - A Thousand Questions Why
Yvonne Lyon - A Thousand Questions
Why (2007)
Remarquée et remarquable sur The Breaking Of The Dawn, hommage à Stuart Townend et Keith Getty orchestré par Nick Fletcher et Dave Bainbridge, Yvonne Lyon sort, en 2007, son troisième album solo, A Thousand Questions Why. Il succède ainsi à Horizon Searching (2002) et à Fearless (2005).

Yvonne est une chanteuse originaire d'Ecosse à la voix touchante comme peut l'être celle d'Heather Findlay. Album après album, elle s'est crée son propre univers musical teinté de pop et de folk, loin, très loin du rock progressif. Son inspiration provient plutôt du côté de Sarah McLachlan ou de Suzanne Vega que de Yes ou Genesis. 

Néanmoins, cela ne l'empêche pas de composer des chansons de qualité comme ses illustres aînées. Elle a signé toutes celles de son nouvel album à l'exception de la très émouvante Healing Pain co-écrite avec son mari, David Lyon, et de Down To The River To Pray, chanson traditionnelle immortalisée au début des années 2000 par Alison Krauss.  

Non seulement elle chante et elle compose, mais, en plus, elle est multi-instrumentiste. Yvonne manie avec tout autant de dextérité la guitare, le piano, le djembé et le glockenspiel, sorte de xylophone aux lames de métal et non de bois. Toutefois, afin de mener à bien son disque, elle s'est entourée de pas moins de onze musiciens dont le violoncelliste Peter Harvey, très présent.

De l'entraînant Everything's Fine, tube en puissance, tout comme l'impeccable Monkey Puzzle Tree, en passant par les profondeurs de Be Strong à la gravité renforcée par le violoncelle, jusqu'au titre final, le très méditatif Down To The River To Pray, A Thousand Questions Why est un disque attachant, intimiste qui pose un grand nombre de questions sans toutefois en apporter de réponses, seulement un peu de fraîcheur dans ce monde troublé. Et c'est déjà beaucoup...

Musiciens


Yvonne Lyon : chant, guitares, piano, djembé, glockenspiel

Ali Whitthy : chœurs
Graeme Duffin : guitares, chœurs
Sandy Jones : claviers, programmation
Alyn Cosker : batterie
Kev McGuire : contrebasse
Chris Stout : fiddle
David Lyon : accordéon, claviers, guitares
Peter Harvey : violoncelle
Ross Hamilton : basse
Craig Dunsmore : mandoline, cuivres
Ken Lyon : flûte, low whistle

Titres


01. Everything's Fine
02. Healing Pain
03. Where Echoes End
04. Again
05. October Day Project
06. Monkey Puzzle Tree
07. Fourteen Weeks
08. Be Strong
09. All That We're Searching For
10. Silent Places
11. Move On
12. Down To The River To Pray

mardi 25 août 2015

Nick Fletcher & Dave Bainbridge - The Breaking Of The Dawn (2007)


 Nick Fletcher & Dave Bainbridge - The Breaking Of The Dawn (2007)
Nick Fletcher & Dave Bainbridge -
The Breaking Of The Dawn (2007)
Commande de la maison de disques Kingsway auprès du guitariste Nick Fletcher, The Breaking Of The Dawn est un hommage aux compositeurs d'hymnes religieux contemporains Stuart Townend et Keith Getty.

Pour l'accompagner dans ce projet, Nick a fait appel au multi-instrumentiste Dave Bainbridge de Iona. Tous deux sont de vieilles connaissances puisqu'ils ont joué ensemble au sein du groupe éphémère Plan B, au tout début des années 80. David Fitzgerald, membre fondateur de Iona avec lequel Dave Bainbridge n'a plus enregistré d'album depuis The Eye Of The Eagle en 1998 (à l'exception notable du titre O Euchari pour la compilation Songs For Luca 2) est venu apporter sa touche celtique avec ses flûtes, tout comme John Dipper et ses violons. Quant à Martin Neil, compagnon de route de David Fitzgerald, Terl Bryant ou encore Carol Arblaster, il a usé d'un large éventail de percussions aux effets sonores remarquables.    

