Affichage des articles dont le libellé est Marcela Bovio. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Marcela Bovio. Afficher tous les articles

lundi 25 septembre 2017

Marcela Bovio - Unprecedented (2016)

Marcela Bovio Unprecedented
Marcela Bovio - Unprecedented (2016)

Pourquoi écouter ce disque ?

Pendant onze ans, Marcela Bovio a été la chanteuse de Stream Of Passion, groupe de metal symphonique. L'aventure s'est terminée en 2016, temps pour elle d'ouvrir une nouvelle page à sa carrière. Après Found!, premier single alléchant, elle publie un Unprecedented des plus surprenants. Alors qu'elle était attendu dans un univers rock, elle n'est accompagnée pour ce premier album en solo que d'un quartet à cordes ! Les dix compositions originales, dépouillées à l'extrême, oscillent ainsi entre musique de chambre (Found!) et opéra (Stars). La voix de Marcela n'avait jamais été mise autant en valeur, et c'est, il faut bien l'avouer, du diamant à l'état brut. Elle s'autorise même à chanter dans sa langue natale (Hay Amores, Dime, Alicia), elle qui, rappelons-le, est née au Mexique. Trois titres touchent au sublime : Hay AmoresStars et The One.

Musiciens

Marcela Bovio : chant

The Dudok Quarter
Judith van Driel : violon
Marleen Wester : violon
Lotte de Vries : alto
David Faber : violoncelle

Titres

01. Hay Amores
02. The Treasure Hunter
03. Found!
04. Dime
05. The Cartographers
06. Powerless
07. Alicia
08. Saboteurs
09. Stars
10. The One


jeudi 3 novembre 2016

Marcela Bovio - Found! (2016)

Marcela Bovio Found
Marcela Bovio - Found! (2016)
Après quinze ans d'existence, Stream Of Passion, c'est fini. Marcela Bovio, sa chanteuse d'origine mexicaine, se lance dans une carrière solo. Found!, son premier single, est tout simplement excellent. 

Marcela ne s'était jamais limitée à son seul groupe de metal progressif. Elle a toujours multiplié les apparitions et on a ainsi pu l'entendre sur le dernier Ayreon, The Theater Equation aux côtés d'Anneke van Giersbergen et d'Heather Findlay, mais aussi avec Ion (Madre, Protégenos), The Gathering (The West Pole, City From Above), Computer Mind (The Aspie Project) ou Maiden United (Remembrance). 

Pour Found!, la surprise est de taille puisqu'elle est uniquement accompagnée d'un quatuor à cordes. Basé à Amsterdam, The Dudok Quartet est composé de Judith van Driel (violon), Marleen Wester (violon), Lotte de Vries (alto) et David Faber (violoncelle), le seul garçon de la formation. 

Les deux titres, Found! aux accents dramatiques, et Dine, plus léger, chanté en espagnol, ont été produits et mixés par Joost van den Broek. Les fans d'Ayreon reconnaîtront, à ne pas en douter, ce fidèle d'Arjen Lucassen qui a tenu les claviers sur les albums The Human Equation (sur lequel chantait déjà une certaine... Marcela Bovio) et 01011001. Sur le monumental The Theater Equation, Arjen lui a même confié la délicate mission de la direction artistique.   

Avec Found!, Marcela, bien entourée, offre un avant goût de son premier album en solo intitulé Unprecedented qui se présente sous les meilleurs auspices. A suivre...

Musiciens


Marcela Bovio : chant

The Dudo Quartet
Judith van Driel : violon
Marleen Wester : violon
Lotte de Vries : alto
David Faber : violoncelle

Titres


01. Found!
02. Dime

samedi 3 septembre 2016

The Gathering - City From Above (2009)


The Gathering City From Above
The Gathering - City From Above
(2009)
City From Above est un EP 5 titres de The Gathering faisant suite à leur album The West Pole. Sorti lui aussi en 2009, il a été édité à 2000 exemplaires. 

Il comporte deux chansons avec Silje Wergeland au chant. D'origine norvégienne, elle a succédé avec brio à Anneke van Giersbergen qui semblait pourtant irremplaçable. Treasure et All Your Are, deux excellentes pop songs aux sonorités rock que l'on retrouve sur The West Pole, ont été remixées au format radio (durée : 3 mn environ). 

