Affichage des articles dont le libellé est Barbara Dickson. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Barbara Dickson. Afficher tous les articles

dimanche 11 juin 2017

Troy Donockley - Messages (2011)

Troy Donockley Messages
Troy Donockley - Messages (2011)
Inutile de présenter Troy Donockley, le plus célèbre joueur d'uilleann pipes (cornemuse irlandaise) et de whistles (flûtes irlandaises) de la scène progressive contemporaine. Ancien membre de Iona qu'il a quitté en 2009 pour intégrer Nightwish, il a joué avec un nombre considérable d'artistes, de Maddy Prior à Barbara Dickson en passant par Mostly Autumn, Magenta ou Karnataka.  

En parallèle à ces multiples collaborations et en l'espace d'une décennie, il a sorti sous son seul nom trois splendides albums d'une qualité exceptionnelle : The Unseen Stream (1998), The Pursuit Of  Illusion (2003) et The Madness Of Crowds (2009). Messages, compilation mise sur le marché en 2011, rassemble une sélection d'extraits de ces trois disques, plus deux inédits : For Him Who Will Never Return, chanson traditionnelle réarrangée, et Dunmail Rising inspirée de la beauté sauvage de Lake District, région montagneuse du Nord-Ouest de l'Angleterre, sur laquelle on découvre le violon virevoltant de Peter Knight du Fairport Convention. 

Barbara Dickson, Heather Findlay (ex-Mostly Autumn), Olivia Sparnenn (Mostly Autumn) et surtout Joanne Hogg (Iona), absolument fabuleuse sur Pursuit Of Illusions, titre qui mérite à lui seul l'achat de cette compilation voire de l'album du même nom, sont les quatre grandes voix féminines enchanteresses que l'on croise au fil des titres. La musique de Troy, complexe, demeure difficile à définir. Elle se veut à la fois savante, classique, sacrée, progressive, expérimentale, celtique et folklorique. 

Messages est le reflet fidèle de l'univers artistique de Troy Donockley, multi-instrumentiste inspiré et talentueux, l'un des plus doués de sa génération, mais aussi des plus convoités. Compilation indispensable à toute bonne discothèque de référence qui se respecte. 


Titres


01. Sights
02. For Him Who Will Never Return
03. Now, Voyager
04. Fragment
05. Orkahaugr
06. Finlandia
07. Dunmail Rising
08. Pursuit Of Illusion
09. Tunnels
10. The Procession

samedi 10 juin 2017

Barbara Dickson - Words Unspoken (2011)

Barbara Dickson Words Unspoken
Barbara Dickson - Words Unspoken
(2011)
Avec Words Unspoken, son nouvel album paru en 2011, Barbara Dickson poursuit sa collaboration avec Troy Donockley entamée en 2004 sur Full Circle. Outre la multitude d'instruments dont il a la charge (guitares, cornemuse, whistles, bouzouki, claviers, percussions), Troy a également produit et arrangé ce disque. Ensemble, ils ont composé The Magical West située en première piste. Unique composition originale, ce morceau aux accents celtiques, n'est pas sans rappeler Iona, l'ancien groupe de Troy, ou Clannad

Les musiciens qui les accompagnent ne sont pas des inconnus à leur univers. Déjà présent à l'époque de Time & Tide (2008), le batteur de Iona, Frank van Essen, est de retour. Il assure la rythmique avec le bassiste Brad Lang. Nick Holland, vieux complice de Troy, partage le chant avec Barbara sur quelques titres. Troy et lui ont joué également avec Maddy Prior sur plusieurs de ses albums solos de la fin des années 90 et du début des années 2000. Andy Dinan (fiddle) et Lucy Muir (harpe) sont également des proches de Troy. Le premier a été membre de The Bad Shepherds, autre groupe de Troy qui a pour originalité de reprendre des classiques punks à l'aide d'instruments folk. Quant à la seconde, on a pu l'entendre sur The Madness Of Crowds, son troisième album solo sorti en 2009. 