Aux côtés de ces musiciens experts débordants de sensibilité, se dresse la chanteuse écossaise Yvonne Lyon. Sa voix profonde, maîtrisée et parfaitement adaptée au répertoire proposé, se révèle sur In Christ Alone qu'elle interprète avec la même grâce que Joanne Hogg.

D'ailleurs, The Breaking Of The Dawn se trouve à mi-chemin entre la série des New Irish Hymns et celle des Celtic Expressions Of Worship à laquelle Nick a participé. Plusieurs reprises en sont extraites telle que le celtico-spirituel You're The Word Of God The Father (Across The Lands) entendu sur le volume 6 des Celtic Expressions, ou bien Speak O Lord aux résonances très Loreena McKennitt que l'on retrouve sur le dernier volet des New Irish Hymns, ou encore ce titre du deuxième disque, Jesus Is Lord, dont les doux arpèges de guitare bercent délicatement notre âme vagabonde.

Disque malheureusement méconnu et difficilement trouvable, cet album mi-instrumental, mi-chanté est absolument grandiose. A son écoute, on pense évidemment à Iona, mais aussi à Eden's Bridge et Karnataka. Tout est émotion, tout est bonheur. Que demander de plus quand un tel degré de perfection est atteint ? 

Musiciens


Nick Fletcher : guitares, autoharpe
Dave Bainbridge : claviers, programmation, bouzouki, mandoline, guitares

Yvonne Lyon : chant
David Fitzgerald : flûtes
Martin Neil : percussions
John Dipper : violon, alto

Titres


01. Let The Earth Resound
02. From The Breaking Of The Dawn (Every Promise)
03. In Christ Alone
04. Joy Has Dawned Upon The World
05. Speak O Lord
06. O Church Arise
07. Oh To See The Dawn (The Power Of The Cross)
08. See What A Morning (Resurrection Hymns)
09. Jesus Is Lord
10. My Heart Is Filled With Thankfulness
11. You're The Word Of God The Father (Across The Lands)
12. Holy Spirit Living Breath Of God

samedi 22 août 2015

Songs For Luca 2 (2007)

Songs For Luca 2
Songs For Luca 2
Quatre ans après Songs For Luca, le couple Bainbridge renouvelle l'expérience en réunissant sur une nouvelle compilation sobrement intitulée Songs For Luca 2, un grand nombre d'artistes. Le but recherché étant toujours le même, à savoir récolter des fonds afin de venir en aide à leur fils autiste, Luca. Au final, 2 CD, 140 minutes de musique et une trentaine de participants et de titres portés par de magnifiques voix féminines.

Joanne Hogg est la chanteuse la mieux représentée puisqu'il nous est possible de l'entendre sur quatre titres. Entourée de Roine Stolt des Flower Kings à la guitare, de Dave Bainbridge aux claviers, de Nick Beggs à la basse, de Frank van Essen à la batterie et accompagnée d'Heather Findlay de Mostly Autumn au chant, elle livre une version totalement transformée et magnifiée de Journey Into The Morn issue de l'album de Iona du même titre. C'est également en compagnie de ses amis Dave Bainbridge, Troy Donockley et Frank van Essen qu'elle réinterprète deux chansons tirées de son premier album solo, Looking Into Light. Enfin, le remix de Bird Of Heaven de Iona ouvre le second disque. On retrouve sa version originale sur Beyond These Shores. Si Joanne n'en demeure pas moins discrète sur ce titre, le splendide solo final de guitare exécuté par Dave Bainbridge mérite à lui seul son écoute. 

Autre merveille que recèle cette compilation, la chanson Circles Of Stone du projet musical Chasing The Monsoon. Formé de Ian Jones, bassiste de Karnataka, du claviériste Steve Evans, producteur de l'album Delicate Flame Of Desire, du guitariste Ian Simmons et de la chanteuse Lisa Fury, ce titre est un mélange de musique celtique, progressive et ambient navigant dans les mêmes eaux que Karnataka. A noter d'ailleurs que Lisa Fury succédera à Rachel Jones au sein du groupe de Swansea et qu'au moment où nous écrivons ces lignes, aucun album de Chasing The Monsoon n'a encore vu le jour. Circles Of Stone demeure donc le seul titre de cette expérience musicale à être gravé sur CD.