Les deux titres suivants sont interprétés par Marcela Bovio, frontwoman de Stream Of Passion, découverte sur The Human Equation d'Ayreon. Originaire du Mexique, elle reprend dans sa langue natale Pale Traces. L'espagnol apporte ainsi un peu de chaleur à ce morceau très sombre. Miniature est un inédit. Mené par la basse légère et atmosphérique de Marjolein Kooijman, il se situe dans la continuité de ce que proposait le groupe à l'époque de Home.

Pour conclure le disque, les frères Rutten proposent City From Above, un long instrumental sur lequel domine l'orgue d'église. Sous-titré non sans humour "Modern Dance Project", il ne se passe pas grand chose tout au long de ces douze minutes interminables. On a avant tout l'impression d'assister à une messe noire perdue au fin fond d'un temple païen. 

D'une durée de trente minutes, City From Above s'adresse avant tout aux fans hardcore de The Gathering. Ceux qui ont aimé The West Pole y verront un excellent complément. 


 

Musiciens


Silje Wergeland : chant, piano
René Rutten : guitares, stylophone
Frank Boeijen : claviers, vibraphone
Marjolein Kooijman : basse
Hans Rutten : batterie, percussions

Marcela Bovio : chant

Titres


01. Treasure (Radio Edit)
02. All You Are (Radio Edit)
03. Miniature
04. Pale Traces (Alt. Spanish Version)
05. City From Above (Modern Dance Project)

vendredi 2 septembre 2016

The Gathering - The West Pole (2009)

The Gathering The West Pole
The Gathering - The West Pole (2009)
Facétieux The Gathering ? On pourrait le penser avec The West Pole, premier album faisant suite au départ de leur si charismatique chanteuse Anneke van Giersbergen. A la première écoute, alors que l'on attend qu'une chose, découvrir la voix de celle qui a pris la relève, le groupe balance When Trust Becomes Sound qui n'est autre qu'un... instrumental. Certes, son atmosphère oppressante et sa basse entraînante rappelant les belles heures de New Order ou des Smashings Pumpkins offrent une excellente introduction. 

Le morceau suivant, Treasure, permet enfin d'entendre la charmante Silje Wergeland. Et ô surprise, sa tessiture vocale est proche de celle d'Anneke. Ainsi, les frères Rutten ont préféré une transition en douceur, type "genesienne" plutôt que "marillionesque". 

Silje est originaire de Norvège et chantait auparavant au sein d'Ocatvia Sperati, formation de doom metal. Contrairement à d'autres groupes, elle n'a pas été engagée pour servir de potiche. Elle s'est retrouvée complètement impliquée dans le processus de fabrication du nouvel album en signant notamment la quasi-totalité des paroles. You Promised Me A Symphony est le titre permettant le mieux de découvrir sa personnalité. Elle y chante seule, simplement accompagnée d'un grand piano. D'une très grande sensibilité, c'est très beau. 

Deux autres chanteuses ont également été conviées. La Néerlandaise Anne van den Dungen interprète un Capital Of Nowhere se situant à la croisée des chemins entre Cocteau Twins et Enya. Macella Bovio qui officie à la tête de Stream Of Passion est magnifique sur Pale Traces dont elle a signé les paroles. 

Conjuguant rock et musique atmosphérique, The West Pole est un album de guitare. Cet instrument est omniprésent, laissant peu de place aux claviers. Comparé à In You Room d'Anneke sorti cette même année, il en est l'antithèse. Face à sa pop lumineuse et extravertie, il lui préfère l'introspection. Ensemble, ils forment les deux faces du yin et du yang. 