Words Unspoken est un album varié, servi par des arrangements subtils au service d'une grande voix. Les douze titres enregistrés se répartissent entre composition originale (le déjà cité The Magical West), chant de Noël (Personnent Hodie), passages a cappella (Will Ye Gang Love? sur plus de trois minutes extraordinaires), reprise (magnifique version du Bridge Over Troubled Water, ode à l'amitié signée Paul Simon) et chansons folk traditionnelles, écossaises essentiellement. Celles-ci sont porteuses de messages à caractère social, aux dénouements souvent tragiques. Ainsi, The Trees They Do Grow High, déjà interprétée par Joan Baez en 1961, puis par bien d'autres à sa suite comme Pentangle, Steeleye Span ou Sarah Brightman, aborde la délicate question des mariages arrangés d'antan. Jamie Raeburn raconte l'histoire d'un pauvre boulanger de Glasgow accusé d'un vol qu'il n'a pas commis, puis condamné au bagne dans les colonies, loin de chez lui et de ses proches. La version très émotionnelle de Smile In Your Sleep rappelle que cette chanson a été écrite en mémoire des Highland Clearances du XIIIe siècle, nom donné au déplacement forcé des populations écossaises habitant ces régions montagneuses reculées et qui a engendré de véritables tragédies humaines. 

My Donald, Kishmul's Galley et King Orfeo sont d'autres petites perles bien ciselées qu'il serait dommage de ne pas mentionner explicitement. Words Unspoken regorge de ces moments de grâce qui en font un album à part dans la discographie déjà bien fournie de la chanteuse écossaise à la voix de cristal.  


Musiciens


Barbara Dickson : chant, guitare acoustique

Troy Donockley : guitares, cornemuse, flûtes irlandaises, bouzouki, claviers, percussions, chœurs
Brad Lang : contrebasse, basse, chœurs
Frank van Essen : violon, alto, batterie
Nick Holland : chant
Andy Dinan : fiddle
Lucy Muir : harpe

Titres


01. The Magical West
02. Jamie Raeburn
03. Ythanside
04. The Trees They Do Grow High
05. Will Ye Gang Love?
06. Smile In Your Sleep
07. My Donald
08. Personent Hodie
09. Kishmul's Galley
10. Ca' The Yowes
11. King Orfeo
12. Bridge Over Troubled Water

jeudi 7 avril 2016

Barbara Dickson - For The Record (2001)

Barbara Dickson For The Record
Barbara Dickson - For The Record
(2001)
For The Record de Barbara Dickson est une intéressante compilation qui retrace la carrière de cette grande dame de la chanson britannique. Parue en 2001, elle exclue les albums produits par Troy Donockley puisque le premier d'entre eux, Full Circle, est sorti en 2004.

Elle se présente sous la forme de deux disques. Le premier est un véritable best of reprenant quelques uns de ses grands standards (Easy Terms, I Know Him So Well etc.). Le second, complémentaire, est l'enregistrement d'un concert donné le 6 décembre 1996 au Brentwood Leisure Centre, dans l'Essex. Il est à noter que sa qualité sonore est bien meilleure que le double live In Concert de 2009. Si l'on peut regretter l'absence de Donockley ce soir-là, le multi-instrumentiste tout aussi talentueux Pete Zorn se trouvait déjà aux côtés de Barbara sur la scène.

Barbara Dickson est une interprète talentueuse. Elle possède ce don extraordinaire de se réapproprier chaque chanson reprise, de la modeler à son image sans lui faire perdre son âme. Son répertoire ne se limite pas au seul folk ou chansons traditionnelles. Certes, elle excelle dans les celtisants My Lagan Love, Macrimmon's Lament ou Sule Skerry. Les chansons de Dylan (The Times They Are A'Changing'), Leonard Cohen (Song Of Bernadette) ou des Beatles (A Day In A Life) semblent lui avoir été écrites sur mesures. Mais elle sait aussi surprendre. Sa reprise du grand Jacques Brel Ne Me Quitte Pas, devenue If You Go Away, est toute en émotion et sincérité, tout comme celle de Sandy Denny, Who Knows Where The Time Goes. Ambiance cabaret assurée avec le September Song de Kurt Weill réinventé. Une certaine solennité se dégage de The Wife Of A Soldier aux paroles extraites d'un texte de Bertolt Brecht. Caméléon, elle se transforme en femme fatale sur Natural Woman, rendue célèbre dans les années 70 par Carole King.  