Déjà présente sur l'EP Spirits Of Christmas Past, Winter Is King a bénéficié d'un remix exclusif du guitariste Ben Matthews du groupe Thunder. Cette douce chanson hivernale composée et chantée par Heather Findlay prend toute son ampleur grâce au duo de flûtes formé d'Angela Gordon et de Troy Donockley. Un vrai régal pour les oreilles tout comme le titre d'ouverture du premier CD, Eirigh Suas A Stoirin enregistré par Moya Brennan (Clannad) et ses musiciens. Cet inédit s'inscrit dans la grande tradition des ballades celtiques enivrantes.

Il serait trop fastidieux d'aborder tous les morceaux. Précisons simplement qu'à côté d'artistes confirmés tels que Mae McKenna, Nick Fletcher ou Phil Keaggy, d'autres, moins connus et répartis aux quatre coins de la planète, nous ouvre une fenêtre sur leur univers qui ne demande qu'à être exploré. Parmi eux, nous trouvons l'Allemand Frank Bossart et son projet Eureka, le groupe de rock progressif japonnais Kenso, Chris Hale et Peter Hicks, deux Américains qui ont grandi en Inde et qui ont formé Aradhna en 1999, ou encore Theophonic Cloud, duo basé en Alaska. 

Songs For Luca 2 n'est donc pas qu'une simple compilation. Nombreux sont les titres inédits et les artistes plus ou moins connus qui, d'une manière ou d'une autre, gravitent dans la fructueuse galaxie Iona. Il faut plutôt voir ce disque comme une passerelle entre ces différents musiciens dont l'écoute ne peut que susciter l’enthousiasme et le désir de découvrir de nouveaux horizons musicaux.  

Titres et interprètes


1.01. Eirigh Suas A Stoirin (Moya Brennan)
1.02. Big Fish Rumba (David Beegle)
1.03. Journey Into The Morn - new version (Joanne Hogg)
1.04. A Stor Mo Chroi (Troy Donockley / Dave Bainbridge)
1.05. Strange Kind Of Friend (Martyn Joseph)
1.06. Lost For You (Soulful Terrain)
1.07. A Winter In Hokkaido (Kenso)
1.08. I Ask No Dream (Joanne Hogg)
1.09. Asilomar Sunrise (Keith Baker)
1.10. Across The Sea (Dave Bainbridge / Phil Keaggy)
1.11. Rahim Dhaga (Aradhna)
1.12. Arabesque (Eureka)
1.13. Excuses To Fall (Richard John Thompson)
1.14. In Your Arms (Debbie Bainbridge)
1.15. Dreaming (Invisible Opera Company Of Tibet)

2.01. Bird Of Heaven - 2007 remix (Iona)
2.02. Do Wot You Want (Nick Beggs)
2.03. Circles Of Stone (Chasing The Monsoon)
2.04. Hymn To The Sea (Troy Donockley)
2.05. Silver Moon (Nick Fletcher)
2.06. Super Glue (Rachel Taylor-Beales)
2.07. Sacred Space (Debbie Bainbridge)
2.08. Winter Is King (Mostly Autumn)
2.09. O Euchari (David Fitzgerald / Dave Bainbridge)
2.10. A Prayer (Mae McKenna / Dave Bainbridge)
2.11. The Brilliance Of Stars (Deborah Martin)
2.12. Almighty Father Who Dost Give (Joanne Hogg)
2.13. Out Of The Ether (Guillermo Cides / Emmett Chapman)
2.14. Luca (Theophonic Cloud)
2.15. Red Sun (Nick Fletcher / Dave Bainbrige)

mercredi 3 juin 2015

Maksim - Electrik (2006)

Maksim Mrvica
Maksim - Electrik (2006)
Plein de fougue et de vitalité, Electrik est le cinquième album du pianiste croate Maksim Mrvica. Né dans l'ancienne Yougoslavie, en 1975, il a suivi sa formation à l'Académie de musique de Zagreb, puis au Conservatoire Franz Lizst de Budapest, en Hongrie, et, enfin, à Paris. 