Musiciens


Silje Wergeland : chant, piano
René Rutten : guitares, stylophone
Frank Boeijen : claviers, vibraphone
Marjolein Kooijman : basse
Hans Rutten : batterie, percussions

Marcela Bovio : chant
Anne van den Hoogen : chant
Jos van den Dungen : violon
Marije de Jong : violoncelle
Joans Pap : violoncelle
John Mitchell : narration

Titres


01. When Trust Becomes Sound
02. Treasure
03. All You Are
04. The West Pole
05. No Bird Call
06. Capital Of Nowhere
07. You Promised Me A Symphony
08. Pale Traces
09. No One Spoke
10. A Constant Run

mercredi 17 février 2016

Íon - Madre, Protégenos (2006)

Ion  Madre Protégenos Duncan Patterson
Íon - Madre, Protégenos (2006)
Íon ("pur" en gaélique) est un projet musical de Duncan Patterson dont le premier album intitulé Madre, Protégenos est sorti en 2006, sur le label portugais spécialisé dans le gothique néo-classique, Equilibrium Music

A ne pas confondre donc avec Iona, même si les univers musicaux des deux entités ne sont pas si éloignés. En effet, dans sa recherche de pureté, des voix féminines notamment, alliant sons modernes et retour aux racines ancestrales, Íon se situe à mi-chemin entre Iona, Loreena McKennitt, Dead Can Dance et Lisa Gerrard en solo. 

Originaire de Liverpool, Duncan Patterson est désormais basé en Irlande. Toutefois, il ne puise pas toute son inspiration dans le seul folklore de ce pays pourtant si riche dans ce domaine. Il s'ouvre au monde entier en faisant appel à des musiciens des quatre coins du globe et en impliquant des chanteuses aux voix fascinantes. Emily Saen vit en Russie, Valentina Buroni vient d'Italie, Teresa Christodoulou est grecque et Marcela Bovio de Stream Of Passion habite le Mexique.   

Íon est le prolongement des expériences musicales de Duncan commencées auparavant au sein d'Anathema, entre 1991 et 1998, puis poursuivies avec Antimatter qu'il a fondé avec Mick Moss en 1998 et quitté en 2005. Désormais, le superflu est banni, les instruments acoustiques privilégiés, et l'émotion pure teintée de mélancolie mise au centre de cette œuvre déroutante par tant de beauté. 

Ce voyage vers un Ailleurs fascinant dure une petite quarantaine de minutes. C'est à la fois peu et beaucoup étant donnée son intensité. Il n'est pas sans rappeler celui proposer par Riccardo Prencipe et son Corde Oblique marqué également par l'intervention de magnifiques voix angéliques. D'ailleurs, Duncan participera en 2011 à son album A Hail Of Bitter Almonds aux côtés d'autres artistes internationaux. 

Musiciens


Duncan Patterson : guitares, basse, claviers, autoharpe, percussions, chant

Emily A. Saen : chant
Valentina Buroni : chant
Teresa Christodoulou : chant, percussions
Marcela Bovio : chant

Mark Kelson : chant
Gustavo Roberto Mateo : chant
Emily Bly : flûte, clarinette
Shane Wearen : mandoline, alto
Áine O'Neill : harpe
Antonis Konstantelos : guitare classique
Vangelis Yalamas : percussions
Keith Horan : percussions
Michael Cronin : batterie

Titres


01. Madre, Protégenos
02. O Effeito Do Verão
03. Learpholl
04. Anathema Maranatha
05. Believe
06. Ultreia
07. Goodbye Johnny Dear
08. Fé, Esperanza, Amor
09. Beyond The Morning

mardi 16 février 2016

Stream Of Passion - Live In The Real World (2006)

Stream Of Passion featuring Ayreon Live In The Real World
Stream Of Passion -
 Live In The Real World (2006)
Vous souhaitez découvrir Ayreon en concert ? Écoutez Live On Earth de Star One ou ce Live In The Real World de Stream Of Passion. Ces projets annexes sont les seuls moyens d'y parvenir, Arjen Lucassen n'ayant, pour l'instant, jamais sorti d'album live sous le seul nom d'Ayreon. 

Grandement satisfait de la participation de Marcela Bovio à The Human Equation, Arjen lui propose de poursuivre leur collaboration sur un nouveau projet. Tous deux mettent sur pied Stream Of Passion et travaillent ensemble sur un album malgré la distance qui les sépare. Arjen vit aux Pays-Bas, Marcela au Mexique. Mais, à l'heure d'Internet, l'éloignement n'est plus un obstacle. 