Trente-cinq titres, trente-cinq facettes de Barbara Dickson. Comment résister ? 

Musiciens


Barbara Dickson : chant, guitare acoustique

Titres


1.01.I Will wait For You
1.02. Answer Me
1.03. All The Pretty Little Horses
1.04. The Times Are A'Changin'
1.05. Blowing In The Wind
1.06. I Know Him So Well
1.07. A Day In The Life
1.08. Farewell To Whisky
1.09. She's Leaving Home
1.10. I Think It's Going To Rain Today
1.11. Anyone Who Had A Heart
1.12. Dark End Of The Street
1.13. Tell Me It's Not True
1.14. Sule Skerry
1.15. Guess I'll Hang My Tears Out To Dry
1.16. Falling In Love Again / Love For Sale
1.17. Easy Terms
1.18. January February
1.19. If You Go Away

2.01. Caravans
2.02. September Song
2.03. Buddy Can You Spare A Dime?
2.04. It's Money That I Love
2.05. Sandman's Coming
2.06. Who Knows Where The Time Goes
2.07. Natural Woman
2.08. Song Of Bernadette
2.09. Bonny At Morn
2.10. Another Suitcase In Another Hall
2.11. The Wife Of A Soldier
2.12. My Lagan Love
2.13. Stolen Love
2.14. Macrimmon's Lament
2.15. I Heard It Through The Grapevine
2.16. The Party's Over

mercredi 6 avril 2016

Barbara Dickson - In Concert (2009)

Barbara Dickson In Concert
Barbara Dickson - In Concert (2009)
Barbara Dickson est une des plus belles voix de la scène folk britannique. Méconnue en France, elle a pourtant débutée sa carrière dans les années 60 et rencontré quelques succès considérables outre-Manche. 

Toujours présente quarante ans plus tard, elle publie en 2009 In Concert. Cet unique témoignage live des années 2000 se présente sous la forme d'un double album d'une durée approximative d'une heure trente. Le concert a été enregistré le 3 novembre 2007 à Spilsby, petite ville du Lincolnshire qui abritait autrefois une importante base de la Royal Air Force. 

Sur scène, Barbara est entourée de cinq musiciens, dont les mutli-instrumentistes Troy Donockley et Pete Zorn. Tous deux sont de vieux compagnons de route de la chanteuse. Donockley a produit ses albums Full Circle (2004) puis Time & Tide (2008). Il jongle ce soir entre sa cornemuse, ses flûtes irlandaises, ses guitares (acoustique et électrique) et son bouzouki. Zorn partage avec ce dernier la guitare et la flûte, il s'occupe aussi des saxophones et de la mandoline. C'est d'ailleurs un plaisir de constater combien se marient à la perfection cornemuse et saxophone. Nick Holland qui a longuement suivi Maddy Prior, autre grande dame de la musique folk britannique, est aux claviers. Brad Lang, présent sur Time & Tide et le dernier album solo de Troy The Madness Of Crowds (2009), joue de la basse et de la contrebasse. Enfin, Russell Field, musicien occasionnel de Midge Ure, a en charge la batterie et les percussions. 

La vingtaine de titres interprétés lors de cette représentation offre un large éventail du riche répertoire de la chanteuse. 

Bien évidemment, les chansons de ses albums réalisés avec Troy sont mises en avant. Deux sont extraites de Time & Tide encore à paraître lors du concert : The Lowlands Of Holland, troublant avec son introduction au bouzouki, et le classique The Water Is Wide (O Waly Waly) dans une de ses plus belles versions. De Full Circle, on retrouve l'enchaînement Westron Wynd / Corpus Christi Carol, The Sky Above The Roof et Eriskay Love Song qui clôture le set. 