C'est pourtant en Asie que ce fils prodige de la belle Europe connait une gloire immense et vend ses albums par centaines de milliers. Ainsi, en 2003, The Piano Player, son deuxième opus, est devenu disque d'or en Malaisie, Chine et Indonésie, et disque de platine à Taïwan, Singapour et Hong Kong. 

Avec Electrik, il poursuit son œuvre mêlant à la fois musiques classiques et électroniques, reprises et inédits. Les compositions de l'éternel J. S. Bach (Prelude In C), de l'Italien Verdi (The Gypsy Maid, Requiem), des Français Georges Bizet (Carmen Entr'acte) et Gabriel Fauré (In Paradisum), ou encore d'Edvard Grieg (Hall Of The Mountain King), célèbre pianiste norvégien, sont revisitées aux côtés de celles, plus inattendues et contemporaines, de l'Allemand Hans Zimmer (Beyond Rangoon / Waters Of Irrawaddy) et du célèbre groupe suédois ABBA (The Way Old Friends Do, dernier titre de Super Trouper). 

Son compatriote Tonci Huljic avec lequel il travaille depuis 2001, et à qui il doit son plus grand succès, Croatian Rhapsody (The Piano Player, 2003), lui a offert quatre titres inédits, dont un Tango In Ebony des plus torrides... 

Toutefois, la pièce maîtresse d'Electrik, Nachrach, est signée du Britannique Troy Donockley. Ce morceau mystique, traversé de sonorités orientales et balkaniques, semble sorti tout droit d'un album de Dead Can Dance de la grande époque. Jamais le chant éblouissant de Joanne Hogg n'a été aussi proche de celui de Lisa Gerrard. A nouveau, Andy Duncan qui a déjà œuvré sur les albums de Troy, The Unseen Stream et The Pursuit Of Illusion, réalise un travail d'orfèvre aux percussions, accompagné d'un Phil Barker, bassiste honorable de Iona, très inspiré. L'ensemble est mené par le piano dominant de Maksim qui semble rechercher la confrontation avec les autres instruments au détriment d'une osmose harmonieuse. Cette musique obscure n'en demeure pas moins, au final, des plus lumineuses. 

Grâce à cette collaboration plutôt hors norme, Troy Donockley a composé un titre exceptionnel dans la droite lignée de son travail en solo. Il nous permet, avant tout, de découvrir Electrik, un album des plus éclectiques, et Maksim, un artiste international ingénieux, injustement méconnu dans nos contrées. 

Musiciens


Maksim : piano

Joanne Hogg : chant
Ben Shamali : chant
Hana Huljic : chant
Jacob Moriarty : chant
Yeung Xi Yi : chant
Haley Glennie-Smith : chant
Peter Graso : chœurs
Tonci Huljic : chœurs
Zeljko Baricic : chœurs
Eduard Botric : chœurs
Troy Donockley : low whislte, guitare
Eduard Botric : guitare
Mr. Reasonable : sitar
Saroja : dilruba
Clio Gould : violon
Peng Fei : violon
Eddie Hession : accordéon
Phil Barker : basse
Andy Duncan : percussions
Paul Clarvis : percussions

Heart Of Asia
Royal Philharmonic Orchestra (conduit par Julian Kershaw)
The Crouch End Festival Chorus (conduit par David Temple)

Titres


1.01. The Gypsy Maid
1.02. Requiem
1.03. Child In Paradise
1.04. Anchem
1.05. Hall Of The Mountain King
1.06. Nachrach
1.07. Beyond Rangoon / Waters Of Irrawaddy
1.08. March Of The Icons
1.09. Tango In Ebony
1.10. Carmen Entr'acte
1.11. Prelude In C
1.12. In Paradisum
1.13. The Way Old Friends Do

2.01. The Gypsy Maid (Club Remix)
2.02. Prelude In C (Club Remix)
2.03. Requiem (Breaks Remix)
2.04. Child In Paradise (Co-Fusion Mix)