En 2005, ils sortent Embrace The Storm, un album de metal symphonique aux influences gothiques qui donne lieu à une tournée dont est issu, l'année suivante, Live In The Real World. Huit titres de ce premier opus ont été retenus, dont l'unique single Out In The Real World. C'est d'ailleurs lui qui a inspiré le nom donné à ce live. Si, sur la pochette, il est bien précisé Stream Of Passion featuring Ayreon, Lucassen et ses amis se sont amusés à glisser un morceau de Star One, l'entraînant Songs Of The Ocean au refrain imparable, enchaîné à Deceiver, et la reprise When The Levee Breaks rendue célèbre pas Led Zeppelin.

L'intérêt de ce double album réside également dans l'interprétation de pas moins de huit titres du répertoire d'Ayreon. Bien évidemment, The Human Equation est à l'honneur avec Day One: Vigil, Day Three: Pain et Day Eleven: Love sur lequel on pouvait entendre à l'origine Heather Findlay de Mostly Autumn. Ce titre clôt merveilleusement le set et voit Marcela partir dans des envolées vocales impressionnantes qui ne sont pas sans rappeler celles d'Anneke van Giersbergen. Il est vrai que les tessitures des deux chanteuses sont très proches.     

Les premières productions d'Ayreon ne sont pas en reste puisque de The Final Experiment ont été joués Waracle et The Charm Of The Seer, d'Actual Fantasy, Computer Eyes. Valley Of The Queens d'Into The Electric Castle est interprété dans une version bien plus dynamique sur laquelle la guitare électrique remplace intelligemment la flûte. Sur The Castle Hall du même album, Damian Wilson apparaît en guest avec sa voix si chaleureuse que l'on retrouve sur le titre suivant, Into The Flight Hole de Flight Of The Migrator.

Accompagnée de son violon, Marcela chante en anglais, à l'exception de quelques passages et du bien nommé Nostalgia interprété délicatement dans sa langue natale, l'espagnol. Elle est soutenue aux chœurs pas sa sœur Diana et quelques vocaux sont exécutés par Lucassen qui joue également de la guitare. Une seconde guitariste fait partie du groupe, l'Américaine Lori Linstruth qui n'est autres que la compagne d'Arjen. Marcela a amené avec elle du Mexique le claviériste de son groupe Elfonía, Alejandro Millán. La rythmique, composée du bassiste Johan van Stratum et du batteur Davy Mickers, est, quant à elle, 100% néerlandaise. 

Après ce Live In The Real World, Stream Of Passion va poursuivre sa carrière et se faire progressivement une place. Toutefois, Arjen, Lori et Alejandro ne poursuivront pas l'aventure au-delà. Davy quittera à son tour le navire en 2009. Seuls Marcela et Johan maintiendront le cap. 

Musiciens


Marcela Bovio : chant, violon
Alejandro Millán : claviers
Lori Linstruth : guitare
Arjen Lucassen : chant
Johan van Stratum : basse
Davy Mickers : batterie

Diana Bovio : chœurs
Damian Wilson : chant

Titres


1.01. Intro
1.02. Spellbound
1.03. Passion
1.04. Waracle
1.05. Wherever You Are
1.06. Computer Eyes
1.07. Calliopeia
1.08. Valley Of The Queens
1.09. Haunted
1.10. The Charm Of The Seer
1.11. Deceiver / Songs Of The Oceans

2.01. Day One: Vigil
2.02. Day Three: Pain
2.03. Nostalgia
2.04. Out In The Real World
2.05. The Castle Hall
2.06. Into The Black Hole
2.07. When The Levee Breaks
2.08. Day Eleven: Love

lundi 2 mars 2015

Ayreon - The Human Equation (2004)

Ayreon - The Human Equation (2004)
Ayreon - The Human Equation (2004)
Ayreon est le projet musical du multi-instrumentiste néerlandais Arjen Lucassen qui mélange à la fois opéra rock faisant appel à une multitude d'invités, et musiques aux influences heavy metal, progressive, folk, pop-rock, voire classique. 