Barbara reprend également ses grands classiques remis au goût du jour parmi lesquels Caravans, Another Suitcase In Another Hall, Easy Terms et I Know Him So Well, numéro 1 des charts britanniques en 1985 avec 900 000 exemplaires vendus. 

Il est également agréable de l'entendre reprendre des morceaux traditionnels tels que In The Bleak Midwinter en ouverture (titre aussi présent sur l'album A Midwinter's Night Dream de Loreena McKennitt), ou le très sombre The Great Silkie Of Sule Skerry qu'avait aussi interprété avec talent Maddy Prior sur Ravenchild (1999) auquel avait participé... Troy Donockley.

Quelques vibrants hommages sont rendus à ses idoles. Don't Think Twice, It's Alright et The Times They Are A-changin' sont signés Bob Dylan, The Right Moment, Gerry Rafferty et Millworker, James Taylor. Cette magnifique chanson, auparavant reprise par Bruce Springsteen, Emmylou Harris ou encore Pearl Jam, narre l'histoire à la première personne d'une pauvre ouvrière de l'industrie textile du XIXe siècle, mariée à un ivrogne puis devenue veuve avec trois enfants à nourrir. Elle raconte sa misérable vie, s'interroge sur son avenir incertain et pleure sa jeunesse (en)volée si tôt. 

Malgré une qualité sonore peu satisfaisante, In Concert se laisse écouter d'une traite. L'univers de Barbara Dickson vaut vraiment le détour à qui aime les chansons folks chantées par une voix à la fois profonde, expressive et chaleureuse. 

Musiciens


Barbara Dickson : chant, guitare acoustique

Troy Donockley : guitares, bouzouki, uilleann pipes, whisltes, chant
Pete Zorn : guitare, mandoline, saxophones, flûte, chant
Nick Holland : claviers, chant
Brad Lang : basse, contrebasse, chant
Russell Field : batterie, percussions

Titres


1.01. In The Bleak Midwinter / Here Comes The Sun
1.02. Don't Think Twice, It's Alright
1.03. The Lowlands Of Holland
1.04. Donal Og
1.05. Another Suitcase In Another Hall
1.06. The Sky Above The Roof
1.07. Millworker
1.08. Move Hurts
1.09. The Great Silkie Of Sule Skerry
1.10. The Water Is Wide (O Waly Waly)

2.01. The Right Moment
2.02. Caravans
2.03. Fine Flowers In The Valley
2.04. The Times They Are A-changin'
2.05. Westron Wynd / Corpus Christi Carol
2.06. Easy Terms
2.07. The Witch Of The Westmerlands
2.08. I Know Him So Well
2.09. Eriskay Love Song

dimanche 3 avril 2016

Troy Donockley - The Madness Of Crowds (2009)

Troy Donockley The Madness Of Crowds
Troy Donockley - The Madness
Of Crowds (2009)
The Madness Of Crowds est le troisième album solo de Troy Donockley, ex-Iona. Il conclut avec brio la trilogie commencées par The Unseen Stream en 1998, puis poursuivie avec The Pursuit Of Illusion en 2003.

Toutes les compositions sont signées de Troy qui, comme à l'accoutumée, joue d'une multitude d'instruments : uilleann pipes, whistles, guitares, bouzouki, mandoline et claviers. Il participe même aux vocaux. 

Contrairement à ses précédentes œuvres, la diversité des voix s'est considérablement enrichie. Joanne Hogg est à nouveau présente. Dès le morceau d'ouverture, elle s'impose avec grâce et majesté en interprétant le célèbre Benedictus de Charles Gounod. The Madness Of Crowds, pièce musicale majeure baignée de religiosité, s'interroge sur la montée des intégrismes religieux passéistes en contradiction avec la naissance d'un monde nouveau dans lequel les anciennes idoles sont remplacées par des technologies futuristes. 

Son amie de longue date Barbara Dickson dont il a produit les derniers albums, est également de la partie. Elle pose en partie sa voix si caractéristique sur l'ambitieux Now, Voyager basé sur le poème épique Song Of Myself de l'Américain Walt Whitman. Ce poème, extrait du recueil Feuilles d'herbe, est une source d'inspiration inépuisable. The Unseen Stream, titre de son premier album, provenait déjà de ce texte. Par la suite, Tuomas Holopainen qui en lit ici une strophe, se l’appropriera à son tour pour composer la chanson Song Of Myself que l'on retrouvera sur le monument musical Imaginaerum de son groupe Nightwish. Album sur lequel participera un certain... Troy Donockley. 

Dernière voix féminine invitée, mais non des moindres, Heather Findlay. Comme Troy, elle a choisit de donner un nouvelle orientation à sa carrière en quittant son ancien groupe Mostly Autumn. Elle illumine par sa présence le dernier titre, End Of Faith, sur lequel elle semble partir lentement à la dérive en compagnie de son fidèle acolyte.

Côté voix masculine, Troy a fait appel à son vieux complice Nick Holland qui a longuement collaboré avec lui sur les albums de Maddy Prior. Ne pouvant pas jouer de tous les instruments, il s'est également entouré d'excellents musiciens. Frank van Essen de Iona assure avec le talent qu'on lui connaît la batterie, quelques percussions, le violon et l'alto. La violoncelliste Rosie Biss de l'Opéra national gallois est carrément bouleversante sur Exiled, véritable pièce classique mélancolique. Brad Lang, rencontré lors des sessions d'enregistrement de Time & Tide de Barbara Dickson, est à la contrebasse et basse fretless. Enfin, un quintette harpe, hautbois, clarinette, flûte et basson est venu soutenir l'ensemble. 

Un album de Troy Donockley est toujours une expérience musicale unique sans équivalence ailleurs. Celui-ci en particulier car il use de sons plus symphoniques, inédits jusqu'alors dans l'œuvre de l'artiste. Il termine également l'odyssée débutée avec The Unseen Stream. Le celtisant Reeds est une suite conclusive de l'épique The Yearl du premier album. Ces deux morceaux évoquent, chacun à leur manière, ce lieu sauvage où le jeune Troy enfant se baignait, bravant les dangers potentiels et les interdits. 

Toutefois, The Madness Of Crowds doit être perçu avant tout comme un album de transition dans la carrière de l'artiste. Il est le signe de son éloignement de la galaxie Iona dans laquelle il avait une place confortable, et de son rapprochement vers la galaxie Nightwish à l'avenir plus incertain, mais porteur d'une nouvelle espérance. 

Musiciens


Troy Donockley : uilleann pipes, whistles, guitares, bouzouki, mandoline, claviers, chant

Joanne Hogg : chant
Barbara Dickson : chant
Heather Findlay : chant
Nick Holland ; chant
Frank van Essen : batterie, percussions, violon, alto
Brad Lang : contrebasse, basse
Rosie Biss : violoncelle

Lucy Muir : harpe
Daniel Gregg : hautbois
Parter Carter : clarinette
Vita Dowd : flûte
Martin Vanderhoff : clarinette

Tuomas Holopainen : lecture

Titres


01. The Madness Of Crowds
02. Reeds
03. Exiled
04. Now, Voyager
05. The Procession
06. Orkahaugr
07. End Of Faith

vendredi 13 novembre 2015

Barbara Dickson - Time & Tide (2008)

Barbara Dickson Time and Tide
Barbara Dickson - Time & Tide
(2008)
Après la parenthèse Nothing's Gonna Change My World, hommage aux quatre de Liverpool, Barbara Dickson revient, en 2008, avec un nouvel album, Time & Tide, petit frère de Full Circle qui, comme lui, a été produit par l'ami de toujours, Troy Donockley.