Son nouvel opus, The Human Equation, ne déroge pas à la règle à l'exception près que, pour la première fois, il ne traite pas d'un sujet de science-fiction, même si l'histoire se situe aux frontières du réel. En effet, suite à un accident de voiture inexpliqué, un homme se trouve plongé dans le coma. Alors que sa femme et son meilleur ami le veillent, il est confronté intérieurement à une multitude d'émotions aussi diverses que l'amour, la raison, la passion, la fierté ou la peur. Certaines d'entre elles avaient d'ailleurs été oubliées depuis bien longtemps... Elles vont l'amener, progressivement, à prendre conscience de ce qu'est réellement un être humain, et à le mettre face à ses choix passés pour qu'il réussisse à sortir de son état comateux, puis, finisse par se réveiller. L'histoire dure vingt jours et chaque jour correspond à une chanson.

Afin d'incarner les différents personnages, Arjen a réuni un casting de rêve. Si lui même interprète le meilleur ami, l'homme dans le coma est joué par James Labrie de Dream Theater, l'épouse, la grande révélation du disque, par Marcela Bovio, chanteuse soprano du groupe mexicain Elfonia, et le père par Mike Baker de Shadow Gallery. Les émotions ressenties par le héros sont tout à tour personnifiées par Devin Townsend (Rage), Devon Graves (Agony), Eric Clayton (Reason), Magnus Ekwall (Pride), Mikael Åkerfeldt (Fear) et Irene Jansen (Passion), sœur de Floor Jansen, future chanteuse de Nightwish,. Love est, quant à elle, interprétée par Heather Findlay de Mostly Autumn. Elle apporte ici toute sa fraîcheur et son professionnalisme sur le très beau Sign, ballade celtique se terminant par un duo étrange avec James Labrie.

Autres invités de marque aux claviers : Martin Orford d'IQ, Oliver Wakeman (Jabberwocky, The Hound Of The Baskervilles) et Ken Hensley, ex-Uriah Heep. Avec tout ce beau monde et les autres musiciens qui l'accompagnent, Lucassen nous offre une œuvre originale d'une grande densité, s'étalant sur plus de cent minutes de musique, et comportant de multiples influences. Parmi les plus évidentes, citons les Beatles, Pink Floyd, Queen, David Bowie, Jethro Tull, Led Zepplin, Kate Bush ou encore Opeth. On peut également déceler l'influence lointaine du groupe polonais Millenium qui, en 2000, avec le concept-album Vocanda, premier d'une trilogie, racontait une histoire similaire d'un homme tombé dans le coma suite à un accident de voiture et faisant le bilan de sa vie ainsi que des choix à faire.

Par rapport à ses précédents disques, Arjen explique que "les parties calmes sont encore plus calmes, les parties folk sont encore plus folk, les parties progressives le sont encore plus et les parties heavy aussi". (source : Higlands Magazine n°26). Tout a donc été minutieusement soigné jusqu'à la perfection, chaque voix, chaque note. Sans aucun doute, The Human Equation est appelé à devenir un classique du rock progressif et Ayreon une référence musicale incontournable.

Musiciens


Arjen Lucassen : chant, guitares, basse, mandoline, claviers

James Labrie : chant
Marcela Bovio : chant
Eric Clayton : chant
Heather Findlay : chant
Mikael Åkerfeldt : chant
Magnus Ekwall : chant
Mike Baker : chant
Irene Jansen chant
Devon Graves : chant
Devin Townsend : chant

Joost van den Broek : claviers
Martin Orford : claviers
Ken Hensley : claviers
Oliver Wakeman : claviers
Ed Warby : batterie, percussions
Robert Baba : violon
Marieke van der Heyden : violoncelle
John McManus : flûtes
Jeroen Goossens : instruments à vent

Titres


1.01. Day One: Vigil
1.02. Day Two: Isolation
1.03. Day Three: Pain
1.04. Day Four: Mystery
1.05. Day Five: Voices
1.06. Day Six: Childhood
1.07. Day Seven: Hope
1.08. Day Eight: School
1.09. Day Nine: Playground
1.10. Day Ten: Memories
1.11. Day Eleven: Love

2.01. Day Twelve: Trauma
2.02. Day Thirteen: Sign
2.03. Day Fourteen: Pride
2.04. Day Fifteen: Betrayal
2.05. Day Sixteen: Loser
2.06. Day Seventeen: Accident?
2.07. Day Eighteen: Realization
2.08. Day Nineteen: Diclosure
2.09. Day Twenty: Confrontation