Entièrement dévoué à la voix de la chanteuse, Troy l'accompagne, comme à son habitude, avec un nombre impressionnant d'instruments : guitares (électrique et acoustique), flûtes (high et low whistles), uileann pipes, claviers, bodhran et bouzouki. Tous deux ont également convié le multi-instrumentiste américain Pete Zorn (saxophones, percussions, chœurs), le bassiste Brad Lang qui a joué auparavant avec des artistes aussi divers que Robbie Williams, Wishbone Ash, Ute Lemper, Ray Charles ou Roger Hodgson (ex-Supertramp), l'accordéoniste écossais Phil Cunningham et le Néerlandais Frank van Essen (violon, alto, percussions), représentant de la grande famille Iona, au même titre que son prédécesseur Terl Bryant sur Full Circle

Barbara a souhaité que cet album soit un pont entre le passé, le présent et le futur. Pour cela, elle a choisi de réinterpréter un certain nombre de chansons anciennes, de les réarranger grâce à l'aide de Troy afin de leur donner une nouvelle vie et de prolonger ainsi leur longévité. Il est possible de classer en deux catégories les morceaux sélectionnés avec, d'un côté, les vieilles chansons traditionnelles remontant à des temps immémoriaux, ou presque, et, de l'autre, les compositions plus récentes datant du XXe siècle. 

Les chansons traditionnelles sont au nombre de cinq. Lowlands Of Holland, reprise auparavant dans les années 70 par Steeleye Span, ouvre l'album. Rigs O'Rye tient une place particulière dans le cœur de Barbara car c'est la première chanson qu'elle a interprétée à la télévision. Ici, elle est accompagnée par le vibrant violon de Frank. Son interprétation de The Water Is Wide (Oh, Waly, Waly), vieille folk song écossaise devenue un classique, est absolument bouleversante. Avec Dream Angus, un hommage discret est rendu à la grande chanteuse de jazz Annie Ross dont c'était une des chansons préférées. Quant à Lady Franklin's Lament, ballade du XIXe siècle, elle est magnifiée par les chœurs conjuguées des deux chorales d'Ampleforth Abbey.

Quatre titres sont issus du répertoire contemporain. La très belle Disremember Me a été composée par Charlie Dore, actrice, chanteuse et ancienne partenaire musicale de Barbara. Cette artiste a également écrit pour Tina Turner, Céline Dion ou George Harrison. Gerry Goffin et Carole King, célèbres pour avoir placé une cinquantaine de titres en tête du top 40 américain dans les années 60, sont à l'origine de Goin' Back. Cette chanson a déjà été interprétée auparavant par The Byrds, Freddie Mercury, Marianne Faithfull, Phil Collins ou encore Diana Ross ainsi que The Pretenders. Inutile de préciser que la version de Barbara est, de loin, la meilleure... Archie Fisher, chanteur de folk écossais, est l'auteur de Witch Of The Westmerlands, dont l'histoire mélange  à la fois légendes et superstitions anciennes. Barbara  l'avait déjà jouée sur son album From The Beggar's Mantle, en 1971, avec ce même Archie à la guitare. Enfin, le disque se termine par un sourire. A l'origine, Smile était une simple musique de Charlie Chaplin pour son film Les Temps Modernes (1936). Ce n'est qu'en 1954 que deux Anglais, John Turner et Geoffrey Parsons, lui attribuèrent des paroles.

Le neuvième titre, Palm Sunday, est le seul inédit de l'album. Composé à quatre mains par le duo Dickson/Donockley, cette ballade, aux couleurs celtes des plus plaisantes, a tous les atouts pour devenir à son tour un classique dans le répertoire de l'artiste.

Grâce aux arrangements somptueux de Troy, Time & Tide n'est pas une œuvre passéiste. Au contraire, elle est bien ancrée dans son temps, et scrute l'avenir en toute confiance, sans se laisser perturber par une nostalgie envahissante. Tout comme Barbara Dickson qui, du haut de ses quarante années de carrière, se sent entièrement libre dans ses choix artistiques, ce qui lui permet de livrer le meilleur d'elle-même. L'entière communion de ces deux artistes, entourés de talentueux musiciens, a permis à ce nouveau disque d'éclore, puis de se hisser parmi les meilleurs albums de cette grande dame de la chanson britannique. 

Musiciens


Barbara Dickson : chant

Troy Donockley : guitares, uilleann pipes, whistles, claviers, bodhran, bouzouki, chœurs
Pete Zorn : saxophones, percussions, chœurs
Brad Lang : basse, contrebasse
Phil Cunningham : accordéon
Frank van Essen : violon, alto, percussions

Scola Cantorum et Scola Puellarum d'Ampleforth Abbey : chant

Titres


01. Lowlands Of Holland
02. Disremember Me
03. Rig O' Rye
04. Goin' Back
05. The Water Is Wide (Oh, Waly, Waly)
06. Dream Angus
07. Withch Of The Westmerlands
08. Lady Franklin's Lament
09. Palm Sunday
10. Smile

dimanche 7 juin 2015

Barbara Dickson - Nothing's Gonna Change My World (2006)

Barbara Dickson - Nothing's Gonna Change My World: The Songs Of Lennon, McCartney and Harrison (2006)
Barbara Dickson - Nothing's Gonna
Change My World (2006)
Deux ans après Full Circle, Barbara Dickson poursuit sa collaboration avec son ami Troy Donockley qui lui offre, une nouvelle fois, ses service de musicien (guitare, claviers, mandoline, bouzouki, low whistle, percussions) et de directeur artistique sur ce nouvel album, commande de la maison de disque Universal. 

En effet, courant 2005, Barbara a été approchée pour réaliser un disque de reprises des Beatles. Leur univers lui est familier puisqu'en 1974, elle chantait déjà leurs plus grands succès dans le spectacle "John, Paul, George, Ringo... and Bert". Sur ce nouveau projet, elle a obtenu d'avoir carte blanche dans le choix des titres. Ainsi, au lieu de choisir la voie de la facilité et de se limiter aux hits maintes et maintes fois entendus, elle a préféré reprendre des chansons moins connues, dont certaines faces B de 45 tours (Rain, P.S. I Love You). 

Entourée de Terl Bryant, de Neil Drinkwater, de l'Emperor String Quartet qui avaient déjà collaborés sur Full Circle, de Chris Hughes, batteur sur l'album So de Peter Gabriel qui a également travaillé avec Paul McCartney et Robert Plant, de Mark Frith des Troubadours, et de son compatriote écossais et ami Midge Ure (Ultravox) venu chanter en duo sur le très émouvant I'll Be Back, Barbara réussit le tour de force à s'approprier intégralement chacune des chansons pour en donner une version revisitée des plus personnelles qui ne trahit en rien l'œuvre originale. Bien au contraire ! 

Le résultat final est des plus brillants et dépasse largement toutes les attentes. L'album s'ouvre sur une composition du regretté, et parfois mésestimé, George Harisson, If I Need Someone, extraite de l'album Rubber Soul datant de 1965. Il se termine, tout en douceur, par le magnifique Goodnight  de Lennon, délicate berceuse simplement accompagnée au piano par le tout aussi délicat Neil Drinkwater. Seul réel tube du groupe sélectionné, Eleanor Rigby est chanté, sans fausse note, a cappella par une Barbara qui atteint le sublime avec sa seule voix. Cette même voix qui interprète un Things We Said Today des plus atmosphériques, ou encore un I Will écrit par Paul pour Linda au début de leur relation, toujours aussi attachant, et un Across The Universe, tiré de Let It Be (1971), aux discrètes sonorités progressives présentes tout au long de ce voyage intersidéral. 

Si Nothing's Gonna Change My World ne va pas changer la face du monde, il bénéficie d'arrangements somptueux et est portée par une voix magnifique qui en font un des meilleurs hommages aux Fab Four. Il s'inscrit également dans la continuité discographique d'une artiste trop méconnue en France qui, pourtant, prouve, album après album, la richesse de son talent. 

Musiciens


Barbara Dickson : chant

Midge Ure : chant
Troy Donockley : guitare, claviers, mandoline, bouzouki, low whistle, percussions, chœurs
Mark Frith : basse, claviers
Neil Drinkwater : piano
Chris Hughes : batterie, percussions
Terl Bryant : batterie, percussions

The Emperor String Quartet
Martin Burgess : violon
Clare Hayes : violon
Fiona Bonds : alto
William Schofield : violoncelle

Titres


01. If I Need Someone
02. I Will
03. Rain
04. Here, There And Everywhere
05. Every Little Thing
06. Eleanor Rigby
07. Things We Said Today
08. I'll Be Back
09. P.S. I Love You
10. The Fool On The Hill
11. Across The Universe
12. Goodnight

samedi 21 février 2015

Barbara Dickson - Full Circle (2004)

Barbara Dickson - Full Circle (2004)
Barbara Dickson - Full Circle (2004)
Barbara Dickson est une chanteuse folk et une actrice née à Dunfermline, en Écosse. Elle commence sa carrière à la fin des années 60 et rencontre un certain succès avec des hits comme Caravans ou Another Suitacase In Another Hall, composé par Andrew Lloyd Weber. Outre-Manche, au fil des années, elle devient une personnalité reconnue et respectée.

Dans les années 90, elle rencontre Troy Donockley avec lequel elle noue une solide relation amicale. Il participe à ses albums Parcel Of Rogues (1994) et Dark End Of The Street (1995) en tant que musicien de session. Mais tous deux n'ont qu'une envie, approfondir leur collaboration musicale.

C'est chose faite en 2004 avec l'album Full Circle intégralement produit et arrangé par Troy. Ce disque s'inscrit dans la continuité de son travail mené auparavant avec Maddy Prior. D'ailleurs, on retrouve ses deux complices, Terl Bryant aux baguettes et Nick Holland, non pas aux claviers, mais au chant et aux chœurs. A leurs côtés, Neil Drinkwater qui a collaboré dans le passé avec le grand Van Morrison et qui a participé aux deux albums solos de Troy, The Unseen Stream et The Pursuit Of Illusion, joue du piano. Il est accompagné à la contrebasse par un musicien au CV impressionnant, Danny Thompson. Membre du groupe de folk Pentangle, il a travaillé avec les plus grands : Kate Bush, Marianne Faithfull, Loreena McKennitt, Peter Gabriel, T Rex, Talk Talk, Tim Buckley et bien d'autres encore. Quant au talentueux Emperor String Quartet (Joanne Hogg, Dave Bainbridge, Troy Donockley), il s'est vu confier les cordes.

Comme avec Maddy Prior, Troy a le don de se mettre au service de l'artiste et d'en faire ressortir le meilleur, en l’occurrence cette voix unique, si pure, si cristalline, portée par des arrangements musicaux d'une très grande justesse et délicatesse. Du morceau d'ouverture, Garten Mother's Lullaby, qui débute par un chant a cappella rejoint ensuite par les whistles et les cordes, au morceau final empreint de nostalgie, Eriskay Love Song, en passant par la splendide reprise de The Everly Brothers, Living Too Close To The Ground, ou un Faithless Love nous transportant dans un tourbillon d'émotions, Barbara Dickson ouvre bien grand les portes de son univers ouaté dans lequel nous sommes tous les bienvenus.

Full Circle marque donc le début d'une riche et fructueuse collaboration entre Barbara Dickson et le multi-instrumentiste Troy Donockley. Très vite, des titres comme Corpus Christi Carol , The Sky Above The Root ou Singing Bird, avec son violon imitant le chant des oiseaux, sont devenus des classiques et occupent désormais une place privilégiées dans le répertoire de notre chanteuse.

Musiciens


Barbara Dickson : chant

Troy Donockley : guitares, uilleann pipes, low & tin whistles, mandole, harmonium, bodhran, claviers, chœurs
Neil Drinkwater : piano
Danny Thompson : contrebasse
Nick Holland : chant, chœurs
Terl Bryant : batterie, percussions

The Emperor String Quartet
Martin Burgess : violon
Clare Hayes : violon
Fiona Bonds : alto
William Schofield : violoncelle

Titres


01. Garten Mother's Lullaby
02. The Sky Above The Root
03. Across The Hills
04. The Unquest Grave
05. Faithless Love
06. Westron Wynde
07. Corpus Christi Carol
08. Living Too Close To The Ground
09. Singing Bird
10. When I Am Laid In Earth
11. Eriskay Love Song